L'avis du Psy

L’Avis du Psy – S02 Épisode 7 : la foudre est tombée sur la garderie des Bucks

l'avis du psy

A l’approche des fêtes, les organismes se font fragiles et tout un tas d’éclopés débarquent donc cette semaine au cabinet. L’occasion pour le Psy TrashTalk de voir qui a les nerfs solides.

De la viande fraîche cette semaine au cabinet avec tout un tas de petits nouveaux. De jeunes joueurs blessés dans leur chair ou dans leur âme ainsi que les déçus du trade de la nuit font donc leur apparition chez le Psy, rarement aussi occupé que ces derniers jours. Heureusement d’ailleurs que Derek Fisher est encore là pour faire le lien, lui qui risque de ne pas quitter la clinique avant un bon moment. L’Avis du Psy Épisode 7 est dans les bacs, on vous laisse le consulter sans modération en n’oubliant surtout pas de proposer vos solutions au Psy TrashTalk, toujours avide de bons conseils…

Place Patient Le compte-rendu de la visite

10°

Alexei Shved Alexei Shved Il était moins une pour le Russe dépressif. Selon le Psy, on aurait même très bien pu assister à un hara-kiri si l’arrière des Sixers n’avait pas consulté aujourd’hui. Reconnaissez qu’après avoir fait le grand saut quelques années en arrière pour rejoindre son pote AK47 dans le Minnesota, se retrouver à Phily à engranger de la honte chaque soir ressemble fort à une belle descente aux enfers. Le Psy a bien évidemment entendu avec enthousiasme le souhait d’Alexei de rentrer en Europe, tout en lui proposant de repasser avant son départ, la clinique ayant fait l’acquisition auprès des Men In Black du fameux Neuralyseur, histoire de faire oublier à ses patients les blessures du passé…

Evan Turner  Evan Turner Ouah ouah ouah. Très très gros cas de folie cette semaine avec Evan Turner, à deux doigts de passer dans l’aile psychiatrique de la clinique. Déjà très loin d’être parfait cette saison à Boston, il confirme aussi que partout où il passe, le basket trépasse. Efficace à « Phila » mais enchaînant les défaites, ramenant son mauvais œil aux Pacers pour faire passer la franchise de « candidate au titre » à « équipe en perdition totale », il confirme donc cette année qu’il est un sacré boulet. Mais le jeune homme a passé un palier supplémentaire lors de la récente visite des « C’s » en Pennsylvanie, se comparant à JÉSUS et s’inventant tout simplement une vie pour oublier le creux confirmé dans son cerveau. Et quand on sait qu’avec le départ de Rondo, il récupère aujourd’hui une partie des clés de la franchise, le meilleur du pire est à prévoir… Attention au prochain craquage, la lobotomie est proche.

Tim Duncan   Tim Duncan Après les trois prolongations du match de l’année face à Memphis, Tim Duncan a tenu à rencontrer le Psy, lui qui n’est pourtant pas un patient très fréquent à la clinique. Il faut dire que le « Papy » commence à souffrir psychologiquement de ces guerres de tranchées parfois longues de plus de 40 minutes pour lui, de surcroît face à une concurrence de plus en plus accrue… Et puis, qui sont ces mecs ? Les Anthony Davis, LaMarcus Aldridge, DeMarcus Cousins ? Et qui est ce Gasol encore plus costaud ? Il jouait pas aux Lakers normalement ? Il est parti aux Bulls ? C’est pas le même ? Décidément, Timmy a du mal à vivre avec son époque et commence à grincer de tout son être, malgré des performances encore ahurissantes pour un mec de son âge. La date de fin n’a pas encore été communiquée mais il n’empêche que malgré tout et pour notre plus grande peine, elle approche de plus en plus…

Andrew BogutAndrew Bogut Marre marre marre. L’Australopithèque des Warriors est encore sur le flanc. Et celui qui a manqué plus de 200 matches de saison régulière depuis son arrivée dans la ligue commence à sérieusement se morfondre, d’autant plus que cette année, il va devoir regarder ses petits copains s’éclater encore plus que d’habitude, dans une lutte pour le titre dans laquelle ils sont en train de se déclarer officiellement. Le souci pour « Drew », c’est qu’il a aujourd’hui l’impression de porter tous les maux de la franchise sur ses larges épaules, lassé d’entendre que sans Bogut, les Warriors sont différents, sans Bogut les Warriors n’iront pas au bout… Le n°1 de la Draft 2005 se rend bien compte que son état de santé dérange et ses oreilles sifflent. Dur pour un homme toujours exemplaire depuis qu’il est en Californie. Mais malheureusement, ce genre de mésaventure est le lot d’un n°1 de Draft, encore plus lorsqu’il joue pour un contender comme les Warriors. Qui sème le vent…

Dwyane Wade Dwyane Wade Celui qui n’a jamais été seul, au moins une fois dans sa viiiiie. Voilà un refrain signé Pierre Garand aka Garou, un refrain qui s’applique à merveille à « Flash » cette saison. Le match d’avant-hier face à Utah et le GOAT Gobert en est l’exemple parfait. Comme prévu, l’absence de LeBron fait cruellement défaut au Heat mais de plus et bien malheureusement, Chris Bosh n’assure pas assez souvent derrière, Danny Granger est fini et Mario Chalmers n’arrive pas à retrouver son niveau de MVP acquis durant un rêve lorsqu’il avait 10 ans. Du coup, entre exploits inutiles et défi perpétuel contre une santé fragile, D-Wade se bat cette année contre un mur et risque de le payer cash tôt ou tard. Malgré tout, tous les conseils du Psy visant à pousser la star du Heat à lever le pied n’auront pas suffis, ce dernier étant résolu à aller jouer le titre dès cette saison. En même temps, quand on a vécu l’ivresse des finales à tellement de reprises, difficile de revenir si vite sur Terre. Et puis on ne peut pas en vouloir à un mec obligé de jouer des pick’n’roll avec Hassan Whiteside…

Ronny TuriafRonny Turiaf L’une des très mauvaises nouvelles de la semaine pour le peuple français et pour Le Plus Grand Cabaret Du Monde… Ronny a donc été opéré à une hanche et manquera l’intégralité de la saison. Pire encore, il devrait vraisemblablement être coupé par une franchise des Wolves trop concentrée sur les PlayOffs pour payer des mecs qui ne jouent pas. Sauf que Ronny a très mal vécu cette annonce, lui qui aime tant encourager ses copains, remplir les bouteilles de Gatorade et faire des « duckfaces » lors des temps-morts… Bah oui, il avait trouvé son créneau Ronny et cela lui allait plutôt bien ces dernières saisons, lui qui peut se targuer de posséder une jolie petite carrière depuis 9 ans, notamment à Los Angeles et à Miami, où il récupéra une bague au passage en 2012. Après ce par quoi Ronny est passé au début de sa carrière NBA, ne doutez pas une seconde que le Psy prendra soin de lui car il le mérite. Il devrait d’ailleurs lui proposer rapidement un poste d’assistant dans son cabinet, histoire de motiver et d’ambiancer les patients dépressifs. Car le plus important, c’est bien d’être vivant. Amen.

Brandan WrightBrandan Wright Il existait à la fin du 20ème siècle un joueur de football élégant et efficace, du nom de Philip Cocu. Il existe aussi en 2014 un joueur de basket du nom de Brandan Wright, qui lui EST cocu depuis hier. Arrivé en décomposition au cabinet après l’annonce de son trade à Boston en compagnie de Jae Crowder en échange de Rajon Rondo, le désormais ex-pivot des Mavs sera très compliqué à « récupérer » cette saison. Car on est bien d’accord que passer d’un candidat au titre à l’une des franchises les plus pétées actuellement ressemble au Noël le plus pourri possible. Passer du jour au lendemain de Chandler/Nowitzki/Parsons/Ellis à Pressey/Olynik/Turner devrait logiquement offrir au joueur le plus adroit de la ligue un abonnement automatique au cabinet cette année et on le comprend. Surtout quand on sait que c’est Mark Cuban qui devrait sortir du banc pour relayer le grand Tyson dans la raquette… Et pour la première fois, le Psy a même pu laisser transparaître un peu de tristesse et d’empathie pour son patient, preuve qu’on a affaire là à un cas très sensible…

Nick Young  Nick Young On commence par s’excuser car on nous dit dans l’oreillette que « Swaggy-P » n’avait pas encore été consulté cette année. Erreur réparée de belle manière puisque le Psy a pu recevoir Nick Young durant plus de 2h ce matin. Il faut dire qu’après avoir vu le mec d’Iggy se comparer à Magic Johnson dans les médias, il fallait faire quelque chose et vite. Rapidement efficace (individuellement) sur les parquets, Nicky n’aura donc pas mis longtemps à enchaîner côté jardin et il devrait désormais repasser très souvent par le cabinet, la probabilité qu’il devienne sérieux étant au moins aussi élevée que celle de voir Andre Drummond faire 12/12 aux LFS… Et puis de toute façon, si Nick Young devenait sage, on le paierait pour qu’il dise des conneries. Et oui, on ne peut déjà plus s’en passer ici…

Derek FisherDerek Fisher On en est à 5-23 au Madison et Derek Fisher ne trouve toujours aucune solution pour faire de ses acrobates, de ses clowns et de ses funambules un vrai cirque bien organisé… Arrivé dans le costume d’un mec capable avec Phil Jackson de relancer la franchise dès 2015, le voilà bien calé au fond de la Conférence Est, ayant abandonné peu ou prou toute chance de jouer les PlayOffs cette saison… Avec un Carmelo fragile, un « Gérard » bourré et des problèmes à tous les postes, Derek n’y arrivera sans doute pas cette année et ce bizutage le rend très fébrile. Le fait de réussir à faire pire que Mike Woodson en rajoute à sa peine et le Psy a donc du lui prescrire en urgence la dose habituelle d’anti-dépresseurs utiles lors de ce genre de crise de confiance. Le pire dans tout ça ? Ce n’est sûrement que le début…

Jabari ParkerJabari Parker Un candidat au trophée de ROY qui se pète pour la saison a forcément besoin d’un séjour chez le Psy, surtout quand sa blessure semble arriver au beau milieu d’une malédiction touchant les jeunes pousses de la classe 2014. Du coup, pour lutter contre les agressions chroniques faites aux jeunes Daims, le Psy a eu la brillante idée de convier notre Brigitte nationale à l’entretien, cette dernière lui promettant de s’occuper personnellement de son cas, toute concernée qu’elle est par la lutte contre les sévices faits aux animaux. Du coup, deuxième effet Kiss-Cool et grosse crise de larme pour Jabari à l’idée de devoir partager des moments privilégiés avec la vieille dame. En attendant, saison terminée pour l’ancienne star de Duke, qui devra suivre un traitement « spécial seum » jusqu’à son retour, en regardant Andrew Wiggins rafler le premier trophée de sa carrière. Dur…

Dans une semaine, les fans de Boston seront officiellement déclarés en mort clinique, Gérard Smith encore dans les bars et JaVale McGee toujours dans le Shaqtin’A Fool malgré sa blessure. Idem pour le Psy TrashTalk, qui sera quoiqu’il arrive une fois de plus fidèle au poste, trop amoureux de la NBA pour abandonner sa mission. Et n’oubliez jamais, la folie nous guette tous et ne prévient pas donc ne soyez pas trop durs avec nos patients, la vie est déjà bien assez compliquée pour eux…

image de couverture : @artkor7 pour TrashTalk

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top