Old-School

Quand Larry Bird souhaitait un “Merry Fucking Christmas” à Chuck Person : c’est ça, la magie de Noël

Larry Bird Merry Fucking Christmas 6 décembre 2022

C’est que de l’amour !

Source image : montage TrashTalk

Si on avait préparé un calendrier de l’Avent TrashTalk avec une nouvelle punchline à découvrir tous les matins du mois de décembre, ça aurait sûrement été la dernière case avant Noël. Retour sur cette petite sucrerie signée Larry Bird, parce que c’est de saison.

Ah, Noël..!

Il reste encore quelques dodos avant le Christmas Day mais la magie de Noël a déjà envahi nos chaumières depuis le début du mois. Les températures commencent à baisser, les lumières décorent les rues et les plus chanceux ont même un gros sapin planté sur la place au centre du village. Bref, c’est cette période où on a envie d’être généreux, de gâter ses proches et d’aller partager un verre de vin chaud au marché de Noël tout en engloutissant une énorme croziflette.

Ça, c’est vrai pour la majorité d’entre nous. Car il y en a d’autres qui ne changent pas de registre dès que les lumignons commencent à fleurir au bord des fenêtres. Spécialiste en matière de petits mots doux et attentionnés, Larry Bird n’est pas trop du genre à s’attendrir dès que les flocons commencent à tomber dehors. Encore heureux pour l’enfant adoptif de Boston qui doit affronter des hivers rugueux. On vous a déjà raconté comment le basket avait été inventé en pleine tempête de neige au fin fond du… Massachusetts ? Mais revenons en à nos moutons ou plutôt à nos rennes.

Nous sommes le 26 décembre 1990, en pleine digestion, et Larry Legend n’est déjà plus tout jeune. Le triple MVP et triple champion NBA joue déjà son avant-dernière saison dans la Ligue à 34 ans. Son dos est douloureux et il n’est plus aussi dominant qu’à son prime. Un peu comme un Père Noël fatigué de se faufiler dans les cheminées qui s’approche tout doucement de la retraite. Mais tant qu’il est capable d’être sur un terrain, Larry Bird reste un joueur dangereux et craint par l’ensemble de ses adversaires.

On a déjà tous entendu au moins mille fois des anecdotes de trashtalking envoyées par le blondinet et, si on peut être sûr d’une chose, c’est qu’il ne recule jamais devant un défi. Au contraire, c’est ce qui le nourrit et le pousse à se surpasser. C’est sans doute ce que Chuck Person a voulu vérifier par lui-même lors de ce fameux hiver 90. En amont de son déplacement au Boston Garden, l’ailier des Pacers surnommé “The Rifleman” (l’homme à la carabine pour les amoureux de Molière) envoie une punchline à Larry Bird dans les médias.

“L’homme à la carabine arrive et il va chasser l’oiseau.”

Bird, oiseau, carabine, chasser, pas besoin de vous faire un dessin. Du trashtalking en règle à une exception quand même : attaquer le roi du blabla sur son terrain, c’est s’exposer à de violentes représailles. Avant même de débuter la rencontre, Larry Bird joue les oiseaux de mauvais augure et annonce qu’il a un cadeau pour Person. La magie de Noël n’a pas tardé à faire effet. En deuxième mi-temps, le #33 des Celtics plante un gros tir à 3-points juste devant le banc des Pacers. Le ballon à peine relâché de son poignet, Bird se retourne et regarde Chuck Person fixement pour lui réciter une comptine de Noël pendant que son tir fait ficelle.

“Merry Fucking Christmas !”

La fête est finie comme dirait Aurélien Cotentin, l’Oiseau vient de fusiller le chasseur. C’est le nappage final sur la bûche de Noël. Chuck Person et les Pacers auront même du rab en dessert. Larry Bird termine aux portes du triple-double (22 points, 12 assists et 7 rebonds) et Boston n’a pas oublié d’offrir une grosse valise à ses hôtes pour Noël (152-132). Malgré cet épisode, Bird garde un souvenir spécial de ses affrontements avec Person.

“J’ai toujours respecté Chuck. Je sais que les adversaires vont tenter de m’attaquer et avec lui c’était à chaque fois le cas. Chuck a toujours tout donné et je l’ai toujours respecté pour ça. On a eu des échanges verbaux et il racontait beaucoup de merde avant de venir à Boston ou avant quand je venais à Indiana. Mais malgré cela, je respectais beaucoup le gars.”

Le 26 décembre, on savait déjà que Larry Bird n’aurait pas de cadeau au Noël prochain car il est incapable de rester sage plus d’une journée. Et pour tous ceux qui veulent souhaiter un joyeux Noël avec autant de charisme que l’Oiseau, n’oubliez pas de vous faire plaisir sur le Shop TrashTalk.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top