Jazz

Preview du Utah Jazz – saison NBA 2022-23 : après l’opération démolition, qu’attendre des Mormons ?

Danny Ainge

L’effet Danny Ainge.

Source image : Youtube

Classique parmi les classiques, la preview globale de franchise est prête pour le client du jour. Direction Salt Lake City avec l’analyse à la loupe du Jazz version 2022-23. Spoiler, il y a eu un très gros chamboulement chez les Mormons cet été et les objectifs radicalement changé du côté d’Utah en comparaison aux saisons précédentes. Oubliez le titre ou les Playoffs, maintenant on mise sur la Draft !

Ce qu’il s’est passé la saison dernière

C’était en quelque sorte la saison de la dernière chance. Après plusieurs éliminations prématurées en Playoffs, le Jazz version Rudy Gobert – Donovan Mitchell n’avait pas d’autre choix que d’attendre au moins les Finales de Conférence Ouest pour considérer la campagne 2021-22 comme une réussite. Résultat ? Les Jazzmen n’ont même pas passé un tour de Playoffs. Les hommes de Quin Snyder sont effectivement tombés face aux Mavericks pourtant privés de Luka Doncic pendant trois matchs, et les limites montrées en saison régulière ont encore une fois éclaté à la gueule des Mormons en Playoffs. Défense extérieure à la ramasse, un Rudy Gobert à l’impact réduit, adresse à 3-points en berne et collectif globalement en perdition en comparaison à la saison précédente, bref ça sentait clairement la fin de cycle.

Pendant ce temps-là, en coulisses, ça a pas mal bougé puisque Danny Ainge est arrivé au mois de décembre. Et il n’a pas mis très longtemps avant de prendre des décisions fortes comme lorsqu’il a transféré Joe Ingles – qui faisait un peu partie des meubles à Utah – au moment de la trade deadline. Mais ce premier deal n’était en fait qu’un aperçu du plan démolition de Danny, qui a décidé de tout casser durant l’été.

Le marché de l’été

  • Ils partent : Donovan Mitchell, Rudy Gobert, Bojan Bogdanovic, Royce O’Neale, Eric Paschall, Juancho Hernangomez, Danuel House, Hassan Whiteside, Quin Snyder (coach)
  • Ils prolongent : 
  • Ils arrivent : Collin Sexton, Lauri Markkanen, Ochai Agbaji, Malik Beasley, Jarred Vanderbilt, Leandro Bolmaro, Walker Kessler, Simone Fontecchio, Kelly Olynyk, Saben Lee, Talen Horton-Tucker, Stanley Johnson, Cody Zeller, Will Hardy (coach), 78 choix de draft

Le grand ménage. Voilà comment on pourrait qualifier le marché de l’été 2022 du Jazz. Au revoir Rudy Gobert, au revoir Donovan Mitchell, au revoir Bojan Bogdanovic, au revoir Royce O’Neale et Cie. Danny Ainge l’a dit lui-même, le groupe de joueurs de l’an dernier « ne croyaient pas vraiment les uns en les autres » alors il a décidé d’employer les grands moyens pour permettre à la franchise d’Utah de repartir sur de nouvelles bases. Pas moins de neuf joueurs (dont pas mal de jeunots), sept choix de premier tour de draft et trois pick swaps ont été récupérés dans les gros deals de Gobert et Spida, de quoi poser des fondations solides pour la reconstruction. Et du changement, il y en a eu également sur le banc puisque Quin Snyder a décidé de mettre fin à son aventure chez les Mormons, tandis que Will Hardy – seulement 34 ans et aucune expérience en tant qu’head coach NBA – a pris sa place. Une reconstruction en bonne et due forme donc, et ce n’est probablement pas terminé puisque Mike Conley, Jordan Clarkson, Rudy Gay, Malik Beasley et Jarred Vanderbilt pourraient également déménager dans un futur proche.

Le roster 2022-23 du Jazz

  • Meneurs : Mike Conley, Saben Lee, Jared Butler
  • Arrières : Collin Sexton, Jordan Clarkson, Malik Beasley, Nickeil Alexander-Walker, Johnny Juzang (two-way)
  • Ailiers : Mettez Quivousvoulez, Talen Horton-Tucker, Ochai Agbaji, Simone Fontecchio, Stanley Johnson, Leandro Bolmaro
  • Ailiers-forts : Lauri Markkanen, Jarred Vanderbilt, Rudy Gay
  • Pivots : Walker Kessler, Kelly Olynyk, Cody Zeller, Udoka Azubuike

En orange les starters pressentis, selon les fameuses sources proches du dossier

On a essayé de monter un cinq majeur et une certaine hiérarchie avec ce roster, mais c’est clairement à prendre avec de grosses pincettes. Déjà parce qu’on devrait logiquement assister à d’autres trades à l’avenir pour virer les derniers vétérans de l’ère Gobert – Mitchell qui sont toujours là, et ensuite parce qu’on ne sait pas ce qui se trouve dans la tête de ce bon vieux Danny Ainge. Quels sont véritablement les joueurs faisant partie de son projet de reconstruction ? Sur qui compte-t-il vraiment ? Et qui est là uniquement pour faire le nombre ? Ces réponses, on les aura uniquement au fur et à mesure qu’on avance dans ce projet.

Une petite vidéo en passant ?

Les salaires 2022-23 du Utah Jazz

UFA : agent-libre non-restreint RFA : agent-libre restreint (Source Spotrac)

TTFL : les joueurs du Jazz à suivre

Lauri Markkanen et Collin Sexton.

Sans Donovan Mitchell et Rudy Gobert, on ne devrait pas trouver beaucoup de joueurs du Jazz dans nos decks. Néanmoins, avec un Lauri Markkanen – énorme lors de l’EuroBasket 2022 – dans un tout nouveau rôle et un Collin Sexton qui tournait encore en 24 points – 4 rebonds – 3 passes il y a à peine deux ans, on aura peut-être droit à quelques petites surprises. Ces deux-là devraient avoir pas mal de responsabilités dans cette nouvelle version du Jazz, surtout si certains vétérans comme Mike Conley et Jordan Clarkson finissent également par bouger.

Infirmerie : le point sur les blessures

Quand on s’intéresse à l’infirmerie d’Utah, quatre noms ressortent. Collin Sexton, pour commencer, qui a manqué presque toute la saison dernière, la faute à une déchirure d’un ménisque au genou gauche. Collin a privilégié la récupération à long terme et a subi une suture du ménisque, qui nécessite une rééducation bien plus longue. Il a été autorisé à reprendre à 100% en juin et devrait être en forme pour le début de la saison. Lauri Markkanen n’a quant à lui connu qu’une alerte sans gravité, avec une entorse de la cheville droite qui l’a privé de onze rencontres. De son côté, Rudy Gay a connu une saison compliquée par les blessures. Opéré en juin 2021 pour retirer un éperon osseux au talon droit, il a raté les quatorze premiers matchs avant d’en manquer quatre autres en janvier pour une récidive des douleurs. Des douleurs au genou droit l’ont également privé de cinq rencontres en février. Il sort ensuite progressivement de la rotation et ne jouera pas lors des Playoffs. Talen Horton-Tucker, pour finir, a entamé sa saison mi-novembre suite à la déchirure d’un ligament du pouce droit opérée en octobre dernier. Il a ensuite été gêné par une entorse de grade 2 de la cheville gauche. Il ne prendra pas le temps de bien la soigner et manquera six rencontres, ne s’arrêtant que lorsque la douleur était trop forte. Pour conclure, même s’il faudra surveiller l’état de forme de THT et Sexton, il n’y a pas trop d’inquiétude du côté de l’infirmerie du Jazz. 

Quels objectifs cette saison ?

Le Jazz a plongé la tête la première dans un nouveau projet de reconstruction, et qui dit projet de reconstruction dit vision à long terme en axant sur la Draft. Et qui dit objectif Draft dit forcément défaites histoire de se placer le mieux possible au niveau de la Loterie, surtout que la cuvée de jeunots 2023 s’annonce particulièrement excitante (coucou Victor Wembanyama).

Mais plus globalement, Utah devra également affiner les grandes lignes de son nouveau projet. Cela va notamment passer par d’autres transferts, notamment ceux attendus de Conley et Clarkson, pour tourner la page à 200% et y voir plus clair. Et cela passera aussi par l’évaluation des jeunots ainsi que des joueurs pouvant potentiellement faire partie du projet mais qui n’en sont pas des piliers pour l’instant. Lauri Markkanen peut-il confirmer ce qu’il a confirmé à l’Euro et passer un cap ? Collin Sexton a certes été signé pour 71 millions sur quatre ans mais Danny Ainge compte-t-il véritablement sur lui à long terme ? Voilà le genre de questions qu’on se pose aujourd’hui à Salt Lake City. Et les dirigeants de SLC espèrent avoir des réponses au bout de la campagne 2022-23.

Le pronostic du rédacteur

27 victoires – 55 défaites – 12e place à l’Ouest.

Pas facile d’établir un pronostic avec une équipe qui vient de changer radicalement de visage et dont l’effectif pourrait encore bouger en cours de saison. Mais une chose semble certaine, la série de six qualifications consécutives en Playoffs va s’arrêter et le Jazz est sur le point de visiter les bas-fonds de la Conférence Ouest. Allez au pif, on part sur 28 victoires, ce qui serait le plus faible total depuis la saison 2013-14, à savoir la toute première d’un certain Rudy Gobert…

Quelques liens utiles

Voilà pour la preview du Jazz pour cette saison NBA 2022-23. Pas du tout la même ambiance qu’à l’accoutumée, pas du tout les mêmes objectifs, pas du tout les mêmes joueurs. Danny Ainge est passé par là et une grosse page vient de se tourner. Maintenant, les Mormons vont devoir s’armer de patience et bouffer de la défaite, c’est ça le prix à payer pour espérer rebondir. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top