Cavaliers

Donovan Mitchell et Darius Garland sur le backcourt des Cavs : sur l’échelle du plaisir de l’œil on est très très haut

programme NBA télé 19 octobre 2021

C’est quand le premier match ?

Source image : Montage TrashTalk

Plus que la défaite franchement crado des Bleus, c’est sans doute le trade de Donovan Mitchell que l’on retiendra de la soirée d’hier. Eh oui, pour ceux qui se seraient endormis devant la France et viendraient d’émerger, sachez que Spida est désormais un joueur des Cavaliers. Envoyé dans la Land contre un package monstrueux, l’arrière débarque dans un effectif jeune et ultra talentueux. Son association avec Darius Garland est hyper excitante sur le papier, et après Sexland on a quand même bien hâte de voir ce que peut donner le duo Gartchell sur un parquet. 

Trois premiers tours de draft non protégés (2025, 2027 et 2029), Lauri Markkanen, Collin Sexton et Ochai Agbaji. Non, ce n’est pas la liste des participants au futur Skills Challenge, mais bien la contrepartie qu’a dû balancer Utah pour s’attacher les services de Donovan Mitchell. Un bon gros trade comme on les aime, mais pour attirer un triple All-Star, il faut ce qu’il faut comme on dit. Après cinq années passées chez les Mormons, Spida va donc découvrir une nouvelle équipe toute aussi talentueuse, et son association avec un certain Darius Garland a de quoi faire rêver. Deux jeunes joueurs très performants, deux gamins déjà étoilés mais surtout deux formidables basketteurs qui ne demandent qu’à progresser. D’ailleurs, ce ne serait pas un blasphème que de dire que ce duo fait déjà partie des meilleurs backourt de la Ligue sur le plan offensif, on y reviendra. À vingt-deux et vingt-cinq ans, le meneur et l’arrière disposent déjà de belles lignes sur leur CV en NBA. Nos deux deux garçons ont été sélectionnés au All-Star Game et ont également déjà été les leaders de leur équipe, sur une saison au moins. Un joli chemin parcouru pour des petiots draftés il n’y a pas si longtemps que ça (2017 pour Mitchell et 2019 pour Garland).

Sur le papier, l’association Gartchell a de la gueule, mais sur le terrain qu’est ce que ça peut vraiment donner ? Alors spoiler, tout ceci n’est que de la supputation, mais c’est quand même sympa d’imaginer les perspectives offertes par ce duo. Déjà et pour commencer, il est important de rappeler qu’on parle de deux très, très bons joueurs, offensivement parlant tout du moins. Donovan Mitchell est un vrai scoreur et n’est jamais tombé en dessous des 20 points de moyenne, pas même pour sa première année en NBA. Darius Garland est davantage un chef d’orchestre capable de faire jouer les autres, mais attention à ne pas sous-estimer les talents du bonhomme au scoring. En plus d’être un maestro, DG a montré qu’il disposait d’un vrai bout de shoot. Sur le papelard, les deux semblent complémentaires mais attention et comme on le dit souvent, il n’y qu’un seul ballon pour deux paires de mimines. Tiens d’ailleurs, important de rappeler que chacun de nos deux garçons sort d’une expérience mitigée avec leur ancien partenaire sur le backcourt. L’association Conley / Mitchell n’a jamais vraiment pris, pas plus que celle entre le duo Sexland. Bon attention hein, on ne dit pas que les joueurs ne pouvaient pas se piffrer, simplement que les rôles et les responsabilités n’étaient pas toujours très clairs. Au-delà même de cette question, une limite évidente s’impose : celle de la défense. Si ce n’est pas toujours la taille qui compte, eh bien en NBA, c’est un peu le cas quand même et notre duo ressemble fort à Arthur et Bétamèche des Minimoys. Tous les deux listés à 1m85, ces garçons risquent d’être ciblés chaque soir, alors il va falloir les efforts défensivement pour ne pas plomber les Cavs. Bref, pour l’instant, tout ceci n’est que supposition et le parquet se chargera bien mieux que nous de rétablir la vérité. Si ça se trouve, on est entrain d’assister à la formation  d’une association all-time que personne ne voit venir. En tout cas, les deux ont visiblement hâte de jouer ensemble.

Avec l’arrivée de Donovan Mitchell, les Cavs confirment qu’ils ne sont plus là pour rigoler. Trois fois All-Star, ce monsieur et son copain de ligne arrière pourraient bien faire des ravages chaque soir. Attention toutefois les garçons, scorer des pions, c’est bien, mais défendre le plomb, c’est quand même pas mal non plus. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top