Grizzlies

Kenny Lofton Jr. confirme face à Chet Holmgren en Summer League : attention, un semi-remorque a très envie de rouler sur nos vies

Kenny Lofton Jr. 7 juillet 2022

Cet homme nous procure des sensations.

Source image : NBA League Pass

C’était cette nuit le deuxième des trois chapitres de la Salt Lake City Summer League 2022, et le programme nous offrait, entre autres, un duel très attendu entre l’immense Chet Holmgren et l’immensément large Kenny Lofton Jr., au lendemain de leurs premières sorties respectives qui avaient fait fumé nos naseaux de bonheur. Le Laurel vs Hardy version NBA.

Ils se connaissent, ils se connaissent très bien puisqu’ils étaient notamment compagnon d’armes l’été dernier lorsque Team USA était venu à bout de la France de Victor Wembanyama en finale de la Coupe du Monde U19. Cette nuit ils se sont croisés, à l’occasion du deuxième match de la Salt Lake City Summer League entre leurs franchises du Thunder et des Grizzlies, et si d’autres points ont attiré notre attention cette nuit c’est bel et bien le duel entre Chet Holmgren et Kenny Lofton Jr. qui était au centre de tous les débats. On parle d’une licorne de 2m16, n°2 de la dernière draft et dont l’objectif est clairement de mettre la NBA toute entière à genoux, face à un joueur au profil… différent, moins de 2m et plus de 130 kilos, qui n’aura donc mis que deux matchs pour faire comprendre à la Ligue de quel or semble être faits ses mimines. Sa performance du soir ? Elle a parfois dénoté de sa difficulté (impossibilité ?) à défendre, mais quelques joueurs NBA, quelques stars même, n’ont-elles pas elles-mêmes passé leur carrière à se cacher dans leur moitié de terrain ? Joker. En attaque par contre tous aux abris car KLJ a démontré une nouvelle fois qu’il avait tout, rajoutant cette fois-ci l’émulation de la rencontre avec le présumé crack du pays et le soupçon d’arrogance positive récupéré probablement en fréquentant le young core des Grizzlies. Résultat des courses ? Lofton a été lancé dans le cinq de Memphis et il a tapé dedans comme si sa vie en dépendait.


Ouais, ouais, tout ça ne reste qu’une tripotée de highlights au mois de juillet, mais si vous nous dites que voir ce bulldozer en direct ne vous procure pas quelques émotions, on vous laisse vous mater des images de DeMar DeRozan époque Spurs en buvant de l’eau plate et tiède. Car il y a forcément quelques poils qui se hérissent, en gardant évidemment à l’idée que rien ne lui sera offert et que le chemin est encore long, à peine débuté même. La NBA cherche sans cesse de nouveaux porteurs d’espoirs de nouveaux tracteurs de motivation pour la jeunesse, de nouvelles icônes pour les fans, et le jeune intérieur des Grizzlies, bien que signé seulement sur un two-way contract, coche peut-être quelques unes de toutes ces cases (surtout celle du tracteur). En tout cas son mois de juillet est un délice, tant mieux car on ne demande à personne d’être bon en novembre… en juillet. Ne pas mettre la charrue avant les bœufs, surtout quand le bœuf est du genre bourguignon et s’appelle Kenny Lofton.


19 points, 6 rebonds et 3 passes à 8/17 au tir dont quelques futurs classiques, voilà donc pour le bilan du deuxième buffet de Kenny sur cette Summer League. Chet Holmgren a été plus discret (11/12/3/2) au contraire d’un Josh Giddey trop facile (24/10/10) et d’un Jalen Williams qui gagne à être connu (16 points dont 3/3 du parking). Dans l’autre match on note surtout le retour aux affaires du meilleur joueur de l’histoire de la planète Terre et de ses galaxies environnantes (Bruno Caboclo), mais au final c’est bien cet incroyable bloc de Kenny Lofton qui a encore fait sensation.

La suite ? Ce soir à 1h face au Jazz pour le dernier matchs des Grizzlies à Salt Lake City, avant que tout ce petit monde ne décolle pour s’enjailler une semaine à Vegas. Le mois de juillet en NBA ? C’est intouchable.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top