Wizards

Officiel, Bradley Beal prolonge pour 251 millions sur 5 ans aux Wizards : contrat supermax signé, Bealou reste fidèle à Washington !

Bradley Beal Wizards 2 mars 2022

Entre loyauté et volonté de gonfler son compte en banque, Bealou a dit oui aux Wizards !

Source image : NBA League Pass

Déclinant sa player option avant la date limite du mercredi 29 juin, Bradley Beal s’est retrouvé pendant un court instant dans le costume d’agent libre, mais un départ n’a jamais vraiment été d’actualité. Sans surprise, Bealou prolonge aux Wizards avec un très gros pactole à la clé !

251 millions de dollars sur cinq ans. Qui dirait non ? En tout cas pas Bradley Beal. Selon Adrian Wojnarowski (ESPN), l’arrière star des Wizards a donc décidé d’empocher son contrat supermax pour se lier à sa franchise de cœur jusqu’à la saison 2026-27. Un scénario très largement attendu à travers la Ligue, Bealou étant en position de décrocher avec Washington le plus gros contrat de sa carrière lors de cette Free Agency 2022. Aucune autre franchise NBA n’était en capacité de lui offrir un tel deal et mis à part le scénario toujours complexe d’un sign-and-trade, rien ne pouvait laisser penser à un départ de Beal cet été. Cela fait quand même une décennie que Bradley évolue dans la capitale US, ce qui lui a permis d’être éligible à un contrat où son salaire de base représente 35% du salary cap, à savoir 43,2 millions de dollars. Ce montant continuera ensuite de grimper progressivement année par année pour atteindre les 57,1 millions dans la dernière année du deal, en 2026-27. Forcément, difficile de s’asseoir sur un tel pactole. On se montrerait cependant injuste envers Bealou si on ne mentionnait pas l’aspect loyauté, car même si les dollars pèsent évidemment beaucoup dans sa décision de continuer l’aventure à D.C., Bradley Beal fait partie de ces rares franchise players qui sont l’homme d’une seule franchise dans la NBA actuelle. Drafté en troisième position par Washington en 2012, Beal aurait pu demander son départ depuis longtemps au vu des hauts et des bas vécus depuis. Mais désormais il est lié contractuellement à son équipe de cœur pour le reste de son prime.

Maintenant que le compte en banque est très bien rempli vient le plus difficile : monter une équipe vraiment compétitive à Washington autour de Beal. Les Wizards n’ont pas gagné la moindre série de Playoffs depuis 2017 et clairement cette phrase a le don de frustrer Bealou, toujours à la recherche d’un premier titre. Dans l’optique de redevenir une équipe qui compte à l’Est, le manager général Tommy Sheppard a recruté Kristaps Porzingis au cours de la trade deadline de février et s’est bougé pas plus tard qu’hier pour combler le trou béant que possédait Washington à la mène. Au revoir Kentavious Caldwell-Pope et Ish Smith, bonjour Monte Morris et Will Barton. Un deal vraiment pas dégueu pour D.C., qui récupère deux joueurs pouvant apporter un plus aux Sorciers dès la saison à venir. Et à ça est également venu s’ajouter le prometteur rookie Johnny Davis, sélectionné avec le dixième choix à la dernière Draft. D’autres mouvements pourraient encore suivre lors de l’intersaison pour tenter de monter le meilleur projet possible sur la durée du prochain contrat de Beal, même si un tel salaire va forcément réduire la marge de manœuvre du management de Washington. On le sait, les contrat supermax, c’est pas toujours ce qu’il y a de mieux pour une franchise et son joueur. Il n’est pas impossible que d’ici 2027, Bradley et les Sorciers se rendent compte que leur relation ne va nulle part et finissent par se séparer via un potentiel transfert, mais ce n’est évidemment pas le message qui domine aujourd’hui. Beal vient de s’engager avec son équipe de toujours sur le long terme, et les Wizards veulent construire quelque chose de grand avec lui. Y’a plus qu’à comme on dit…

Sans surprise, Bradley Beal prolonge l’aventure aux Wizards et remplit bien comme il faut son compte en banque avec 251 millions de patates sur cinq ans. Reste à voir désormais où cela mène Washington lors des saisons à venir, et si Beal peut retrouver son tout meilleur niveau après la campagne pas tip top réalisée cette année.  

Source texte : The Athletic / ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top