Bucks

Hugo Besson pourrait retourner en Europe la saison prochaine : reculer, mieux sauter, on s’est compris

Hugo Besson

Retour en Europe pour Hugo Besson ?

Source : YouTube

Comme Ismaël Kamagate, Hugo Besson devrait lui aussi zapper la case NBA en 2022-23. Les Bucks auraient décidé de le renvoyer bosser ses gammes avant de potentiellement le rappeler à l’avenir. Dommage pour l’intéressé, mais ne t’inquiète pas Hugo, Coach Bud’ a ton 06 en cas de besoin. 

Là est toute l’ironie d’une Draft NBA. Tandis que des joueurs draftés et donc reconnus pour leur talent n’ont pas et n’auront peut-être jamais l’opportunité de fouler un parquet de NBA, d’autres non appelés bénéficient d’un contrat auprès de certaines équipes pour un essai en G League. D’ailleurs, on se souvient à titre d’exemple du cas de notre Français David Michineau, drafté en 2016 par les Pelicans puis jamais rappelé aux États-Unis depuis. Ce scénario, ce n’est pas forcément celui qui attend Hugo Besson dans l’avenir, mais il n’est pas à exclure. Ce qui nous fait penser que les choses peuvent s’éclaircir pour le natif du Var ? Et bien primo, les Bucks ont posé du cash sur la table le soir de la Draft pour racheter le choix 58 des Pacers. L’idée de sélectionner Hugo était donc sans doute dans un coin de la tête du management des Daims depuis un petit moment. Deuzio, et même si ce n’est pas encore officiel, M’sieur Besson pourrait jouer la Summer League avec Milwaukee. On ne sait jamais puisqu’après un Combine couronné de succès… peut-être qu’une porte s’ouvrira au terme d’un été de basket réussi.

Si ce n’est pas le cas, il faudra donc prendre l’avion pour le Vieux Continent. Ou retourner en Australie peut-être ? Avec son programme préparatoire à la NBA et destiné aux jeunes, la National Basketball League australienne est un championnat prisé par les scouts des franchises. Pourquoi ne pas imaginer ainsi un retour chez les Kangoos Juniors pour continuer à bosser dur son jeu et taper dans l’œil d’un recruteur ? Le fait pour les Bucks de voir qu’un joueur dont ils détiennent les droits de Draft intéresse potentiellement une autre équipe peut tout à fait les faire rappeler le bonhomme aux Zétazunis. S’il venait à rester en Europe, Hugo pourrait essayer de se trouver une place dans un club qualifié pour les grosses échéances européennes. C’est l’une des voies pour jouir d’une visibilité maximale auprès des yeux d’outre-Atlantique. Dans tous les cas, travailler son basket et s’étoffer physiquement seront sans doute la clé pour que l’on ait un jour la chance de voir Hugo évoluer avec une tunique NBA sur les épaules.

Allez Hugo, il ne faut surtout pas baisser la tête mais plutôt prendre la nouvelle comme une opportunité de bosser encore plus dur avant de rejoindre la NBA. À seulement 21 ans, il y a encore le temps pour aller jouer chez l’Oncle Sam. 

Source : Twitter @eric_nehm

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top