Bulls

DeMar DeRozan s’installe dans le Top 50 des meilleurs scoreurs all-time : 12 ans de mid-range après 6 feintes, ça en fait des points

DeMar DeRozan 30 mars 2022

Bien joué DéDé, tu le mérites ce Top 50.

Source image : NBA League Pass

Bang, bang, bang ! DeMar DeRozan porte son total de points marqués en NBA à 19720 après les 32 plantés cette nuit face aux Wizards. Il dépasse ainsi John Stockton, le mythique meneur du Jazz, et intègre du même coup le Top 50 des plus gros scoreurs all-time. L’occasion est plutôt bonne pour mettre en lumière un joueur qui a fait partie de la discussion pour le MVP cette saison, non ?

DeMar DeRozan ne cesse de donner des arguments pour faire taire les plus sceptiques. Cette fois, il nous a prouvé qu’il faisait partie des scoreurs que l’histoire de la NBA devra retenir. La nuit dernière, sur le parquet des Wizards, DMDR a encore pris feu dans le dernier quart-temps. Il y a inscrit 14 de ses 32 points du match pour offrir la victoire aux Bulls dans la capitale US et en a aussi profité pour choper la 50è place des meilleurs scoreurs all-time en NBA. Ça en fait du chemin de parcouru ! Drafté en 9è position par les Raptors en 2009, il a surtout fait preuve de régularité. En 2013-14, il atteint 22,7 points de moyenne pour sa cinquième saison chez les pros et sa première sélection au All-Star Game. Depuis, il n’a jamais terminé sous les 20 points par match à la fin d’une régulière. En 2016-17, il réalise l’une de ses meilleures saisons en carrière au scoring avec une moyenne de 27,3 points. Cette année-là, comme dirait Matt Pokora, DeRozan amène son équipe au deuxième tour des Playoffs mais les Raptors se font sweeper par les Cavs de LeBron James et Kyrie Irving. DeMar DeRozan est aussi devenu le meilleur marqueur de l’histoire des Raptors et il domine toujours ce classement devant Kyle Lowry et Chris Bosh avec 13296 points pour la franchise canadienne, puis il quitte finalement Toronto en 2018, en y ayant laissé une trace indélébile. Durant l’été, DMDR débarque aux Spurs pour trois saisons durant lesquelles il parviendra à garder le cap au scoring. Sans faire de vague, il plante tout de même plus de 21 points par match au Texas, et ça sur trois années consécutives. Mais c’est bien à Chicago qu’il va pouvoir laisser exprimer tout son talent offensif, depuis sa signature lors de la dernière Free Agency.

Cette saison, il porte les Bulls avec son pote Zach LaVine. À 32 ans, DMDR est en plein dans son prime. Il était même dans la discussion au MVP pendant longtemps. Non mais sérieux, on en reparle de son mois de février ? 34,2 points de moyenne en 13 matchs avec Chicago. C’est à cette période qu’il parvient à planter au moins 30 pions lors de dix matchs consécutifs. Pour ceux qui en doutaient encore : oui, il a bien l’âme d’un scoreur. De telles aptitudes pour marquer avec autant de régularité, ça ne se fait pas par hasard. Mais là où DéDé excelle, sa vraie spécialité, c’est le mid-range. Pour certains, marquer un paquet de points, ça se fait du parking, et les Splash Brothers des Warriors peuvent en témoigner. Pour d’autres, on domine plutôt dans la peinture, coucou Embiid et Giannis. Mais son délire à DMDR, c’est plutôt de prendre un tir en tête de raquette sur un pick-and-roll. C’est dans cette zone, entre le cercle et la ligne à trois points, que le 50ème meilleur scoreur all-time de NBA abat ses proies. Et quand cela ne suffit pas pour assurer la victoire, DeMar DeRozan entre en ébullition dans le money time, et là vous ne pouvez plus lutter. Le joueur de Chicago peut encore grapiller pas mal de places au classement des plus gros marqueurs. À 32 ans, il lui reste quelques saisons devant lui, si tout va bien. Il sera difficile de rester dans ses standings actuels avec l’âge, mais qui sait ? Il pourrait dépasser les 24 000 pions et potentiellement intégrer le Top 30, ou même plus, si affinités.

La régulière arrive à son terme. DeMarcus DeRozan intègre le Top 50 des meilleurs scoreurs all-time et conclut sa saison en beauté. L’un des plus gros scoreurs de NBA (oui, on peut plus que jamais l’affirmer) doit continuer sur sa lancée. Avec LaVine et Vucevic à ses côtés, DMDR peut ainsi pousser les Bulls à sortir des gros morceaux en Playoffs. Mais pour ça, il faudra que toute l’équipe répondre présent dans les moments importants.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top