News NBA

Le Heat « prétendant légitime » de Bradley Beal : s’il ne continue pas avec Washington cet été, le triple All-Star pourrait filer en Floride

Bradley Beal Jimmy Butler 4 février 2021

Ils s’amusent déjà comme des fous !

Source image : Youtube

Deux salles, deux ambiances. Le Heat prépare ses Playoffs, les Wizards leur intersaison. Mais deux franchises, une seule rumeur : les dernières rumeurs affirment que Bradley Beal aimerait bien jouer à Miami. Comment et pourquoi ? On vous explique tout ça.

Quelle saison décevante pour Bradley Beal. Alors qu’on avait placé de grosses attentes sur l’arrière star des Wizards, le garçon n’a pas répondu présent. En seulement 40 matchs joués, Beal est bien loin de ses standards puisqu’il tourne à 23,2 points, 4,7 rebonds et 6,6 assists à 45,1% au tir dont un très vilain 30% à 3-points. À côté de son niveau de jeu presque moyen, le natif de St. Louis a dû mettre prématurément fin à sa saison suite à une blessure au poignet qui l’a amené à subir une opération. En fin de contrat cet été, Brad dispose d’une player option à 37,2 millions de dollars pour la saison prochaine. S’il a toujours affirmé vouloir rester à DC, les rumeurs autour d’un départ dès cet été continuent de s’accumuler, à commencer par des rumeurs l’envoyant à South Beach. Selon Shams Charania de The Athletic, la franchise de Miami apparaît comme étant un « prétendant légitime » de Bradley Beal en cas de départ de Washington, si tant est que cela arrive.

Le scénario le plus probable ? Que l’arrière reste à Washington. Le triple All-Star aura le choix entre activer sa player option, ou ne pas l’activer et négocier un nouveau contrat avec sa franchise de toujours, auquel cas Boule & Beal sera éligible à un contrat max s’élevant à 246 millions de dollars sur cinq ans. L’argent, c’est bien et en dix saisons, nul doute que Big Panda a mis quelques sous de côté, mais qu’en est-il du projet sportif ? Cette saison, les Wizards ont réalisé un magnifique premier tiers avant de complètement s’écrouler par la suite, et ce, même après avoir échangé Spencer Dinwiddie et Davis Bertans contre Kristaps Porzingis. Aujourd’hui, la capitale étasunienne plafonne à la onzième place de la Conférence Est et ne se qualifiera certainement pas pour le play-in. « Pas grave, il y a l’intersaison pour recruter de meilleurs joueurs » direz-vous. Eh bien non, les finances de DC sont complètement bouchées. La saison prochaine, si aucun mouvement n’est fait et que Brad prend son option joueur, la franchise compte déjà 122,8 millions de dollars en contrats garantis, soit déjà plus de 10 millions au-dessus de l’espace salarial. Les Wizards se retrouvent dans une impasse et vont devoir remodeler une nouvelle fois leur effectif pour espérer conserver la star de 28 ans.

Wizards salary cap

Si les Wizards sont dans la m***e, on en connaît un qui se frotte les mains. Financièrement et sportivement, la re-signature de Beal à Washington va être un vrai casse-tête cet été et l’arrière pourrait avoir des envies d’ailleurs. Et pourquoi pas un retour en Floride, là où il avait fait ses gammes à l’Université de Florida State ? Désolé les fans du Magic, on ne parle pas de vous, mais bien de la franchise de Miami. Le Heat domine la Conférence Est avec un bilan de 47 victoires pour 25 victoires, grâce à un effectif composé de briscards et de morts de faim. On ne sait pas encore ce que ça va donner en Playoffs, mais il y a de fortes chances que les Floridiens passent un, deux voire trois tours durant la postseason. À l’intersaison, ils auront la possibilité de s’améliorer en ajoutant Bradley Beal aux côtés de Jimmy Butler, Bam Adebayo et Kyle Lowry. Ça ne sera pas non plus simple mais le projet sportif est déjà plus sexy. L’arrivée de Brad à South Beach ne pourra se faire que de deux manières : en tant qu’agent libre ou via un trade. En ce qui concerne la première option, les finances de Miami sont encore plus bouchées qu’à Washington et Pat Riley devra faire de la place pour ne serait-ce qu’espérer accueillir le triple All-Star. On peut imaginer que le parrain se débarrasse du sniper Duncan Robinson (16,9 millions de dollars la saison prochaine) pour espérer libérer suffisamment de place pour proposer un contrat décent au second meilleur marqueur de la saison 2020-21. Si l’arrivée en tant qu’agent libre est « faisable », on imagine mal le franchise player des Wizards se barrer sans garantir une quelconque contrepartie à l’équipe qui l’a drafté. En cas d’arrivée à Miami, le scénario le plus probable serait un trade. Mais alors qui placer dans la balance côté Miami ? Comme mentionné plus haut, en cas d’arrivée de Beal en Floride, le départ de Duncan Robinson est inévitable. D’autant plus qu’à l’occasion de la deadline, Patoche a fait des affaires avec le Thunder pour récupérer son choix de Draft 2022 ou 2023. Un package Duncan Robinson + un pick de draft ? C’est assez peu pour espérer récupérer Bradley Beal et le Godfather devra très certainement intégrer Tyler Herro s’il veut convaincre Tommy Shepard. Et encore, pas sûr que ce dernier accepte.

Heat salary cap

Bradley Beal est un formidable joueur, un des meilleurs arrières de la NBA et son temps à Washington pourrait être compté. En cas d’arrivée à Miami, le Heat serait très certainement favori pour le titre. Rien n’est encore fait, on en est loin d’ailleurs, mais en NBA, on a déjà été témoin de mouvements bien plus inattendus, alors qui sait ? Prenez-le comme vous le souhaitez, mais le maillot de Miami irait très bien sur les épaules de Brad.

Sources texte : The Athletic, NBC Sports

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top