Nets

Kyrie Irving, stratosphérique : 60 points à Orlando à 20/31 au tir dont 41 points en première mi-temps, le sorcier de Brooklyn a touché le sommet

En déplacement à Orlando dans un match que peu de monde attendait vraiment à la base, Kyrie Irving a transformé la soirée en un moment de véritable nage en apesanteur. Un récital technique et thermométrique de la part du meneur, qui est rentré dans une zone inhumaine et en a profité pour taper deux records ce mardi : 60 points, soit une nouvelle barre personnelle, et la plus haute perf au scoring de l’histoire des Nets. Stratosphérique.

Comme dans un rêve.

Le doigt pointé vers le ciel, après son dernier shoot, celui qui va lui permettre de sortir du match avec 60 points.

Depuis plus de 10 ans, Kyrie Irving a l’habitude de nous faire rêver sur les parquets. Ses dribbles, son style, ses shoots, son look, combien de fois le meneur a fait renverser des fans ne croyant pas ce qu’ils venaient de voir ? Ce mardi, pourtant, c’est bien lui qui rêvait. Un moment de pause entre le sommeil et l’éveil, pour venir bénir les fans d’Orlando avec un show dont ils se souviendront toute leur vie. Rappelons avant tout le contexte, car ce dernier était déjà bien influencé par une haute dose de scoring. En effet, il y a une semaine, c’est… Irving qui plantait 50 points à Charlotte, une perf monumentale et pleine d’efficacité qui rappelait à quel point le vétéran peut mettre la sauce à n’importe qui sur la planète. Quelques jours plus tard, jeu collectif oblige, c’est Kevin Durant qui y allait de sa cinquantaine en écrasant les Knicks de toute sa classe. On avait donc eu droit, en l’espace de quelques heures, à deux immenses joueurs lâchant deux immenses chefs d’oeuvre pour notre plus grand plaisir. On était forcément rassasiés, ne pensant pas qu’un des deux lascars allait nous régaler une nouvelle fois. Pas là, pas maintenant Zinedine. Pas en aussi peu de temps.

Et bien si.

Agressif d’entrée et scorant à outrance sur ses défenseurs, Kyrie va donner le ton et faire d’une rencontre initialement collective un one-man show, littéralement. Tout le bagage technique y passe, dans la plus pure tradition du joueur formé quelques matchs à Duke. Pénétrations, lancers, tirs de loin, fade-away, main droite, main gauche, Irving déploie tellement sa panoplie qu’il aurait pu ouvrir un magasin dans la foulée. Et chaque défenseur prend tarif, sans que l’intéressé donne la sensation de croquer. Déjà 16 points dans le premier quart, mais jusqu’où ira-t-il dans le second ? À peine un nouveau shoot rentré que Kevin Durant et les Nets, tout de suite, comprennent ce qui est en train de se passer. Un des joueurs les plus techniques et doués de l’histoire de la NBA est en train de rentrer dans la zone, donc les joueurs de Brooklyn n’ont qu’une mission : envoyez-lui tous les ballons. Pas de problème pour ce soir, nous on regarde et on apprécie, pop corn à la main. Ce sont donc KD, Patty Mills et compagnie qui se muent en véritables spectateurs, pendant qu’Irving assassine ses opposants quelle que soit la couverture imposée. Isolation, double-team, ligne de fond, tête de raquette, high screen, feintes de départ, tir de loin, quelle que soit la défense proposée Orlando va se prendre un tsunami noir et blanc sur la tronche, Kyrie terminant sa première période avec 41 points…! Oui, 41 points, soit le plus gros total de points scorés par un joueur dans une mi-temps depuis le match à 70 points de Devin Booker à Boston, et le deuxième plus gros total scoré par un joueur en première mi-temps derrière Kobe dans les 20 dernières années. Rendez-vous compte, 41 fucking points au moment d’entrer au vestiaire. Tout la planète NBA ne parle que de ça.

Et forcément, on se dit que va nous réserver la suite ? Surdoué, possédé, Kyrie peut tout à fait aller chercher les 70 de Booker ou les 80 de Kobe, non ? Et bien malheureusement pour les livres de record, non, mais cela n’a pas gâché le niveau de plaisir vécu en direct. D’abord, Irving loupe ses shoots et on se dit donc que la soirée va se calmer. Il ne faut attendre que quelques minutes de plus pour que la machine reparte, et les barrières tombent. 45, 50, 51, 55, 57 points… le record des Nets qui était détenu par Deron Williams ? Égalé. Le temps d’un verre d’eau, puisque sur un dernier pull-up à trois points côté gauche, Kyrie fracasse la barrière des 60 points et le public d’Orlando explose. Sur le banc de Steve Nash, les têtes sont secouées, les joueurs debout. Blake Griffin et James Johnson se regardent, Nic Claxton secoue la tête. Et Kevin Durant, pourtant un habitué du scoring, ne peut se retenir en voyant son bras-droit entrer dans la zone la plus chaude de sa carrière.

Le doigt est levé, Kyrie quitte le terrain sous une ovation des fans présents sur place. Lui redescend à peine sur notre planète, les supporters réalisent qu’ils viennent d’assister à un show extraordinaire. Souvent considéré dans le club des plus grands techniciens de l’histoire, Irving voit ici son sommet trouver une date, à Orlando le mardi 15 mars de l’an 2022. Comme dans un rêve, comme un gosse qui se balade au playground, comme dans un film qui se finit bien et qu’on retrouve le vendredi soir sur RTL9. Depuis des jours, des semaines, des mois même, Kyrie est au centre de nombreuses discussions. Vaccin, pas vaccin, connerie, pas connerie, banc ou pas de banc à domicile, chacun y va de son avis sur l’homme. Indéniablement, les décisions prises par ce dernier laissent perplexe, qu’on aime ou pas. Mais une chose qui rassemble absolument tout le monde ? C’est le basketteur qu’est Kyrie Irving, surtout quand il est en feu. Un véritable bijou de notre sport, un artiste comme rarement on en croisera, et qui a offert son plus beau solo de guitare cette nuit. Si le Magic avait tenu un peu plus dans la rencontre, nul ne doute que le meneur aurait été chercher les 70 points, et plus si affinités. Mais en tapant les 60 dans un match à sens unique, les dégâts étaient déjà suffisants. Kyrie cimente ainsi la folle période dans laquelle la NBA se trouve actuellement, avec des matchs à 50 points minimum quasiment tous les soirs. Que se passe-t-il ? Quelqu’un a trafiqué les ballons ? Difficile à dire, mais impossible de ne pas prendre de plaisir. Qui sait, si vous dormez demain soir, peut-être que vous louperez une nouvelle mixtape unique…

Kyrie Irving est le basketball. Quand ce joueur est en feu, quand il entre dans une zone comme celle de ce mardi soir, les mots manquent pour décrire le niveau de beauté, de technicité et de joie qu’il dégage. Sa perf cette nuit est celle d’une vie : 60 points en 35 minutes, à des pourcentages irréels. Et dire qu’on loupe un match sur deux dans son prime…

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top