Cavaliers

Les Cavs en pole position pour récupérer Caris LeVert : la pièce parfaite pour chatouiller l’Est dès cette saison ?

Caris LeVert 25_01_2022

Ça aurait de la gueule non ?

Source image : montage TrashTalk via YouTube

Cleveland est peut-être la plus grosse surprise de cette saison et la franchise entend bien continuer ainsi. Bien installés dans le Top 6 à l’Est, les Cavs vont tenter de peaufiner l’effectif à la deadline pour tenter un run en Playoffs. Un nom circule pas mal ces derniers jours pour venir renforcer les lignes arrières des hommes de J.B. Bickerstaff, c’est celui de Caris LeVert.

« Ce soir je ne peux pas sortir, il y a Cleveland qui joue et je ne peux pas rater ça.» Typiquement le genre de phrase qu’il était impossible de prononcer en octobre dernier et qui est loin d’être déconnante aujourd’hui. En effet, avec 29 victoires et 19 défaites à 1,5 match de la première place, on peut légitimement dire que les Cavs jouent bien au panier-ballon, le tout sous l’impulsion d’une star qui émerge : Darius Garland. Lui qui sera – normalement – All-Star, envoie 20 points et 8 passes pépère. Il vient même d’enchaîner un cinquième match de suite à 10 passes ou plus, le premier à faire ça dans l’Ohio depuis un certain… LeBron James. Jarrett Allen est une vraie révélation, Kevin Love sourit pour la première fois depuis 3 ans, Lauri Markkanen peut jouer au poste 3 et Evan Mobley est trop bon pour être vrai. La saison de Cleveland est jusque-là parfaite… ou presque. Le 29 décembre dernier, Ricky Rubio se blesse assez sérieusement et on apprend vite qu’il ne rejouera pas de la saison. Un vrai coup dur pour la franchise et pour le joueur qui tournait à 13 points, 6,6 passes et qui complétait parfaitement un backcourt orphelin d’un Collin Sexton… lui aussi blessé. Pour l’instant, Darius tient la baraque mais ce n’est pas avec Rajon Rondo qu’il va faire passer un cap à cette équipe.

Pour l’aider, Cleveland a trouvé l’élu de son cœur en la personne de Caris LeVert, arrière scoreur prolifique (18,5 points) et capable de créer pour les autres (4,2 passes). Il pourrait être le complément idéal à côté d’un Darius Garland en mode distributeur, pendant que le pote de Booba s’occupe de get buckets ! Pour chiper l’arrière à des Pacers en mode « on va tout péter », les Cavs devront sans doute intégrer Ricky Rubio à la transaction. Triste fin pour le meneur de poche espagnol mais son contrat expirant lui offre une belle valeur aux yeux d’une franchise en reconstruction. Sauf cataclysme, Cleveland devrait éviter le play-in et l’assemblage d’un backcourt Garland-LeVert est relativement excitant. Ça score fort, ça joue intelligemment, même si Caris a une sélection de tir un peu moyenne… et ça ne défend pas le plomb, que ce soit pour l’un ou pour l’autre. Dans ce cas-là, JB a des options avec Isaac Okoro voire Rajon Rondo. Cette équipe avec LeVert peut jouer les épouvantails en Playoffs mais le manque d’expérience, et le fait que le Pacer soit une upgrade mais pas un top player non plus, fait que les Cavs restent encore un cran en dessous du Heat, des Bucks, des Nets, des Bulls ou même des Sixers, qui ont chacun dans leur effectif au moins un joueur qui peut prendre le match à son compte et détruire l’équipe adversaire. Même si Darius Garland a l’air d’emprunter ce genre de chemin, ça paraît à ce jour un petit peu court… Et on fermera bien nos bouches quand il sortira les Bulls au premier tour en tournant en 30/10.

La saison des Cavs est aussi belle que le visage de Natalie Portman et l’apport d’un Caris LeVert pourrait vraiment les faire progresser… Mais jusqu’à quel point ? Passer un tour en Playoffs serait déjà une belle progression et cela validerait la saison rêvée de Cleveland. Voir un trade de Caris comme une chance d’aller gratter la bazouze ? On n’en est pas là. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top