Blazers

Anfernee Simons enchaîne les grosses perfs : est-ce qu’il ne serait pas là, finalement, l’avenir des Blazers ?

Anfernee Simons 03-01-22

Elle est là la relève, ELLE EST LÀ !

Source image : YouTube

Auteur d’une saison plus que décevante, les Blazers sont aujourd’hui douzièmes à l’Ouest. La saison semble déjà jouée dans l’Oregon mais entre une défense toujours horrible et des blessures à la pelle, un élément donne pourtant satisfaction : Anfernee Simons.

Drafté en 24ème position en 2018, Anfernee Simons a peiné jusqu’alors à s’exprimer pleinement au sein de la ligue. Peu et mal utilisé par Terry Stotts (très peu étonnant) lors de ses trois premières saisons, l’arrivé de Chauncey Billups sur le banc de Portland lui a enfin permis d’éclore. Nouveau coach, nouvelles responsabilités. En comparaison à l’année dernière, le vainqueur du (dégueulasse) concours de dunk de 2021 prends 5 shoots de plus, pour 5,5 points ajoutés au compteur, et il a aussi progressé dans la distribution avec ses 2,5 passes par match. Terry Stotts, coupable du réchauffement climatique ainsi que de la faim dans le monde selon Neil Olshey, ne le faisait jouer que 17 minutes par match. En comparo, Mister Big Shot lui en donne 25. Une différence majeure de responsabilité qu’Anfernee Simons rend bien à son coach.

« Ant (Anfernee Simmons, ndlr) joue toujours pour quelque chose, et il le fait avec sa force mentale. Je ne pense pas qu’il réalise ce qu’il vient de faire ce soir. » (s/o à YouTube Portland Trail Blazers)

Voilà ce que rapportait Jusuf Nurkic (citation dont il devrait s’inspirer) après le carton de Ant ce lundi face aux Hawks. 43 points, 7 passes, à 13/21 au shoot dont 9/16 du parking, ce sont bel et bien les statistiques du meneur des Blazers ce soir-là. Des stats qui peuvent surprendre tant il a été discret jusque-là. Pourtant, il va vite falloir à s’habituer à ce genre d’explosion au scoring de la part du meneur, et Neil Olshey nous avait d’ailleurs prévenu à l’été 2020 puisqu’il déclarait que son joueur était « le plus talentueux qu’il ai drafté ». Dès mercredi soir le coquin a récidivé, même si la défense du Heat ne l’a maintenu qu’à 28 petits points en 53/50/100. La grosse vingtaine de pions pourrait en tout cas bien devenir une habitude dans les semaines qui arrivent. En effet, l’infirmerie des Blazers est (comme d’hab) bien remplie, surtout que les deux meilleurs joueurs de l’effectif (Damian Lillard et C.J. McCollum) y restent pour l’instant pour une durée indéterminée.

La vraie question que doivent désormais se poser les Blazers est donc : devrait-on reposer nos stars pour laisser les clefs du camtar à Simons ? Une question à laquelle on a très envie de répondre oui quand même. Gratter le Top 6 semble cette cette saison être une mission que même Tom Cruise ne parviendrait pas à accomplir, alors pourquoi forcer sur les abdos de Lillard pour accrocher un play-in. Et déjà faudrait-il en sortir. Puis même s’ils arrivent à se hisser jusqu’en Playoffs… tu as vraiment envie de vivre une 487ème sortie au premier tour ? Hum. Si Anfernee Simons continue sur cette lancée, autant le laisser se faire la main et en faire un sixième homme de luxe, voir un titulaire au côté de Dame pour la saison 2022-2023. Ce genre de décision impliquera indubitablement… un trade de C.J. McCollum pour libérer de la place sur les lignes arrière de Portland. Mais qui aujourd’hui veut en NBA d’un CeeJay avec de gros problèmes de santé, et qui touchera de surcroit encore 36 patates en 2024 ? Il n’y aura sans doute beaucoup de monde au portillon.

Le cas échéant, Rip City devra en tout cas accepter de trader pour récupérer un moins bon joueur, libérant ainsi de la place sur le backcourt. Rendu à trois forts éléments avec Damian Lillard, Norman Powell et un Anfernee Simons avec une demi-saison de titulaire dans les pattes, c’est plutôt joli sur le papier. Sauf que… nouveau problème pour Portland, Baby Dame est agent libre cet été. S’ils veulent qu’Anfernee fasse partie du projet, et qu’il continue à nous surprendre de jour en jour, il va donc falloir claquer des sous et Portland est donc à un gros virage, et le front office va devoir prendre de grosses décisions. À court terme déjà, à savoir s’il faut tirer un trait définitivement sur cette saison, décision qui aura peut-être un gros impact sur l’avenir de la franchise. Avec les bobos de Lillard à gérer, l’avenir de McCollum à gérer, le contrat de Simons à gérer et le billet d’avion aller simple direction la Bosnie pour Nurkic à gérer? Attention à ne pas prendre ce virage en fond de cinquième, pied au plancher, pour finir dans un ravin dont ils auraient du mal à sortir.

Anfernee Simons enchaîne les cartons, alors que les Blazers sont bidons, un point pour la rime, deux pour l’Oregon. Les mois qui arrivent ne vont pas être faciles à vivre à Portland, à moins que… l’explosion d’Anfernee ne vienne redonner de l’espoir à toute la ville.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top