Pistons

Cade Cunningham en galère : 2/14 au tir, 0/9 de loin, les débuts sont compliqués mais de la patience est demandée

Cade sur ses deux premiers matchs ? 3/22 au tir dont… 0/14 à 3-points.

Source image : YouTube

Auteur de débuts discrets lors de son tout premier match NBA face au Magic il y a quelques jours, Cade Cunningham voulait monter en puissance face aux champions en titre de Milwaukee. Pas de restrictions de minutes cette fois pour celui qui revient à peine d’un gros bobo à la cheville, mais le premier choix de la Draft NBA 2021 a connu une soirée bien galère face aux Bucks de Giannis.

29 minutes de jeu, 6 points, 2 rebonds, 3 passes, le tout à 2/14 au tir dont un zéro pointé de loin sur neuf tentatives. Quand ça veut pas, ça veut pas ! Largement perturbé dans sa préparation à cause de sa blessure à la cheville au début du camp d’entraînement (aucun match de présaison joué, absent lors de cinq des six premiers matchs de régulière avant cette nuit), Cade Cunningham a logiquement du mal à lancer la machine face aux grands. Pas en réussite sur les shoots ouverts, en galère pour faire des différences en attaque et pas toujours très inspiré dans certains de ses choix, le nouveau phénomène de Detroit découvre brutalement l’univers NBA. Ses chiffres sur ses deux premiers matchs ? 3/22 au tir dont… 0/14 à 3-points. Aie, ça pique. Comme le souligne Eric Woodyard d’ESPN, le pourcentage de réussite au shoot de Cunningham (13,6%) est le deuxième plus faible depuis l’instauration de l’horloge des 24 secondes en 1954, quand on prend en compte les deux premiers matchs en carrière avec un minimum de 15 tirs tentés. Seul Tim Frazier a fait pire (2/16), et Cade marche actuellement sur les traces du joueur de Boston Grant Williams, qui a débuté sa carrière NBA avec un magnifique 0/25 à 3-points en 2019-20.

Des rookies qui ont galéré lors de leurs débuts avant de devenir des stars de la NBA, on en connaît plein. Alors avant de considérer Cade Cunningham comme le plus grand bust de l’histoire de l’humanité, on va gentiment patienter et lui laisser du temps. Du temps pour qu’il trouve un peu son rythme, pour qu’il puisse s’adapter un minimum au nouveau monde dans lequel il se trouve désormais. Et outre sa préparation tronquée, faut pas oublier non plus que Cade évolue dans une équipe vraiment faiblarde offensivement (les Pistons sont derniers à l’efficacité offensive, au nombre de points marqués et à l’adresse), ce qui ne va pas lui faciliter la tâche surtout si le coach des Pistons Dwane Casey commence à l’utiliser comme Wayne Ellington. Bref, tout ça pour dire qu’on ne veut pas juger le premier choix de la Draft NBA 2021 sur deux matchs. Même si les chiffres font mal aux yeux. Même si d’autres rookies de sa classe cartonnent pas mal en ce début de saison (coucou Scottie Barnes, coucou Evan Mobley).

Pas besoin de passer 107 ans à analyser les deux premiers matchs de Cade Cunningham avec les Pistons. Oui, il connaît des débuts compliqués, mais on attend surtout de voir ce que va proposer le garçon quand il sera vraiment dans le bain, quand il sera en jambes, quand il pourra enchaîner les matchs même en back-to-back. Alors patience. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top