Nuggets

Michael Porter Jr. connaît un sérieux retard à l’allumage : le gros contrat est signé, maintenant ça serait bien d’assumer

michael porter jr bulle

Va falloir se bouger garçon.

Source image : NBA League Pass

Avant le début de la saison, on parlait pas mal de lui comme un candidat pour le titre de MIP, voire même comme un joueur qui pourrait lentement mais sûrement se rapprocher d’une place au All-Star Game. Ce gars-là, c’est Michael Porter Jr., le jeune ailier des Nuggets. Sauf que pour le moment, il est bien en galère le bonhomme…

172 millions de dollars sur cinq ans, dont 145 garantis. Voilà le contrat signé par Michael Porter Jr. il y a tout juste un mois. Un sacré pactole pour cet ailier de 23 ans qui ne possède que deux saisons NBA derrière lui, mais un pactole attendu vu l’immense potentiel du garçon, sa belle progression montrée la saison passée et les ambitions actuelles des Nuggets, qui ont enchaîné les grosses prolongations de contrat (Aaron Gordon a également été prolongé durant l’intersaison pour 87 millions) pour maximiser leurs chances de jouer le haut de tableau pour les années à venir. Clairement, comme le montre son nouveau deal, MPJ fait partie des membres importants de ce noyau composé également du MVP Nikola Jokic, de Jamal Murray, d’Aaron Gordon et de plusieurs joueurs qui connaissent bien la maison (Will Barton, Monte Morris). Et avec l’absence de Murray, blessé au genou, l’importance de Porter Jr. a forcément augmenté au sein du collectif des Nuggets. Alors pour toutes ces raisons, on attendait un gros début de saison de la part de Mike, mais faut avouer qu’il connaît un gros retard à l’allumage : quatre matchs joués, seulement 11,5 points de moyenne avec un pauvre 34,6% au tir (dont 32,1% de loin), avec 5,3 rebonds en 31,8 minutes de jeu. On est très loin de sa production offensive de la saison dernière, où MPJ avait terminé avec 19 points et 7,3 rebonds par soir en un temps de jeu similaire (31,3 minutes) et surtout des pourcentages au tir de grand malade (54,2%, 44,5% de loin). Si on veut chercher du positif dans les stats du bonhomme, on peut dire que ses moyennes de passes décisives (2,5) et d’interceptions (1,5) sont en augmentation par rapport à l’année dernière, mais ce n’est pas ça qui va sauver le début de saison claqué de MPJ.

Source : Basketball-Reference

Ça c’était le point stat. Et visuellement, ce n’est pas très encourageant non plus. C’est une chose de ne pas être en réussite au tir. Cela arrive aux plus grands attaquants et Michael Porter Jr. – on peut le dire – a tout d’un grand attaquant. Taille, talent, mobilité, adresse… franchement le potentiel est impressionnant. Cependant, c’en est une autre d’être inefficace offensivement tout en ne pesant que très peu dans les autres secteurs du jeu. Et c’est, malheureusement pour Denver, ce que propose MPJ aujourd’hui. En attaque, il n’est pas dans le rythme, il ne prend pas les shoots dans le bon tempo, parfois il hésite, souvent il se précipite, et il ne va pratiquement jamais sur la ligne des lancers-francs (un lancer en quatre matchs). Tandis que de l’autre côté du terrain, où il possède les capacités physiques pour peser un minimum, on sent que c’est compliqué. Y’a eu quelques progrès l’an passé en défense, notamment dans l’intensité, mais on a du mal aujourd’hui à ne pas être frustré en l’observant. Tout ça pour dire que ça va un peu plus loin qu’un simple shooting slump comme on en voit tant. On voit vraiment un Michael Porter Jr. globalement dans le dur, alors qu’on pensait qu’il allait démarrer au taquet aux côtés de Nikola Jokic. Aujourd’hui, les Nuggets sont en galère dès que Niko n’est pas sur le terrain, et heureusement que le Joker a évité une grosse blessure au genou car c’est évidemment une très grande partie du système offensif de Michael Malone qui serait tombé à l’eau en cas d’absence prolongée.

Est-ce qu’on en attend trop de Michael Porter Jr., qui n’a finalement que 23 ans ? Est-ce qu’on prend la progression d’un tel talent pour acquise ? Est-ce qu’il ressent la pression de step-up sachant que Jamal Murray est absent ? On va éviter les conclusions hâtives car on est sur un échantillon de quatre matchs seulement. Quand on connaît le talent offensif de MPJ, on a du mal à croire qu’il ne redressera pas la barre en matière de scoring et d’adresse à un moment donné. Par contre, c’est assez surprenant de ne pas le voir plus engagé en attaque sans la présence de Murray, lui qui prend moins de tirs que l’an passé en moyenne (13 contre 13,4 en 2020-21). Question de système ? Peut-être car on sait que les tickets shoots sont assez partagés dans l’attaque de Denver, mais on attend de Michael Porter Jr. qu’il se bouge car les Nuggets ont besoin d’un MPJ qui cartonne pour pouvoir rester dans les hauteurs de l’Ouest, encore plus sans Murray.

“Mike est l’un des meilleurs shooteurs que j’ai pu côtoyer. Je ne suis pas inquiet par rapport à Mike. Il va continuer à shooter, et il va scorer. Peut-être que la dynamique liée à son contrat lui pèse un peu, mais il va surpasser ça aussi, pour revenir jouer au basket”

– Aaron Gordon, via le Denver Post

Début de saison claqué pour MPJ, on attend désormais avec impatience ce breakout game qui va lui permettre de lancer définitivement sa campagne. Cela tombe bien, y’a un back-to-back contre les Mavericks et les Timberwolves à jouer ce week-end, l’occasion de lâcher son premier carton ?

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top