Blazers

Damian Lillard rêve d’un destin à la Pistons 2004 pour ses Blazers : Chauncey Billups est déjà là, va-t-il enfiler le short ?

Damian Lillard 31 mai 2021

C’est bien beau de vouloir faire comme les Pistons mais faudrait trouver un Sheed, un Big Ben, un Rip Hamilton et un Tayshaun Prince.

Source image : Youtube / Portland Trail Blazers

Damian Lillard rêve toujours du titre et l’arrivée de Chauncey Billups lui a donné quelques inspirations. Objectif ? Vaincre les « super teams » et suivre l’exemple des Detroit Pistons de 2004. C’est marrant, on n’a pas vu Ben Wallace ni le Sheed dans l’effectif. 

Alors qu’il attaque sa dixième saison au club, Damian Lillard garde toujours en tête son objectif de base : gagner un titre avec les Blazers. On a bien cru que le capitaine allait quitter le navire pendant l’été mais il semble désormais pleinement accroché à la barre, peu importe les vents et marées. Malgré l’absence de recrues phares pendant l’intersaison, Dame Dolla pense que Portland peut être bien meilleur cette année et ce, grâce à l’arrivée d’un homme en qui il a toute confiance, Chauncey Billups. Des propos retranscrits par Mark Medina pour le site de la NBA.

« Sa mentalité et son style sont les mêmes que lorsqu’il était joueur. Vous pouvez le dire à travers les détails, son approche et juste comment il martèle certaines choses. Il domine automatiquement la salle et il a le respect de tous parce que tout le monde sait qu’il a fait cela à un haut niveau. »

On ne va pas revenir sur la carrière de Billups, c’était un joueur fabuleux, mais peut-il apporter autant en tant que coach ? Un entraîneur qui, rappelons-le, débute dans le métier. Plus qu’une tactique, c’est peut-être les accomplissements de Mister Big Shot qui pourraient inspirer ses nouvelles ouailles et, notamment, son titre acquis en 2004 avec Detroit.

« En tant que meneur et leader de l’équipe, il a tiré le maximum de cette équipe de Detroit au point qu’elle a remporté le championnat alors qu’on ne l’attendait pas. Ils avaient une bonne équipe, je pense que personne ne le remet en question, mais ils sont arrivés en finale et ont joué contre Gary Payton, Kobe, Karl Malone et Shaq. Ils jouaient contre une super équipe. Personne ne leur donnait une chance dans cette série mais ils ont réussi à s’imposer. Je pense que ce n’était pas une question de capacité. Il s’agissait d’une équipe soudée, solide et défensive, et tout le monde a fait son travail. »

À l’heure où les super teams commencent à fleurir au sein de la Ligue (Lakers, Nets et Warriors avant eux), le parallèle est facile à faire. Damian Lillard sait qu’il n’a pas une armada sous la main mais il a bien vu par le passé que certaines équipes moins « flashy » ont réussi à retourner les pronostics en misant sur l’état d’esprit et la volonté de se battre les uns pour les autres. Sur le papier, c’est bien beau mais le vieux serpent de mer Pistons 2004 a déjà été cité par d’autres joueurs et on n’a jamais revu un tel groupe se créer. Alors, oui, Chauncey Billups peut apporter un peu de cette mentalité col bleu dans l’Oregon mais on parle quand même de deux équipes très différentes, autant sur le style de jeu que l’état d’esprit. Rien que défensivement, c’est le jour et la nuit. Là où Detroit était un fort imprenable, Portland est en mode portes ouvertes. Même sur le cinq de départ, no disrespect, il y a un gap de talent entre les uns et les autres. On se doute bien que Dame se verrait bien dans l’ancien rôle de son coach mais qu’il n’espère pas transformer Jusuf Nurkic en Ben Wallace…

Damian Lillard veut croire au titre avec les Blazers et toutes les bonnes raisons sont bonnes à prendre. Alors que tout le monde ne parle que des super teams, le meneur de Portland espère pouvoir suivre l’exemple des Pistons de 2004. Vu son début de saison poussif, il ferait peut-être bien de s’inspirer de Chauncey Billups. 

Source texte : NBA.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top