Cavaliers

Isaac Okoro, 5e choix de Draft en 2020 et désormais remplaçant aux Cavaliers : quelle place pour lui dans le tall ball de Cleveland ?

Isaac Okoro 13 décembre 2020

On a voulu se poser sur le dossier.

Source image : YouTube

Avant l’ouverture de la saison, on se posait pas mal de questions concernant les futures rotations du coach des Cavaliers J.B. Bickerstaff, notamment au niveau du frontcourt où on retrouve notamment du Jarrett Allen, du Evan Mobley, du Lauri Markkanen et du Kevin Love. On a eu un début de réponse sur les premiers matchs de la campagne 2021-22, avec des Cavs en mode tall ball qui alignent à la fois Lauri, Mobley et Allen. Le joueur qui est sorti du cinq ? Isaac Okoro, cinquième choix de la Draft NBA 2020.   

Cinquième choix de Draft, mais aussi 64 titularisations en 64 matchs l’an passé (joueur le plus utilisé par les Cavs au nombre total de minutes) et même une place dans la NBA All-Rookie Second Team. Si elle a bien sûr été composée de hauts et de bas, la saison rookie d’Isaac Okoro fut globalement encourageante, notamment lors des dernières semaines où le produit d’Auburn a commencé à sortir de sa boîte en attaque en profitant bien du surplus d’opportunités dont il a pu bénéficier grâce aux absences de Collin Sexton et Darius Garland. Quasiment 16 points de moyenne sur les 13 derniers matchs, bref des signes très positifs pour un gamin réputé pour sa défense – lui qui s’est notamment coltiné du LeBron James et du Kawhi Leonard l’an passé – mais pas vraiment pour son talent offensif. Et c’est dans cette même optique que les Cavaliers ont pas mal responsabilisé le jeunot au cours de la Summer League, en le faisant jouer sur le backcourt et non à l’aile, et avec la balle plus souvent dans ses mains. Forcément, quand on n’a pas trop l’habitude d’être un playmaker, il peut y avoir du déchet et ce fut le cas mais il faut aussi savoir passer par là pour espérer progresser et devenir un joueur plus menaçant sur le plan offensif. Du coup, en voyant ces axes de progression, on était forcément un peu intrigués concernant le futur rôle d’Isaac Okoro chez les Cavaliers version 2021-22. Va-t-il plus souvent jouer en 2 ? Si oui, quelle place peut-il vraiment avoir à Sexland ? Restera-t-il titulaire en 3 ? Voilà le genre de questions qu’on pouvait se poser. Et puis évidemment, fin août, il y a eu le transfert de Lauri Markkanen, arrivé en provenance de Chicago en échange de Larry Nance Jr., parti lui à Portland. Markkanen, Evan Mobley, Jarrett Allen, Kevin Love, comment faire fonctionner tout ça ? Et quel impact sur Isaac Okoro ?

Si on se base sur les quatre premiers matchs de la saison, un échantillon faible certes mais pratique pour voir les premières tendances, le coach J.B. Bickerstaff a visiblement décidé de pratiquer le tall ball. Une stratégie marquée par la présence de Lauri Markkanen sur le poste 3, à la place d’Isaac Okoro donc, avec le rookie Evan Mobley et le pivot à la coupe afro Jarrett Allen dans la raquette. Sur le backcourt, Collin Sexton et Darius Garland sont toujours là, ce dernier ayant cependant raté deux rencontres pour un bobo à la cheville et remplacé par Ricky Rubio. En faisant le choix de Markkanen comme titu à l’aile à la place d’Okoro, Bickerstaff privilégie les qualités de shooteur du Finlandais histoire d’apporter un minimum de spacing au frontcourt, ce qui est bien nécessaire avec une paire intérieure composée de Mobley et Allen. Certes, la gueule du lineup est très bizarre avec deux petits à l’arrière (1m85 pour Sexton et Garland) et trois 7-footer (plus de 2m10) sur les autres postes – ce qu’on ne pensait plus jamais revoir dans la NBA actuelle – mais les premiers résultats ne sont pas si dégueus, Cleveland remportant deux de ses quatre premiers matchs sous cette configuration. Une configuration qui permet également à Kevin Love de trouver un rôle en sortie de banc, lui qui a marqué 22 points la nuit dernière dans la belle victoire à Denver, tout en répondant au déficit de taille qui accompagne un trio Sexton – Garland – Okoro, ce dernier ne faisant qu’1m96 pour le poste 3. Alors évidemment, en soi, on est plus serein avec Isaac Okoro qui défend contre un ailier plutôt que Lauri Markkanen mais en matière d’équilibre global, J.B. Bickerstaff estime que c’est la voie à suivre pour le moment. Car quand vous avez des joueurs longs comme Mobley et Allen dans la raquette, qui peuvent bien défendre le cercle, ça peut compenser les limites défensives que possède un Markkanen par rapport à Okoro.

Mais si Isaac est sorti du cinq, ce n’est pas pour autant qu’il ne rentre plus dans les plans de J.B. Bickerstaff hein. En sortie de banc, Okoro tourne autour des 27 minutes par soir, ce qui fait de lui le deuxième joueur le plus utilisé au sein de la second unit devant Kevin Love et Cedi Osman, et juste derrière Ricky Rubio, qui a été titulaire à deux reprises en l’absence de Darius Garland. Plus un poste 2 qu’un poste 3 au final, le cinquième choix de la Draft 2020 possède peut-être un avenir dans un rôle de sixième homme, avec plus de responsabilités offensives dans le costume de guard. Pour le moment, on ne peut pas dire que cela se traduit sur le parquet et les chiffres le confirment (7 points et 1,8 assist de moyenne cette saison à 48% au tir, seulement six shoots tentés contre huit l’an passé) mais paradoxalement, c’est peut-être dans cette nouvelle configuration qu’Okoro peut progresser plus vite sur le moyen terme. Comme on l’a dit plus haut, la prochaine étape pour Isaac aux yeux des Cavs, c’est notamment d’améliorer ses qualités d’attaquants balle en main, et difficile pour lui d’avoir la gonfle avec Collin Sexton et Darius Garland à ses côtés. On aime bien les qualités de cutter d’Isaac mais comme il est loin d’être un shooteur d’élite aujourd’hui (28,8% du parking depuis le début de sa carrière), on peut comprendre la volonté de Bickerstaff d’ajouter un mec comme Markkanen qui peut sanctionner de loin (plus de 36% de loin en carrière). Et ce même si la phrase « faire jouer Lauri en 3 » peut piquer au premier abord…

On surveillera de près la rotation de J.B. Bickerstaff tout au long de la saison et notamment le rôle et les responsabilités qui seront données à Isaac Okoro. Pour l’instant, le sophomore possède moins d’opportunités que lors de sa campagne rookie mais ce n’est que le début. Et si jamais un certain Collin Sexton – futur agent libre restrictif – n’est pas prolongé (ou s’il est transféré), peut-être que ça ouvrira une grande porte à Isaac. À suivre.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top