Kings

Les Kings ne prolongeront pas Marvin Bagley ce soir : le synopsis d’une collaboration… foirée ?

Marvin Bagley

Il va falloir se la coller cette saison.

Source image : NBA League Pass

C’était l’un des dossiers brûlants de la cuvée de Draft 2018, aucun accord n’a été trouvé entre Marvin Bagley et le front office de Sac Town. Un échec pour les deux partis qui se sont faits confiance, jusqu’à aujourd’hui hypothétiser une séparation l’été prochain. On se pose et on décortique tout ça en attendant les prochaines breaking, car la soirée risque d’être agitée pour les jeunes vingtenaires.

« For zi seconde pic of ze tout fasande and eighteen NBA draft, the Sacramento Kings chelect, Marvin Bagley from Duke University ! ». Il n’est pas vraiment utile de ressasser ce que Sac Town a manqué en consacrant son deuxième choix à l’ailier-fort – Luka Doncic et Trae Young le faisant d’ailleurs très bien pour nous -, mais si l’on se suffit d’un focus sur la relation entre la franchise californienne et son big men, force est de constater que les voisins ont mieux collaboré avec leur jeunot. Sur la durée, l’objectif était – si ce n’est l’échéance de ce lundi soir – de performer individuellement jusqu’à ce que Marvin Bagley ne parvienne à sortir l’équipe des méandres de la Conférence Ouest. On pourrait alors dire qu’un quart du boulot est fait, l’ancienne gloire de Duke ayant quand même montré de belles choses lorsque son corps lui octroyait le droit au parquet. Malheureusement, en annonceur d’un début de carrière trop tendre, Marc Stein vient de confier qu’aucun deal entre Marvin Bagley et les Kings n’est attendu avant minuit. Pourquoi avant minuit ? Car ce soir, c’est le gong final pour que les franchises ayant drafté en 2018 se mettent d’accord avec les rookies concernés dans le cadre d’une extension de contrat. Si cela n’arrive pas – comme ici – ces derniers seront agent libres restreints l’été prochain, c’est-à-dire qu’ils pourront filer là où l’offre est la plus alléchante, et ce même si l’équipe actuelle garde le droit d’égaler le montant du nouveau contrat proposé par un prétendant (principe d’un agent libre « restreint »).

Sans parler de pick dans les détails, cela doit être difficile pour Marvin Bagley de voir Jaren Jackson Jr. toucher le petit pactole et se poser dans la durée à Memphis. Entre les deux, la différence notable n’est pas statistique mais bien intrinsèque. L’un – Jaren Jackson Jr. – aide véritablement son équipe à progresser et même s’il n’a joué qu’environ 50% des matchs à cause de blessures, sa marge de progression semble pour le moment plus intéressante. L’autre – Marvin Bagley – handicape les siens de par un investissement défensif bien loin de toper à la hauteur des attentes placées en lui. Lorsque le grand loubard de 22 ans est sur le parquet, on a également l’impression de le voir scorer dans le vent, hors tempo et rarement quand son équipe a besoin qu’il lui insuffle de la grinta. Même si des moyennes d’environ 14 points et 7 rebonds depuis trois saisons paraissent honorable, regarder les matchs dans leur entièreté tire le rideau sur la petite imposture que représentent ses stats, l’intérieur ne progressant pas. Cette saison devra donc être celle de la prise de conscience pour Marvin Bagley qui ne reflète désormais plus qu’une grosse crainte, celle de l’appeler « bust » dans quelques années.

Que l’on ne s’y trompe pas, Marvin Bagley est encore jeune et montre de belles choses, c’est simplement qu’il a simplement besoin de rendre le tout cohérent et utile au collectif. Il va falloir produire cette saison, sous peine de reconnaître l’échec de cette collaboration dès l’été prochain. Ce serait trop bête parce qu’honnêtement, ce garçon est clairement plus qu’un Cody Zeller mobile.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top