Los Angeles Clippers

Flashback 2020-21 : le Game 6 de Terance Mann face au Jazz, minot à deux doigts de devenir le meilleur joueur de l’histoire des Clippers

Alors qu’en France le 18 juin est connu comme le jour de l’appel du Général de Gaulle pour la libération, ce jour aux Etats-Unis sera désormais désigné comme celui du  Terance Mann Game. Une soirée folle de 2021 où un 48ème choix de Draft dont on attendait pas grand chose a pris le relais d’un Kawhi Leonard absent et a fini comme un grand la série contre le Jazz grâce une énorme pointe à 39 points. Allez, flashback sur ce moment d’histoire ultime pour les Clippers.

Pour revivre l’évènement à chaud, c’est par ici et ici

Si avant ce match quelqu’un vous avait dit que Terance Mann allait être celui qui emmènerait à lui seul ou presque les Clippers en Finales de conf’, sachez qu’il était probablement sous produits loin d’être légaux. Le sophomore était jusqu’ici peu connu mais, sur le peu d’opportunités qu’il avait eu, avait su montrer de belles choses notamment grâce à ses qualités athlétiques et son bon poignet (42% depuis le parking). Face au Jazz, la deuxième franchise de L.A. a su combattre ses vieux démons en revenant d’un déficit de 2-0 grâce notamment à un Reggie Jackson en transe et un gros match 5 de PG à 37 points et 16 rebonds donnant ainsi le lead 3-2 à l’équipe de Steve Ballmer. L’arrière est alors arrivé dans ce Game 6 en lieu et place d’un Kawhi alors en mode Playoffs 2019 mais blessé pour la deuxième joute de suite… mais surtout avec la volonté ferme d’aider les Clipps à atteindre ses premières Finales de conf’ en plus de 50 ans d’existence.

Comment mieux démarrer une rencontre décisive qu’en filochant deux grosses bombes du parking et ainsi donner le rythme à toute son équipe et sa fanbase ? Pas grand chose et c’est exactement ce que fait notre homme du jour pour lancer les hostilités, le tout avant de planter deux lancers francs et surtout enfoncer un gros tomar sur la tête de notre Rudy national qui se demande alors d’où vient le garçon et comment un simple petit homme peut provoquer un tel incendie dans des tribunes. Une jolie passe dé pour Nico Batum et un lay-up plus tard et notre T-Mann porte sur ses épaules tout Los Angeles avec sa douzaine de points mais a tout de même du mal à rivaliser face aux 16 plaques d’un Donovan Mitchell qui ne pense qu’au Game 7 à la maison. À la reprise, Batman rend la monnaie en délivrant un caviar d’alley-oop claqué avec bonheur par notre Terance qui fait lever tout le Staples Center… avant de se rasseoir face à un Jazz qui récite sa mélodie sur un run de 21-2. La bande de Quin Snyder mène alors de vingt-deux unités à la pause grâce à une séquence monstrueuse de Jordan Clarkson qui en cale 17 de rang à lui tout seul et D-Mitch qui en rajoute six pour la forme alors qu’en face seul Paul George surnage un tantinet.

Le retour des vestiaires est alors au celui du courage et de la hargne pour les Clippers qui se remobilisent totalement avec comme chef de file notre homme du jour qui n’en a absolument pas fini avec son chantier. En même pas 90 secondes, le successeur de Kawhi nous cale deux filoches parfaites depuis le corner assaisonnés de deux lay-ups faciles en transition et relance le match de sa propre volonté. Le Jazz se reprend bien collectivement et calme les ardeurs des hommes de Tyronn Lue pendant quelques minutes… juste le temps que l’Homme avec un grand H retourne aux choses sérieuses en enchaînant de nouveau une paire de ficelles et une autre de double-pas bien sentis. Avec l’aide de Reggie Jackson et PG, Tete ramène les siens à seulement trois petits points de Utah à l’aube du dernier quart et c’est toute la Clippers Nation (soit environ treize personnes en France) qui sort les hélicoptères.

S’enclenche alors un gros taf collectif des potes de TM, qui attend exactement une poignée de minutes avant de scorer son premier panier de la période et donner cinq points d’avance aux Clippers dont les fans exultent devant cette équipe transformée. Pat Bev, Reggie Jackson, Nico et PG s’occupent de terminer le travail et laissent T-Mann caler une dernière dynamite qui fait exploser les tribunes avant de quitter le parquet sous une ovation amplement méritée. Steve Ballmer lève les bras, Rudy baisse les yeux, Ty Lue fait se lever tout le Staples Center, Reggie Jackson enlève les lunettes, Kawhi esquisse un sourire (non), et Paul George nous raconte qu’il voit des bribes de lui-même chez son protégé qui a encore du mal à refroidir et à redescendre de son nuage après sa soirée de pyromanie. Au final, notre héros du jour finit avec 39 points à 15/21 au tir, dont 7/10 de loin, et surtout la win du match et la première finale de conférence de l’histoire des Clippers. Paul George finit la rencontre avec 28 unités et Reggie Jackson 27, alors qu’en face D-Mitchell en a lui aussi posé 39 mais l’homme du match restera bien pour toujours Terance Mann. La bannière « 2021 Western Conference Finalists » (bien qu’elle n’existe pas) des Clippers ne portera donc pas le nom de Paul George, Kawhi Leonard ou même Chris Paul, mais bien le blaze de Terance Mann, et nos respects à qui aurait été capable de prédire cela.

L’histoire retiendra que les Clippers n’auront pas su réitérer l’exploit en s’inclinant 2-4 face aux Suns et n’ont donc pas enchaîné en atteignant leur premières Finales NBA. Mais l’histoire retiendra-t-elle que cet exploit n’était que celui d’un soir pour T-Mann ? Ou verra-t-on le bonhomme de bientôt 25 ans nous pondre de nouveau une telle perf un jour ? Allez, petite pièce pour la seconde option, car le boy devenu man le vaut bien.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top