Pistons

Killian Hayes est désormais le joueur avec le plus d’ancienneté aux Pistons : pas de doute, Troy Weaver a fait table rase du passé

Killian Hayes

Pour rappel, Killian a… 20 piges.

Source image : NBA League Pass

Vendredi soir, le manager des Pistons Troy Weaver s’est incrusté dans le dossier DeAndre Jordan et a monté un transfert avec les Nets pour obtenir notamment quatre choix de second tour de draft. En échange, il a envoyé Sekou Doumbouya et Jahlil Okafor à Brooklyn. Résultat, le Frenchie Killian Hayes est désormais le joueur avec le plus d’ancienneté à Detroit. 

Non, ce n’est pas une blague. À seulement 20 piges, Kiki est bien le plus ancien au sein de la maison Pistons quand on parle de jours passés au sein de la franchise du Michigan. C’est Rod Beard du Detroit News qui a balancé cette info un peu folle, folle quand on sait que Hayes vient tout juste de boucler sa première saison NBA. Alors certes, cela ne se joue pas à grand-chose. Killian possède désormais ce statut car il fut la première sélection des Pistons à la Draft NBA 2020 le 18 novembre dernier, tandis qu’Isaiah Stewart, Saddiq Bey et Saben Lee sont arrivés juste derrière. Peu après la grande cérémonie, d’autres joueurs – jeunes comme moins jeunes – sont venus intégrer le roster des Pistons via des transferts ou la Free Agency. On pense par exemple à Jerami Grant, arrivé à Detroit quatre jours seulement après la sélection de Killian Hayes. Tout ça pour dire qu’il faut prendre cette stat avec des pincettes, mais ça montre quand même une chose : le manager général Troy Weaver a véritablement fait le ménage depuis son arrivée à la tête des Pistons en juin 2020. L’équipe actuelle n’a plus rien à voir avec celle qu’il a héritée il y a seulement un an et trois mois. La preuve qu’il n’est pas venu pour se tourner les pouces. Avec des joueurs comme Hayes, Bey, Stewart, Grant et bien évidemment le numéro un de la Draft 2021 Cade Cunningham, les Pistons ont entamé leur reconstruction et une nouvelle ère vient de s’ouvrir dans le Michigan.

Une nouvelle ère dans laquelle Killian Hayes espère jouer un vrai rôle, lui qui a connu une campagne rookie globalement compliquée malgré quelques belles choses montrées en fin de saison. Entre le climat COVID et ses problèmes de blessure, l’apprentissage fut difficile. Kiki l’a dit lui-même lors d’un entretien récent avec L’Équipe, il n’a pas eu l’impression de pouvoir vivre pleinement sa saison rookie.

« Sur le coup, c’était frustrant [sa blessure à la hanche en janvier, ndlr.]. Quand tu arrives en NBA, tu as des scénarios dans la tête. Et tu te retrouves bloqué dans ton élan. C’est dur au début, et j’ai pris ça comme un challenge. Je regardais mes teammates, je voyais qu’ils jouaient bien et j’avais envie de revenir avec eux sur le terrain. »

On espère que Killian ne sera pas privé dans son élan cette saison, et qu’il pourra au contraire construire des vrais automatismes avec le nouveau pilier de la franchise Cade Cunningham. Les deux ont partagé le backcourt des Pistons lors de la Summer League et clairement, il va falloir être patient pour espérer voir le duo cartonner ensemble. Mais le potentiel est là, notamment sur le plan défensif. Kiki s’est montré solide dans sa propre moitié de terrain lors de la ligue d’été, et on connaît ses qualités de passeur ainsi que sa belle vision de jeu. Cependant, et le Frenchie le sait, il va devoir progresser en attaque – notamment pour se créer ses propres opportunités – et tout particulièrement au shoot, l’un de ses gros axes de travail durant l’intersaison.

« Le shoot. Pourtant, en fin de saison, j’étais confiant. Mais il fallait quelques petits changements. Un nouveau coach à Detroit, dont c’est la spécialité, m’a dit que ce qu’il voulait me faire améliorer, c’est ce que je fais avant de tirer. Mes appuis avant même d’attraper la balle. »

– Killian Hayes, en parlant de sa priorité de l’intersaison

On croise les doigts pour que Killian Hayes connaisse une saison sophomore plus aboutie que sa campagne rookie. Avec une vraie préparation, une hanche qui le laisse tranquille et une petite expérience de l’univers NBA, cela devrait aller de mieux en mieux pour Kiki. Mais la patience reste le maître-mot. 

Source texte : The Detroit News, L’Équipe

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top