Dossiers NBA

Le jeu mi-distance à la mode dans ces Finales NBA 2021 : grâce à Devin Booker et Khris Middleton, un art en perdition retrouve la lumière

Un art en perdition ? Sans doute. Mais avec ces deux-là, il n’est pas près de mourir.

Source image : NBA League Pass

Dans une NBA plus que jamais axée sur les chiffres, dans une NBA où les analytics ont pris une place prépondérante, le jeu mi-distance représente un art en perdition, un art que seulement certains joueurs maintiennent en vie. Parmi eux, Devin Booker et Khris Middleton. Les deux extérieurs, exceptionnels dans le Game 4 des Finales NBA cette nuit, nous offrent une petite clinic et ce n’est vraiment pas pour nous déplaire.

Moins rentable que le 3-points, moins efficace que les shoots près du panier et moins sûr que le lancer-franc, le tir mi-distance (entre la raquette et la ligne à 3-points en gros) n’est plus vraiment à l’ordre du jour dans la NBA version 2020-21. Il suffit de regarder ces graphiques qui illustrent le type de shoots tentés dans le jeu actuel pour se rendre compte à quel point le midrange game est désormais laissé de côté. La révolution Warriors au milieu des années 2010 et la prise de pouvoir des analytics ont évidemment joué un rôle majeur dans tout ça. La NBA est une Ligue où on aime imiter ce qui marche, et la dynastie Golden State menée par le meilleur shooteur de l’histoire Stephen Curry a propulsé le basket US dans l’ère du 3-points. La NBA est également une Ligue où on essaye de maximiser absolument tout pour augmenter ses chances de gagner. Le dirigeant Daryl Morey a pris le costume de Billy Beane dans Moneyball et a transformé ses Rockets en se basant sur les stats pour essayer de construire l’attaque la plus efficace possible, même si ça peut être moche parfois. Alors oui, théoriquement et mathématiquement, le tir mi-distance ne fait pas partie des meilleures options pour une attaque, sauf quand vous possédez un maître de la discipline dans votre équipe. Mais ils sont aujourd’hui de plus en plus rares. Qu’il est loin le temps où Michael Jordan, Kobe Bryant, Paul Pierce, Carmelo Anthony & Cie faisaient du jeu mi-distance l’arme offensive numéro un.

Un temps révolu, mais ce n’est pas pour autant que le jeu mi-distance est mort. Au contraire, il revit aujourd’hui lors des Finales NBA 2021, sous l’impulsion de Devin Booker, Khris Middleton, et bien évidemment Chris Paul même si le Point God est aujourd’hui dans le dur. Cette nuit, lors du Game 4 à Milwaukee, les deux premiers ont proposé un énorme duel au scoring (42 points pour Book, 40 pour Khris) et un vrai festival depuis le périmètre. Sur les 17 paniers rentrés par Devin Booker dans la quatrième manche, neuf l’ont été à mi-distance. Peu importe le défenseur face à lui (Jrue Holiday, Pat Connaughton, P.J. Tucker), l’arrière des Suns a montré tout son talent et surtout ses fondamentaux : footwork, technique, adresse, capacité à bien trouver ses spots… clairement, son idole Kobe Bryant aurait été très fier de voir ça. En face, Khris Middleton n’était pas en reste. 15 paniers marqués, six à mi-distance, dont plusieurs dans le money time quand les Bucks galéraient sur demi-terrain et avaient absolument besoin d’un panier. Si Giannis Antetokounmpo est le MVP des Bucks, si Jrue Holiday est le meneur, le go-to-guy de Milwaukee sur jeu placé se nomme Middleton. C’est un scoreur naturel, un mec qui est capable de marquer à différents niveaux et de se créer son shoot. Et ça, c’est indispensable pour les Bucks, pas vraiment considérés comme une référence quand il s’agit de bien faire fonctionner leur attaque face à une défense bien en place. Dans la quatrième manche cette nuit, on a vu plusieurs possessions chaotiques de la part de Milwaukee offensivement, mais Khris a su répondre présent pour aller chercher les paniers qu’il fallait, dans la plus pure tradition des certified bucket-getters.

D’une manière générale, en Playoffs ces dernières années, le jeu mi-distance retrouve de la lumière tout simplement car le jeu change. Le rythme est moins élevé qu’en saison régulière, on est plus sur du jeu placé, les arbitres laissent une plus grande marge de manœuvre à la défense, il y a moins de calls qui sont sifflés en pénétration et souvent, le jeu est moins fluide mais plus physique. Et c’est typiquement dans ce jeu-là où le midrange game retrouve toute sa place. C’est typiquement dans ces moments-là, et notamment en fin de match, que chaque équipe rêve d’avoir un mec comme Devin Booker ou Khris Middleton. On peut citer d’autres joueurs que ces deux-là évidemment. Outre Chris Paul qu’on a déjà mentionné plus haut, on pense forcément à Kawhi Leonard, véritable référence en la matière. On pense forcément à Kevin Durant, Bradley Beal, DeMar DeRozan ou encore C.J. McCollum. On se rappelle d’ailleurs tout particulièrement de la prestation de l’arrière des Blazers lors du Game 7 des demi-finales de Conférence Ouest à Denver en 2019, où il avait sorti une véritable masterclass à mi-distance, dans un match où justement les deux équipes galéraient offensivement. C’est peut-être le meilleur exemple pour illustrer tout ce qu’on vient d’expliquer dans ce paragraphe. Un exemple qui prouve que le jeu mi-distance a non seulement toujours une place dans le jeu actuel, mais surtout qu’il peut vous sauver dans des matchs de Playoffs.

Pour certains qui aiment se considérer comme des « puristes du jeu », regarder Devin Booker et Khris Middleton se tirer la bourre à mi-distance à l’heure des analytics est un véritable bonheur, et accessoirement un doigt d’honneur à ceux qui aiment transformer le basket en équation mathématique. Ces derniers se défendront en disant qu’un tir mi-distance de Booker ou Middleton représente un bon shoot vu les qualités offensives de ces deux joueurs, mais que le tir à mi-distance d’une manière générale n’est pas la meilleure option pour une attaque. Au final, peu importe de quel côté on se situe. Ce qu’on retient avant tout, c’est que cet aspect du basket est toujours en vie. Et ça, ça fait plaisir à voir. Car ce qui fait la richesse de ce sport qu’on aime tant, c’est sa diversité. Et comme le jeu au poste par exemple, un autre élément en perdition, le jeu mi-distance apporte un vrai côté artistique au basket. Il met en avant les qualités offensives d’un joueur, il nous offre de gros duels en un-contre-un (Devin Booker versus Jrue Holiday, ça valait le détour), et il nous permet de sortir d’un style de jeu qu’on peut parfois trouver stéréotypé dans l’ère actuelle. Alors on n’a qu’une seule chose à dire aujourd’hui, c’est merci Book, merci Khris, et merci CP3 pour vos mixtapes à mi-distance. On ne s’en lasse pas. On ne s’en lassera jamais.

Sur la plus grande des scènes, avec toute la planète basket qui regarde, le jeu mi-distance sort de l’ombre. Dès le début des Finales NBA, Devin Booker et Chris Paul avaient proposé une masterclass face à la défense des Bucks, torturant tour à tour Brook Lopez et Bobby Portis lors des switchs. Cette nuit, Booker et Khris Middleton ont livré un duel exceptionnel avec le midrange game en vedette, et on en redemande. Rendez-vous samedi pour la suite du spectacle.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top