Equipes

Luka Doncic et le départ du duo Donnie Nelson – Rick Carlisle : on fait le point sur la situation aux Mavs avant son extension de contrat

Luka Doncic

Donnie Nelson out, Rick Carlisle aussi, de quoi changer les plans de Luka ?

Source image : YouTube

Ces derniers jours, la franchise des Dallas Mavericks était au cœur de l’actu avec le départ du manager général Donnie Nelson d’abord puis celui du coach Rick Carlisle. Un grand bouleversement qui doit forcément être mis en relation avec Luka Doncic, superstar des Mavs et éligible à une extension supermax cet été. 

« Je pense que vous connaissez la réponse ». Voilà ce qu’avait répondu Luka Doncic il y a une dizaine de jours concernant sa décision de signer ou non une supermax extension d’une valeur d’environ 200 millions de dollars avant le début de la saison prochaine. Une façon de répondre « Oui évidemment » car on ne laisse tout simplement pas une telle somme sur la table. Mais depuis, il s’est passé deux-trois trucs du côté de Dallas. D’abord, il y a eu ce dossier brûlant mettant en avant certaines tensions dans les coulisses des Mavericks, notamment entre le manager général Donnie Nelson et un certain Bob Voulgaris, GM de l’ombre visiblement pas trop apprécié par Luka. Seulement deux jours plus tard, Nelson a été viré par les Mavericks après 24 ans au sein de la franchise. Et hier, c’est Rick Carlisle, coach de Dallas depuis 2008 et champion NBA avec les Mavs en 2011, qui a décidé de faire ses valises pour aller coacher ailleurs. Un triple séisme qui pousse aujourd’hui la franchise texane à prendre des décisions très importantes pour son avenir, tout ça avec un Luka Doncic qui se retrouve évidemment au cœur du projet. De quoi changer les plans de Luka cet été ? Avant de répondre à cette question, il semble nécessaire de faire un petit zoom sur les relations que possédaient Doncic avec Nelson et Carlisle afin de mieux comprendre la dynamique actuelle à Dallas.

Selon The Athletic, Luka Doncic était proche de Donnie Nelson, qui suivait le prodige slovène quand ce dernier n’était encore qu’un gamin au Real Madrid. Une relation « solide et de longue date », et un départ « difficile » à vivre pour Luka selon ses propres mots (via Sports Illustrated).

« C’était dur pour moi. J’aime vraiment Donnie. Je le connais depuis que je suis gamin et c’est lui qui m’a drafté. C’était dur à voir pour moi, mais je ne suis pas celui qui prend les décisions. »

– Luka Doncic, lors d’une conférence de presse avec l’équipe nationale slovène

Marc J. Spears d’ESPN va plus loin en déclarant que Doncic était particulièrement « énervé » quand il a entendu la news. « Ils étaient vraiment, vraiment proches » a indiqué l’insider. Est-ce que cette supposée frustration est accentuée par la possibilité de voir Bob Voulgaris prendre encore plus de pouvoir suite au départ de Nelson ? Probablement pas car le proprio Mark Cuban n’est pas fou. Si Luka ne peut pas encadrer Voulgaris, on voit mal ce dernier prendre totalement les commandes au sein du front office, d’autant plus que plusieurs membres de la franchise seraient particulièrement agacés par l’arrogance du bonhomme selon Tim MacMahon d’ESPN. D’après The Athletic, le contrat de Voulgaris se termine durant l’intersaison à venir et son avenir chez les Mavs est pour l’instant incertain. En cas de prolongation, son rôle ne devrait pas bouger, lui qui est officiellement un conseiller de Cuban spécialisé dans les analytics. Les Mavericks sont actuellement à la recherche de leur prochain manager général et d’après les dernières rumeurs, l’ancien joueur des Mavs et actuel vice-président des opérations basket Michael Finley pourrait représenter un candidat crédible. À suivre.

Avec Rick Carlisle, well, la relation n’était visiblement pas aussi bonne que celle avec Donnie Nelson. Alors évidemment, la dynamique joueur – GM est différente de la dynamique joueur – coach mais Luka et Carlisle n’ont pas toujours été sur la même longueur d’onde si l’on en croit Tim MacMahon, qui couvre de près les Mavericks pour ESPN. D’après l’insider, il est arrivé que Luka remette en question certaines décisions de Carlisle et même sa légitimité en tant que head coach par rapport à ce Bob Voulgaris décidément impliqué un peu partout. Dans le gros dossier sorti par The Athletic en début de semaine sur les coulisses des Mavericks, on avait notamment souligné ce passage : « Voulgaris a même été jusqu’à scripter le 5 majeur et les rotations pour Rick Carlisle, coach de longue date des Mavericks ». Dans un match en début de saison, un Luka Doncic frustré aurait balancé à son entraîneur, selon MacMahon : « Qui a les commandes ? Toi ou Bob ? ». Chaud. L’insider d’ESPN n’hésite pas à parler de « clash de personnalités » et d’une relation loin d’être idéale entre les deux. Quand vous avez une star comme Luka et un coach comme Carlisle qui possèdent chacun un vrai tempérament, ça peut parfois faire des étincelles. Parce que si Rick est une référence en tant que technicien, il ne possède pas toujours la meilleure des relations avec certains joueurs. Doncic n’aurait d’ailleurs pas apprécié le traitement de l’ancien joueur des Mavs Salah Mejri par Rick Carlisle lors de la première année de Luka en NBA. Coéquipiers au Real Madrid, Doncic et Mejri sont proches et ce dernier se « sentait comme le souffre-douleur » du coach. Peut-être que cet épisode est resté dans un coin de la tête de Luka.

Maintenant qu’on a mis tout ça sur la table, revenons à notre question de base : est-ce que tout cela remet en question les plans de Luka Doncic par rapport à son extension ? On va rassurer tout de suite les fans des Mavericks qui commencent à transpirer un peu : selon The Athletic, les intentions de Doncic n’auraient pas changé malgré les bouleversements qui viennent de frapper la franchise texane. En même temps, quand seulement une signature vous sépare d’un gain de 200 millions de dollars, difficile de dire non en sortie de rookie deal. Même s’il est déçu par le départ de Donnie Nelson, même si c’est un peu le bordel dans les coulisses des Mavericks, actuellement sans manager général et sans head coach, Luka Doncic ne va pas laisser filer un tel montant à 22 piges. En tout cas, on a du mal à l’imaginer. Maintenant, cela ne veut pas dire que Luka restera éternellement fidèle à Dallas comme Dirk Nowitzki hein. Les Mavericks sont devant des décisions très importantes. Le choix du GM, le choix du prochain entraîneur, et plus généralement les transactions pour bien entourer Luka Doncic sur la durée de son prochain contrat devront satisfaire le prodige slovène et aider les Mavs à franchir un cap après deux éliminations consécutives au premier tour des Playoffs. On parlait de Michael Finley pour le poste de président des opérations basket / GM, pour celui d’entraîneur ça partirait également sur un homme de la maison avec l’assistant Jamahl Mosley. À voir mais Dallas n’aura pas le droit de se planter.

Si Donnie Nelson et Rick Carlisle sont partis, Luka Doncic devrait lui signer sa prolongation de contrat XXL à 99,9%. Mais les Mavericks savent qu’ils vont devoir se bouger et prendre des décisions importantes pour rendre Luka heureux dans les années à venir. Sinon, ils pourraient perdre un jour l’un des plus grands phénomènes de la NBA actuelle.

Source texte : The Athletic, Sports Illustrated, ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top