Blazers

Damian Lillard, une soirée de highlights et de chiffres fous : retour sur deux heures dans le cosmos, entre Jupiter et Lillarion

Damian Lillard Dame Time

Lieu de l’agression : la Ball Arena. Arme utilisée : un ballon de basket.

Source : Youtube

Damian Lillard n’est pas un simple fou, c’est un psychopathe agissant pour le bien des siens, une sorte de Batman 2.0 habillé en rouge. Sans revenir sur le côté historique de la performance , ici, dans le coin des esthètes, nous allons revenir à présent sur la collection Playoffs 2021, la plus belle collection de la saison. Pour le moment ma chérie, le designer Damian Lillard nous offre, par la précision de la courbe de ses shoots et sa grande extravagance balle en main, des pièces rarement vues dans le milieu. Focus.

55 points (record de franchise en Playoffs), 10 passes, 12/17 à 3-points (record en Playoffs), 17/24 au shoot et deux equalizers  en fin de match et fin de prolongations. Cette performance allie l’histoire avec l’art, et bien dommage – pour eux – que Portland laisse filer la victoire à un Denver bien concerné par son sujet. Le défilé commence par une incursion tout en finesse du prodigieux meneur dans la raquette des Nuggets,  avec une allure de cabri combinée à un mindset de guerrier. Sans s’étendre sur celle-ci, nous allons directement passer aux ensembles de shoot proposé par Dame. Une panoplie de side-step, step-back, catch-and-shoot, and-one depuis le parking. On peut abandonner le champ lexical de la mode pour adopter celui du FPS, et on ne parlera pas de fusil à pompe malgré la violence du crime infligé aux Nuggets, mais plutôt de sniper. Les highlights de Dame mériteraient une petite musique de Dubstep horrible comme dans les meilleures heures de Gotaga vu l’enchainement des tirs, la précision de ceux-ci et la hargne pour faire revenir au score sa team. Concrètement Lillard a pris la Ball Arena pour Nuketown et dans son match à mort par équipes, il est le seul joueur à ressortir la tête de l’eau. Le mieux étant encore d’illustrer tout ça, installez-vous confortablement, et pour la première, la deuxième ou la trentième fois : appréciez messieurs dames l’un des plus grands attaquants de l’histoire :

 

Allez, comme on n’est pas avare, on vous a mis la totale : entrée, plat, dessert, fromage, digestif et café. Même en faisant des tonnes de métaphores avec la mode, les FPS ou la bouffe, le mieux pour apprécier cette performance reste encore de constater par vous-même ce que les spectateurs de la Ball Arena ont pu voir hier sous leurs yeux. Une masterclass de Monsieur Damian Lillard, une de plus, et l’une… de ses plus belles.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top