Cavaliers

Kevin Love déclare sa flamme à… Portland : un mariage qui bat de l’aile à Cleveland, et une soudaine envie de rentrer à la maison

Kevin Love 15 avril 2021

C’est quoi la suite Kevin ? Te pointer avec un jersey hommage à Clyde Drexler ?

Source image : Youtube

C’est un secret de polichinelle : Kevin Love ne voit pas son avenir du côté de Cleveland et il rêve d’aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs. Ne pas être satisfait de son sort, c’est une chose, mais draguer ouvertement une autre équipe, c’est jouer avec le feu. 

Si vous ne suivez pas les Cavs au quotidien, on va vous sortir un scoop : le grand qui trimbale son spleen au milieu du terrain s’appelle Kevin Love et c’est un ancien All-Star. Embarqué dans une nouvelle saison galère tant au niveau des blessures (seulement 21 matchs joués…) que pour les résultats collectifs (treizième à l’Est), l’intérieur semble avoir atteint les limites de sa patience. Désireux de trouver un nouveau challenge après presque sept années dans l’Ohio, Love ne parvient plus à masquer ses envies d’ailleurs. Il y a eu ce fameux épisode de la remise en jeu bien sûr, ce qui a conduit à des excuses publiques, mais aussi l’impression que le vestiaire de Cleveland ne rime pas vraiment avec l’harmonie. Dernier exemple en date avec les rumeurs qui parlent d’un Collin Sexton trop perso et qui ne fait pas assez tourner le ballon. De là à faire le lien avec Kevin Love, leader sur le papier mais avec un passif compliqué avec le combo guard, il n’y a qu’un pas. Le timing était donc parfait pour l’interview sortie aujourd’hui de Kevin Love pour Chris Haynes de Yahoo Sports. Dans celle-ci, l’ancien de UCLA fait part de son amour pour… Portland, la ville de son enfance, et les Blazers. Moment gênant dans trois, deux, un…

« Tout d’abord, qui ne voudrait pas jouer avec Damian Lillard ? Il est spécial, il est incroyable. Je me revendique de Portland. Les gens me demandent d’où je viens… J’ai passé toutes mes années de formation ici, j’ai grandi à Portland. Lorsque les gens me demandent où je suis né, forcément je réponds L.A. »

« Portland aura toujours une place spéciale dans mon cœur. Peu importe si ça arrive à la fin de ma carrière ou dans six mois. Porter un maillot des Blazers, ce serait spécial. Ce serait comme jouer à la maison. »

Bon… ok. Premier constat inévitable : Kevin Love risque de prendre une petite amende pour tampering de la part de tonton Adam Silver. Parler d’une autre équipe ok, mais pas balancer qu’on aimerait changer de vestiaire non plus quoi. Autre élément très important à prendre en compte : cette interview sort peut-être aujourd’hui mais elle fut réalisée mi-avril, c’est à dire avant le fameux épisode de la remise en jeu ou les rumeurs sur le mal-être du vestiaire. C’est un nouveau signal de son ras-le-bol et le moment choisi pour balancer cette décla’ dans les médias risque de faire rire jaune les fans de la franchise de Cleveland, surtout vu le body language de Love sur le parquet. S’il a grandi à Portland, on ne peut pas le blâmer d’avoir kiffé les Blazers dans sa jeunesse mais il devait être conscient de l’impact qu’aurait une interview comme celle-ci autour de lui. Si le but est de faire craquer sa franchise, c’est loin d’être classe comme manière de faire… On en vient presque à espérer une issue en fin de saison pour vraiment tourner la page une fois pour toute. Même s’il a encore des pépins physiques, Kevin Love a tout pour carburer dans la NBA moderne. Un poste 4-5 qui peut planter de loin comme n’importe quel extérieur, n’allez pas nous dire que c’est pas vendeur avec le small ball. Comme pour Blake Griffin, on sent surtout qu’il a besoin d’un nouveau challenge pour relancer la machine et surtout rallumer la flamme à l’intérieur. À seulement 32 ans, il a beaucoup plus à offrir sur un parquet que dans la rubrique nostalgie-jeunesse.

Kevin Love a avoué tout l’amour qu’il porte à Portland et au maillot des Blazers. Plutôt étonnant pour un joueur sous contrat avec Cleveland non ? C’est un énième épisode dans le bras de fer qui le lie à sa franchise et quelque chose nous dit qu’on risque d’en entendre parler à nouveau. 

Source texte : Yahoo Sports

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top