Cavaliers

Kevin Love en a marre : les Cavs vont devoir le transférer vite avant qu’il n’agresse Collin Sexton

Kevin Love

S’il faut mordre un collègue pour qu’on le libère de Cleveland, l’Amour n’hésitera pas.

Source image : YouTube

Rien ne va plus dans l’Ohio entre Kevin Love et les Cavs. L’intérieur en est maintenant à trois petites crises qui ne laissent aucun doute sur son état d’esprit du moment. Kéké ne s’embête même plus à masquer sa frustration d’être coincé dans ce club et il serait temps que ce cirque prenne fin.

Début octobre, Kéké semblait très heureux d’évoluer encore sous les couleurs des Cavaliers. On ne sait pas ce qui s’est passé entre temps mais la relation entre le joueur et sa franchise est désormais brisée… ah si on sait. Les Cavs sont à 10-25. Selon Shams Charania de The Athletic, lorsque le All-Star avait re-signé à Cleveland à l’été 2018, le general manager, Koby Altman, lui avait raconté des sornettes du style : « si si, on sera en Playoffs cette saison, ne t’en fais pas Kevin. » On connait la suite de cette histoire. Cleveland n’a pas mis assez de paillettes dans la vie de Kevin et si les changements de l’été 2019 dans le roster avaient fait renaître un peu d’optimisme chez l’ancien collègue du King, il avait rapidement déchanté et demandé un transfert à ses dirigeants début novembre. En attendant que cela se fasse, il est apparemment exécré par la situation et notamment par l’attitude de ses jeunes coéquipiers, pas assez partageurs à son goût (et on peut le comprendre). Toute cette frustration nous a donné droit à trois incidents assez surprenants pour un joueur qui ne nous a pas habitué aux crises de nerfs en public.

Le 31 décembre, dans le troisième quart d’une pilule prise à Toronto, Kevin ne rejoint pas ses collègues pendant un temps-mort et va tabasser le banc comme si les chaises étaient responsables de tous ses malheurs. Plutôt que de lui mettre une camisole de force, les dirigeants des Cavs lui ont filé une amende de 1000 dollars qui a sûrement amélioré l’ambiance au vestiaire.

Et ceci n’était donc pas un incident isolé puisqu’hier soir contre le Thunder juste avant la mi-temps, re-belotte : Love oublie qu’il y a des fans et des caméras aux matchs des Cavs (ça aussi on peut comprendre). Lorsque John Beilein commande à Collin Sexton un système qui le fait remonter en tête de raquette alors que Chris Paul défend sur lui au poste, l’Amour lève les bras au ciel, marche comme un enfant privé de goûter jusqu’à son poste et transfert un missile vers les chevilles de Cedi Osman.

Et enfin, pour parfaire cette ambiance, toujours selon The Athletic, on apprend que ce brave Kevin avait déjà perdu patience et s’était lâché sur son GM au shootaround d’avant match hier soir. Nous n’avons pas les détails de son pétage de câble mais on sait que ses coéquipiers ont pu l’entendre haut et fort hurler sur Koby Altman. Pour vous donner une dernière illustration de la volonté de Kevin de se casser de cette franchise, après la défaite face à Oklahoma, il a publié sur Instagram une photo de Joaquin Phoenix dans son rôle du Joker, écartant manuellement son sourire devant la glace. La légende indique « mood »… Voilà. Le message est assez clair.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Mood.

Une publication partagée par Kevin Love (@kevinlove) le

Les Cavaliers sont ouverts aux offres qui pourraient être faites pour les services de Kevin Love mais son contrat vaut son pesant de cacahuètes et le quintuple All-Star devra peut-être attendre encore un peu avant que ses boss ne réussissent à conclure un deal avec la concurrence. Tiens bon Kevin. Tu ne resteras pas coincé toute ta vie dans l’Ohio.

Source texte : The Athletic

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top