Wizards

On connaît la contrepartie attendue par les Wizards en cas de transfert de Bradley Beal : spoiler, va falloir sortir l’artillerie lourde

Bradley Beal wizards 7 janvier 2021

Gourmands les Wizards.

Source image : YouTube

Alors que les Wizards continuent de perdre malgré les cartons offensifs de Bradley Beal, toute la NBA attend une ouverture pour essayer de choper l’arrière All-Star de Washington. Mais on préfère les prévenir, va falloir proposer une contrepartie XXL pour espérer s’attacher ses services.

Pour l’instant, la course pour récupérer Bradley Beal n’a pas commencé. Malgré les galères de son équipe et l’énorme frustration qui l’accompagne chaque jour, Bealou n’a pas (encore) demandé à bouger, et les Wizards n’ont donc pas l’intention de le transférer. Visiblement, Bradley veut continuer à faire son max pour essayer de remettre la franchise de la capitale sur les bons rails, même si ça paraît mission impossible vu l’état actuel de l’équipe (6 victoires – 17 défaites, derniers de l’Est). Cependant, on ne peut pas s’empêcher à un potentiel transfert étant donné la situation du côté de D.C., et on imagine que les Wizards demanderont un très gros package en cas de trade. Gros comment ? Si l’on en croit Stefan Bondy du New York Daily News, qui cite un manager général NBA, Washington pourrait demander jusqu’à trois choix de premier tour de Draft non protégés, deux pick swaps, un jeune joueur (et il faudra sûrement se ramener avec autre chose qu’un Zhaire Smith) et un contrat qui arrive à expiration. Rien que ça. Voilà donc le prix à payer pour espérer acquérir le meilleur scoreur NBA cette saison (32,8 points de moyenne) d’après les derniers bruits de couloir, un prix de départ logiquement très élevé pour donner le ton dans de potentielles négociations et montrer les intentions des Wizards, qui rechercheront avant tout des pièces pour reconstruire sainement la franchise.

À titre de comparaison, les Pelicans avaient récupéré Lonzo Ball, Brandon Ingram, Josh Hart, trois choix de premier tour de Draft et deux pick swaps pour Anthony Davis lors du blockbuster trade de juin 2019. Ces mêmes Pelicans ont obtenu deux autres choix de premier tour et deux pick swaps supplémentaires en plus d’Eric Bledsoe et Steven Adams dans l’échange à quatre impliquant Jrue Holiday en novembre dernier. Il y a un mois, les Rockets ont quant à eux chopé quatre choix de premier tour de Draft et quatre pick swaps, ainsi que Victor Oladipo, Dante Exum et Rodions Kurucs dans le cadre du trade XXL de James Harden (là aussi à quatre équipes). On est donc dans ces eaux-là pour Bradley Beal, qui possède encore un an de contrat après cette saison ainsi qu’une player option sur la campagne 2022-23. Pour rappel, la trade deadline est fixée au 25 mars prochain et on gardera évidemment un œil attentif sur le dossier, même si les dirigeants haut placés de Washington semblent fermés aux discussions au moins jusqu’à la fin de la saison actuelle. En tout cas, il est clair qu’un transfert de Bealou peut bouleverser la Ligue et récemment, on a imaginé plusieurs franchises qui pourraient sérieusement se poser sur son cas si jamais il est rendu disponible. Certaines équipes peuvent plus ou moins monter un package à la hauteur des attentes de Washington, d’autres vont galérer un peu plus mais ce qui est sûr, c’est que la demande sera là.

Combien de temps va encore durer l’aventure entre les Wizards et Bradley Beal ? Difficile de répondre à cette question pour l’instant mais Bealou représente aujourd’hui le dernier très gros poisson potentiellement disponible. Alors faut s’attendre à une vraie guerre des tranchées s’il arrive sur le marché.

Source texte : New York Daily News

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top