Old-School

Retour sur le jour où les Lakers ont infligé un… 40-4 aux Kings pour démarrer le match : Dwane Casey, Ryan Saunders, à vous de jouer !

Luke Walton 25 juillet 2020

Va falloir encore progresser pour espérer égaler les glorieux anciens du côté de Sacto !

Source image : NBA League Pass

Souvenir joyeux pour certains, terrible cauchemar encore dur à évoquer pour d’autres, l’une des plus terribles tôles que les Kings ont subi face aux Lakers fête aujourd’hui ses 34 ans. Histoire de ne jamais oublier ce match vraiment spécial et surtout le premier quart-temps cataclysmique de Sacto, l’occasion était parfaite !

Aujourd’hui, on vous propos de revenir en arrière. Allez, on embarque dans la fameuse DeLorean du film Retour vers le futur et c’est parti pour un beau voyage, enfin ça dépend pour qui. Nous sommes donc de retour en 1987, au cours d’une saison 1986-87 qui sacrera au final les Lakers face aux Celtics, et complètement dominée par un certain Magic Johnson, MVP de la saison régulière et des Finales par la suite. Néanmoins, avant tout cela, les Angelinos avaient déjà marqué l’histoire avec une rencontre au départ banale et très rapidement devenue complètement inédite. Nous nous retrouvons donc le 4 février 1987 pour un match face aux Kings disputé dans le mythique Forum d’Inglewood, ancienne antre des Lakers. Comme nous le fait excellemment bien ressentir Gordon Edes du Los Angeles Times au cours de son récit, le début de match est complètement, non, plutôt COM-PLÈ-TE-MENT à sens unique et les Lakers humilient leurs adversaires comme jamais auparavant. Ce jour-là, les futurs champions infligent un horrible… 40 à 4 à leurs voisins californiens dans le premier quart-temps et l’emporteront finalement 128 à 92 sans réellement pousser par la suite. La fessée passe tout de même assez mal et cause pas mal de turbulences à des Kings rentrés dans l’histoire de la pire des manières. Comme l’a expliqué Byron Scott (21 points ce soir-là) par la suite, une fessée de la sorte n’aurait même pas pu aller à son terme sur n’importe quel playground et avec des joueurs jouant à l’ego. Difficile de lui donner tort lorsqu’on se rappelle les mauvais joueurs que l’on peut être pour un simple match sans enjeu de Départementale 3 dans la Meuse. Alors, imaginez-vous être à la place des pauvres Kings alignés ce jour-là.

« Si nous avions été les sans-maillots, ils auraient dû mettre en place une nouvelle équipe avec maillots. Parce que sur le playground, ça aurait été une humiliation. » – Byron Scott

Pour cause, les joueurs de Sacramento ont tout de même été menés 29-0 et il leur a fallu attendre plus de neuf longues minutes avant de scorer leurs premiers points par l’intermédiaire de Derek Smith, le leader de l’équipe, également complètement à la ramasse ce jour-là (10 points à 1/9 au tir) mais se rattrapant sur la ligne des lancers. Incapables de ne rentrer ne serait-ce qu’un shoot lors de ce quart-temps maudit, les Kings devront se limiter à deux nouveaux points marqués sur lancers par Reggie Theus. Un bien maigre butin et une humiliation historique complètement impensable avant qu’elle n’ait lieu. Pour cause, avec ce 40-4 infligé par L.A., Sacto reste encore aujourd’hui l’équipe ayant marqué le moins de points dans un quart-temps depuis la mise en place de l’horloge des 24 secondes en 1954 (Detroit l’avait fait en 1947, ainsi que Buffalo en 1972). Ça place tout de suite le niveau de la performance. Malheureusement bien trop habitués aux blow-outs et aux garbage times démarrant dès la mi-temps, on imagine bien que la situation devait vraiment être difficile à vivre pour les pauvres Kings, impuissants et complètement à côté de la plaque cette saison-là. Même Pat Riley, alors coach des Lakers, avait avoué après la rencontre avoir vécu un sacré moment, dans tous les sens du terme.

« C’était bizarre. Je suis dans le monde professionnel depuis 20 ans et je n’ai jamais rien vu de tel. On a juste commencé à monter en régime, et après six ou sept minutes, on pouvait sentir que quelque chose se passait. Leurs tirs ont commencé à être courts, nous avons bloqué des tirs, il y a eu des pertes de balle – c’était extraordinaire. On a livré beaucoup d’efforts, réalisé beaucoup de bonnes actions, et surtout eu beaucoup de chance. »

Les Clippers n’ont donc rien inventé à la toute fin décembre 2020 en se mangeant leur énorme carton face aux Mavericks. Leur défaite 73 à 124 est bien différente de celle des Kings à l’époque, est elle aussi rentrée dans l’histoire pour d’autres raisons, mais reste tout de même moins humiliante que celle concédée par Sacto. De toute façon, avec la NBA, on n’est jamais à l’abri d’une nouvelle surprise et de de voir une équipe rester bloquée en mode N3 un soir de disette. Ne suffit plus qu’à trouver… qui sera la prochaine sur la liste. 

Source article : LATimes.com

1 Comment

1 Comment

  1. The glove junior

    4 février 2021 à 14 h 21 min at 14 h 21 min

    Hey super article avec une petite coquille. C’est l’anniversaire des 34 ans je pense.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top