Pelicans

J.J. Redick intéresse du monde : Sixers, Nets ou Celtics comme destination potentielle, direction le Nord-Est pour le papi shooteur ?

JJ Redick

Un seul premier tour de Draft ? Come on, je vaux quand même un peu plus que ça bordel !

Source image : YouTube/ESPN

Après un mauvais départ, les Pelicans veulent faire de la place aux jeunes sur leur ligne arrière. Le vétéran J.J. Redick, 36 ans, est donc gentiment invité à trouver un nouvel employeur au plus vite. Le shooteur pourrait prochainement quitter la Nouvelle-Orléans puisque son profil plaît à du monde au sein de la Conférence Est.

À la veille d’une première date importante (2 février), à savoir la limite de départ pour des joueurs pouvant ensuite être réutilisés dans un autre échange à plusieurs joueurs au moment de la trade deadline du 25 mars, les discussions semblent s’accélérer entre les Pelicans et plusieurs franchises, même si rien ne chauffe pour l’instant. Ayant récemment annoncé vouloir se séparer de Lonzo Ball, Eric Bledsoe et J.J. Redick, NOLA a réveillé l’intérêt de plusieurs équipes NBA, notamment à propos du dernier nommé. L’arrière de 36 ans, s’il a perdu une grande part de son utilité cette saison du fait d’une adresse défaillante (7,9 points à 29,8% à 3-points contre 13 points de moyenne à 41,4% en carrière), reste un élément expérimenté et très reconnu au sein de la Ligue. C’est pourquoi, comme l’a révélé Shams Charania de The Athletic ces dernières heures, des équipes comme les Celtics, les Sixers et les Nets seraient sur le dossier pour tenter de le récupérer. Celui qui sera en fin de contrat l’été prochain et qui bénéficie actuellement d’une dernière année à 13 millions de dollars sait que son aventure à la Nouvelle-Orléans touche à sa fin et aimerait fortement rejoindre l’Est des États-Unis. Pour cause, sa famille vit à Brooklyn (tiens tiens) et le principal intéressé préférerait sans doute tenter d’aller chercher une bague avant d’arrêter, élément compréhensible à son âge. Point positif : malgré l’âge avancé du shooteur et ses difficultés avec les Pelicans ces dernières semaines, plusieurs contenders pensent que s’il est placé dans un contexte positif, le vétéran pourra retrouver un rôle proche de celui qu’il a occupé chez les Clippers et les Sixers dans le passé. Si Redick ne devrait donc plus être un joueur des Pelicans au moment de la trade deadline de fin mars, reste à savoir où il va bien pouvoir atterrir.

Les Celtics ont l’avantage de posséder une grosse trade exception (28,5 millions) récupérée au moment du départ de Gordon Hayward pour Charlotte, trade exception qui pourrait servir à financer la pige à Redick. Avec un petit choix de Draft de deuxième tour dans la transaction, ça pourrait le faire car c’est ce que recherchent les Pelicans. Chez les Sixers, Redick ferait son retour et apporterait du shooting supplémentaire à une équipe qui possède désormais Seth Curry et Danny Green. Pour espérer l’obtenir, il faudra lâcher des joueurs afin que ça corresponde niveau salaires. Mike Scott, sixième salaire de l’équipe (5 millions) et premier joueur véritablement transférable, ferait probablement partie d’un deal potentiel en compagnie d’autres joueurs. Concernant les Nets, qui pourrait bien être envoyé dans la balance en échange de J.J. ? On ne comprend pas trop le but de récupérer un shooteur piètre défenseur dans une équipe qui a surtout besoin de renfort dans sa propre moitié de terrain mais bon, admettons. Kurt Helin de NBC Sports met en avant une hypothèse intéressante, celle d’un transfert impliquant un certain Spencer Dinwiddie, actuellement blessé et possédant une player option à 12 millions de dollars la saison prochaine. Brooklyn pourrait dans ce cas-là tirer une contrepartie inattendue d’un joueur potentiellement sur le départ lors de la prochaine intersaison. Vu le talent du garçon de 27 ans (plus de 20 points de moyenne la saison dernière), un package autour du combo guard pourrait donc représenter une belle proposition à étudier pour les Pelicans, qu’il faudra tout de même convaincre en les rassurant sur la santé de celui qui s’est rompu le ligament croisé antérieur du genou droit en décembre 2020.

S’il est dans une belle impasse depuis la reprise de la saison 2020-21, J.J. Redick garde la cote au sein de la NBA et devrait donc rapidement pouvoir s’extirper du marasme entourant les Pelicans pour rejoindre une équipe playoffable de l’Est. Un vétéran aux quinze saisons dans la Ligue et capable de bombarder avec régularité du parking, ça ne court pas les rues, c’est pourquoi la lutte s’annonce donc féroce entre les grosses écuries.

Source texte : The Athletic et NBC Sports

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top