Pacers

Malgré l’inquiétude, Caris LeVert reste positif : « Ce transfert m’a peut-être sauvé la vie »

Caris LeVert Pacers (20 janvier 2020)

Prends soin de toi Caris.

Source image : Youtube/Indiana Pacers

Caris LeVert vient de vivre une semaine difficile. Transféré par les Nets pour récupérer James Harden, il a finalement atterri à Indianapolis. Sa visite médicale a révélé un problème au rein pouvant se révéler très dangereux. S’il attend encore certains résultats, le joueur de 26 ans a pris la parole pour la première fois en tant que Pacer, se montrant positif et prêt à se battre s’il le faut.

Caris LeVert aurait bien sûr souhaité un tout autre démarrage de son histoire avec les Pacers. Présent pour la première fois au sein du centre d’entraînement de sa nouvelle équipe ce mardi, le nouvel arrière d’Indiana regrette sans doute de ne pas pouvoir fouler les parquets tout de suite. Cependant, il prend cette épreuve avec calme et sagesse. Après un début de saison globalement abouti avec Brooklyn, la traditionnelle visite médicale suivant son transfert a révélé une masse sur son rein gauche. Si certains éléments sont toujours en cours d’analyse et qu’il est pour l’instant impossible de connaître la nature et la dangerosité de cette masse, LeVert a tout de même avoué avoir longuement repensé au déroulé des derniers jours. Au cours de sa conférence de presse d’intronisation, retranscrite par ESPN, le natif de Columbus dans l’Ohio est revenu sur l’importance de ce contrôle médical, qui lui a possiblement sauvé la vie.

« Je n’avais aucun symptôme. Je participais normalement aux matchs. Je n’avais manqué aucun match cette saison jusque-là. Je me sentais 100% en bonne santé. Donc, d’une certaine manière, ce trade a définitivement montré et révélé ce qui se passait dans mon corps ; c’est comme ça que je vois les choses et je suis vraiment touché de savoir que cet échange a possiblement pu me sauver à long terme. »

Par la suite, celui qui a été drafté en 20e position par les Pacers en 2016 (et récupéré dans la foulée par les Nets) a démontré sa force de caractère et toute son abnégation face au flou régnant pour le moment. S’il est un joueur professionnel de basket, LeVert est avant tout un humain et sa santé passe bien évidemment avant le reste. Aucun retour n’est donc programmé pour le moment mais la franchise, par son président des opérations basket Kevin Pritchard et son coach Nate Bjorkgren, a confirmé ne pas vouloir brusquer les choses et soutenir à 200% son joueur. Si cela semble bien logique au vu de la situation, il est toujours bon pour un joueur, et surtout un homme, de se savoir soutenu.

« Pour moi, le plus important est d’avoir un corps en bonne santé et de m’assurer une longue vie. Avant le basket, je pense que c’est la chose la plus importante ; donc, personnellement, je ne regarde pas vraiment les autres choses. Il est évident que je veux jouer le plus tôt possible. Je suis un compétiteur ; j’aime jouer. Mais pour moi, le plus important est de m’assurer que je suis en bonne santé. Donc, en ce qui concerne le délai et tout le reste, nous réglerons ça dans le futur. Mais pour l’instant, nous n’avons pas ces réponses. »

LeVert a enchaîné les expériences très difficiles jusqu’alors dans sa vie, autant sur le plan sportif, où les blessures l’ont souvent ralenti, que dans sa famille. Pour cause, comme le rappelle ESPN, Caris a perdu son père, Darryl Sr., d’une crise cardiaque lorsqu’il n’avait que 15 ans, et voit sa mère, Kim, se battre depuis de nombreuses années contre une sclérose en plaques. Mais malgré tout ça, le jeune homme veut continuer à aller de l’avant.

« J’essaie de prendre le positif dans chaque situation. Si vous connaissiez ma mère, vous ne devineriez jamais qu’elle a une sclérose en plaques ou qu’elle a un problème quelconque. C’est une femme unique, très spéciale, et quiconque la connaît ou a même eu une conversation avec elle vous le dira. Je pense donc que j’ai beaucoup hérité d’elle, pour être honnête avec vous. Mais j’ai été bien élevé par elle et par mon père avant son décès, et c’est comme ça que je suis fait. »

C’est une véritable leçon de vie que nous offre Caris LeVert. Alors que l’arrière de 26 ans voulait profiter de son arrivée aux Pacers pour continuer à progresser, la découverte de cette anomalie au rein l’oblige à mettre sa carrière sur pause pour le moment, une situation qu’il prend avec philosophie et en restant toujours positif. Espérons que LeVert soit fixé sur ce qu’il doit faire au plus vite et qu’on puisse le retrouver en excellente santé sur les parquets NBA. Prends soin de toi Caris !

Source texte : ESPN.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top