Wizards

Russell Westbrook et Bradley Beal, nouveau backcourt de feu chez les Wizards : de quoi viser sérieusement les Playoffs à D.C. ?

Russell Westbrook Bradley beal

BOUM !!

Source image : Twitter @NBAonTNT

En trouvant un accord avec les Rockets sur un échange John Wall – Russell Westbrook, les Wizards ont lâché l’un des symboles de la franchise pour récupérer un All-Star qui propose plus de garanties sur le plan physique, Jean Mur revenant d’une rupture du tendon d’Achille. Washington va ainsi pouvoir aligner un backcourt potentiellement explosif composé de Brodie et Bradley Beal. Suffisant pour redevenir une équipe de Playoffs à l’Est ?

Avant la saison 2018-19, celle où John Wall s’est pété le tendon d’Achille, les Wizards faisaient partie des équipes solides de l’Est grâce notamment à leur backcourt Jean Mur – Bradley Beal. Pas candidat au titre mais pas non plus facile à jouer, Washington restait sur quatre participations en Playoffs en cinq ans, avec trois séries remportées. Depuis, l’absence du meneur à 170 millions de dollars a permis à Bealou de changer de dimension, lui qui est clairement devenu l’un des meilleurs arrières de la NBA à défaut de gagner beaucoup de matchs, BB étant bien isolé dans la capitale. Le retour de blessure de Wall cette saison représentait une source d’espoir pour la fanbase de Washington, mais également une grosse source d’interrogations. Revenir d’une grosse blessure comme une rupture du tendon d’Achille, quand on a 30 ans avec un jeu basé sur la vitesse et l’explosivité, c’est tendu. En faisant ce trade, les Wizards ont récupéré un joueur d’un calibre similaire voire supérieur mais ne possédant pas ce gros point d’interrogation, ce qui compte quand on sait que Bradley Beal peut potentiellement devenir agent libre dans deux ans. Bien qu’il ait toujours affirmé son envie de reste à D.C., les Wizards devaient lui montrer du concret dans le but de l’aider sur le court terme. Il existe peut-être d’autres raisons derrière ce transfert mais il est clair que l’arrivée du Brodie donne un coup de boost aux chances de Washington de retrouver les Playoffs en 2021. S’il possède également un historique de blessures et qu’il reste sur une bulle très très compliquée, Russ ne sort pas d’une saison blanche et de deux années civiles sans jouer. Il sort d’une campagne en 27 points – 8 rebonds – 7 passes décisives du côté de Houston aux côtés de James Harden. Pas le même délire.

Évidemment, si le duo Westbrook – Beal est excitant sur le papier et possède les moyens pour enflammer les feuilles de stats soir après soir, on peut logiquement se poser quelques questions sur leur complémentarité. Toute l’attaque des Wizards passait par Bealou durant l’absence de Jean Mur et Russ est plus à l’aise quand il possède les clés de l’attaque. On a vu la saison dernière à Houston que ça pouvait poser problème avec Harden. Ces deux joueurs de ballon peuvent-ils trouver le bon équilibre pour aider Washington dans sa conquête des Playoffs ? Ce sera évidemment un point à surveiller, même si Bealou possède toutes les qualités offensives pour être dangereux en ayant moins la gonfle dans les mains, lui qui tourne notamment à 38% de réussite depuis le parking en carrière. En tout cas, on peut compter sur Brodie pour pousser Bradley comme il a pu le faire avec le Barbu, et on se dit que les deux pourraient faire mal dans le Scott Brooks basketball. On n’ira pas aussi loin que Magic Johnson, qui pense que le duo va tout simplement « terroriser » la Conférence Est, mais les Sorciers sont tout d’un coup devenus un candidat beaucoup plus crédible à la postseason. Durant l’intersaison, ils ont réussi à prolonger leur sniper Davis Bertans, qui devrait se régaler avec un tel backcourt, ils ont sélectionné le playmaker Deni Avdija à la Draft – qui peut potentiellement contribuer assez rapidement – et possèdent dans leur effectif du Rui Hachimura, du Troy Brown Jr., du Thomas Bryant et même le vétéran Robin Lopez. On l’avoue, ce n’est pas l’équipe la plus équilibrée de la NBA, mais possède-t-elle de vrais arguments pour se faire sa place dans le paysage de la Conférence Est ? Avec un tel backcourt, tout à fait.

Quand on regarde l’Est aujourd’hui, il y a sept équipes qu’on place assez logiquement au-dessus des Wizards. Bien entendu, les Bucks, le Heat, les Celtics et les Nets font partie des favoris et les Sorciers ne jouent pas dans la même cour. Les Sixers, les Raptors et les Pacers restent également des formations solides et mettre Washington au niveau de ces équipes quelques heures après le transfert de Westbrook paraît au minimum prématuré, au maximum blasphématoire. Mais derrière, les Wizards n’ont pas à rougir, au contraire. Si les Hawks ont fait un gros recrutement dans le but d’accrocher les Playoffs, les Sorciers peuvent potentiellement rivaliser avec eux tout en dominant la conversation avec le Magic, les Bulls voire les Hornets. Détail important qu’il faut garder en tête et qu’on a tendance à oublier car c’est une nouveauté, le tournoi play-in inclura les équipes allant du spot 7 au spot 10 cette saison. Les Wizards semblent avoir une chance réelle d’accrocher le Top 8, mais une dixième place à l’Est peut tout à fait servir de porte d’entrée pour jouer les Playoffs, à condition de faire un sans-faute dans les matchs qui précèderont l’ouverture de la postseason. Quand vous avez deux stars comme Westbrook et Beal, ça peut faire la différence.

Absents des Playoffs lors des deux dernières saisons, les Wizards veulent casser la série et le recrutement de Russell Westbrook va clairement dans ce sens, même si John Wall peut aussi revenir très fort du côté de Houston. Le management de Washington ne voulait cependant pas prendre ce pari. Alors place au duo Westbrook – Beal, qui pourrait bien discuter à la table des meilleurs backcourts dans pas longtemps. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top