Cavaliers

Preview des Cleveland Cavaliers 2020-21 : l’Ohio veut conserver sa couronne de loser, attention il y aura de la concurrence

Andre Drummond Cleveland Cavaliers 9 Février 2020

Pas dit que l’ami Dédé finisse la saison avec un maillot des Cavs sur le torse.

Source image : Youtube

Le premier départ de LeBron James en 2010 avait donné lieu à une traversée du désert longue de quatre années, et il ne faut donc pas s’étonner de voir le même résultat suite à son second abandon. Après deux saisons à squatter les abysses de l’Est, les Cavaliers continuent d’empiler les jeunes en développement et sauf surprise… ce sera toujours le cas cette saison. L’objectif est clair : faire progresser les pépites et espérer un bon pick à la prochaine Draft. En espérant un énième retour de BronBron en 2022 ? 

Pour prendre l’Apéro en causant de la saison des Cavs, c’est par ici !

La saison 2019-20

On n’attendait pas grand-chose de la saison 2019-20 des Cavaliers et ils nous ont donné raison grâce à une année, une nouvelle fois, bien décevante. Pourtant, le projet était plutôt bien travaillé : avec un formateur universitaire comme John Beilein aux manettes et des vétérans respectés comme Kevin Love ou Tristan Thompson, on aurait pu croire que la jeunesse incarnée par Collin Sexton, Darius Garland ou encore Kevin Porter Jr. allait pouvoir s’épanouir pleinement et sereinement dans l’Ohio. Mais finalement…, pas vraiment. Adepte d’une communication pour le moins douteuse et face à un vestiaire qui n’a finalement jamais adhéré à son discours, Johnny faisait ses valises dès le mois de février, remplacé par J.B. Bickerstaff, un coach plus apprécié par ses joueurs (mais moins par les plaquettes de systèmes). La deadline nous offrait ensuite un move étonnant avec l’arrivée d’Andre Drummond contre deux chips et un coca mais le bilan de cette saison ne saurait être amélioré par ce simple trade. La jeunesse a montré quelques belles promesses (offensives), Kevin Love a traîné son spleen toute l’année et la plupart des derniers vestiges de l’ère LeBron James ont déjà plié bagages (Jordan Clarkson dans l’Utah et Tristan Thompson à Boston). Ne restait donc plus qu’à attendre le nouveau prospect à ajouter à la nurserie en espérant que celui-ci défende un peu plus que les derniers en date.

Les mouvements de l’intersaison

  • Ils sont arrivés : Damyean Dotson, JaVale McGee, Isaac Okoro (Draft) et Lamar Stevens (two-way contract)
  • Ils sont partis : Ante Zizic, Jordan Bell, Alfonzo McKinnie
  • Ils ont re-signés : Andre Drummond (player option), Matthew Dellavedova (agent libre)

Le roster

  • Meneurs : Collin Sexton, Matthew Dellavedova, Dante Exum
  • Arrières : Darius Garland, Kevin Porter Jr, Damyean Dotson, Matt Mooney
  • Ailiers : Cedi Osman, Isaac Okoro, Dylan Windler
  • Ailiers-forts : Kevin Love, Larry Nance Jr, Dean Wade
  • Pivots : Andre Drummond, JaVale McGee

En gras, les possibles titulaires à chaque poste.

La Free Agency

Andre Drummond ayant finalement validé sa player option à 28 millions et des brouettes, Cleveland s’est retrouvé avec peu de marge financière et une attractivité aussi élevée que son classement sur la saison écoulée. Jusqu’à présent, seul Damyean Dotson est venu renforcer les lignes arrières, tandis que Matthew Dellavedova a re-signé au minimum, l’un comme l’autre pour des rôles probablement secondaires. La vraie sensation est finalement le départ de Tristan Thompson, le joueur le plus ancien de la franchise, qui a donc mis fin à neuf années de présence en rejoignant Boston au prix d’une mid-level exception. La MLE justement, est toujours dans les coffres de la franchise de l’Ohio et à 9,5 millions, on pourrait encore assister à une signature intéressante. Un vétéran pour encadrer la jeunesse et si possible quelqu’un qui défende à minima serait un moindre mal.

La Draft

Les fans des Cavaliers ont longtemps serré les fesses à l’idée qu’Obi Toppin, grand favori des bookmakers, rejoigne l’Ohio. Pourquoi ce rejet en masse ? Parce que malgré tout le talent de l’ancien de Dayton, son ajout aurait anéanti les derniers espoirs de voir une défense passable à Cleveland. Avec un cinq Garland-Sexton-Osman-Love-Drummond, il faut dire que c’est déjà open bar tous les soirs… Heureusement pour eux, c’est finalement Isaac Okoro qui a signé son arrivée à la Rocket Mortgage FieldHouse et avec lui son esprit de compétiteur et sa défense déjà premium. Quand bien même il est rookie, il pourra déjà demander à tout le monde de suivre son exemple, du sophomore aux vétérans et ce ne sera pas du luxe. Possible starter à l’aile au bout de quelques jours/semaines d’intégration, il aura le temps d’apprendre et à polir son jeu en attaque. La défense est déjà au point, le shoot beaucoup moins. Le genre de petit détail qui te fait passer d’un Michael Kidd-Gilchrist à un Jimmy Butler.

Le point sur l’infirmerie, par le Docteur Q

Quand on s’intéresse à l’infirmerie des Cavaliers la saison dernière, on peut parler de quatre joueurs ayant connu quelques alertes, même si aucun n’a eu de grosse blessure. Andre Drummond tout d’abord, a raté cinq matchs à la fin de la saison pour une contracture au mollet gauche, a priori rien d’inquiétant, surtout au vu du repos imposé par la situation sanitaire. Kevin Porter Jr. a pour sa part passé dix matchs à l’infirmerie en janvier pour une entorse du genou gauche, qui n’a pas nécessité d’opération, plutôt rassurant pour la suite. A noter qu’il a également raté trois rencontres en fin de saison pour une commotion cérébrale. Quant à Darius Garland, ce furent cinq matchs loupés en fin de saison pour une tension à l’aine, certainement une contracture aux adducteurs à gauche, ce qui nécessitait simplement un peu de repos. Pour finir, Larry Nance Jr. s’est fait une entorse du genou droit en janvier avec une atteinte du ligament collatéral médial mais n’a manqué que six matchs au final. La saison des Cavs a été aussi calme au niveau des blessures que des victoires, il n’y a donc pas trop à s’inquiéter pour la suite.

Salary recap

Source : Basketball Insiders

Les jeunes, la Draft 2021… et c’est tout ?

Prétendant presque déclaré à la Loterie 2021, Cleveland peut jouer sans pression cette saison. Le premier objectif reste de faire progresser les jeunes et leur offrir un temps de jeu important afin de préparer l’avenir. L’impact et le leadership d’un Kevin Love ou d’un Andre Drummond seront aussi à surveiller puisque l’un comme l’autre sont en quête d’un meilleur futur, le premier pour obtenir son trade, le second pour signer un gros contrat dans un an. Derrière les gros chiffres des deux intérieurs All-Stars, on scrutera de près le développement du backcourt 100% offense, supposé devenir le Lillard-McCollum de l’Est (et du pauvre) mais qui cherche encore sa complémentarité. Isaac Okoro, quant à lui portera de nombreux espoirs sur ses épaules et on verra s’il se montre à la hauteur des éloges qu’il a suscités. Enfin, cette saison 2020-21 pourrait être placée sous le signe du trade et plusieurs candidats pourraient être concernés : Kevin Love pour ne plus supporter son spleen et ses 30 millions annuels, Andre Drummond pour ne pas le voir partir libre et peut-être aussi Larry Nance Jr., qui a attisé quelques convoitises ces derniers mois. Dans le scénario idéal, les All-Stars se montrent au niveau, sont transférés contre de nouveaux assets, les jeunes prennent le pouvoir et les Cavaliers ont enfin une feuille de route à suivre. La cerise sur le gâteau ? Isaac Okoro est au niveau attendu et il s’invite logiquement dans la First Rookie Team. Ça c’est pour le rêve et sinon dans la vraie vie… Kevin Porter Jr. s’est fait arrêter pour avoir fait joujou avec des armes à feu dans sa voiture. La réalité n’est jamais très loin pour rattraper les Cavs.

Le pronostic du rédacteur

22 victoires et 50 défaites, une treizième place à l’Est et un superbe hommage de Koby Altman aux Knicks et aux Pistons qui ont réussi à faire pire. C’était pas gagné.

Les Cavaliers s’attendent à une nouvelle saison difficile et ils ont raison de craindre le pire. La défense sera de nouveau – hormis quelques séquences d’Isaac Okoro – laissée à l’abandon, Andre Drummond en contract year et Kevin Love en quête d’un trade vont sans doute chercher à faire leurs stats, et on se demande donc quelles miettes il restera pour des jeunes en quête d’émancipation.

2 Commentaires

2 Comments

  1. Gilou33

    1 décembre 2020 à 19 h 54 min at 19 h 54 min

    je les vois progresser pas être play offable faut pas déconner non plus mais ils ont une base intéressante et àl’est presque tout est possible en tout cas ils ne finiront pas derniers je ne les vois pas comme tel faudra regarder du coîté de la grose pomme pour cela

    • Dr J

      2 décembre 2020 à 10 h 20 min at 10 h 20 min

      Les Knicks oui, possiblement les Pistons et les Hornets ont également un roster en dessous de celui des Cavs, peut-être même les Bulls aussi. En contrepartie, les deux premiers ont des former coach of the year et Borrego et Donovan ont montré de belles choses également. Je serais surpris que les places 11-15 ne se jouent pas entre ces 5 là, sur un range serré, comme l’année dernière en fait (moins les Hawks).

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top