Equipes

Les Bucks ont enflammé le marché des transferts : Holiday et Bogdanovic débarquent, très gros message envoyé à Giannis

Giannis Antetokounmpo

Le management des Bucks s’est sérieusement bougé pour mieux entourer le MVP !

Source image : NBA League Pass

Depuis l’ouverture du marché des transferts lundi, une équipe a particulièrement fait du bruit au milieu des rumeurs et différents échanges. Et cette équipe, c’est Milwaukee, qui vient d’acquérir l’un des joueurs les plus convoités du circuit avec Jrue Holiday, avant de se débrouiller pour obtenir Bogdan Bogdanovic. Ça ne blague pas chez les Bucks quand il s’agit de convaincre Giannis Antetokounmpo de rester.  

Après le nouvel échec des Playoffs en septembre dernier et la situation contractuelle du Greek Freak, le manager général Jon Horst savait qu’il devait frapper un grand coup durant l’intersaison 2020. C’était quasiment une obligation, car il fallait faire passer le message suivant à Giannis : « on va tout faire pour mieux t’entourer afin de véritablement jouer le titre ». Aujourd’hui éligible à une supermax extension et potentiellement agent libre en 2021, Antetokounmpo s’est rendu compte que ce n’était pas des paroles en l’air. Alors que le co-propriétaire des Bucks Marc Lasry avait déclaré que la franchise était prête à payer la luxury tax pour aider au mieux son MVP, cette dernière a donc été très agressive sur le marché des transferts ces dernières heures avec le recrutement de deux éléments qui pourraient bien faire la différence à l’avenir. Le premier, c’est évidemment Jrue Holiday, l’un des grands noms de cette intersaison et convoité par de nombreuses franchises. Guard de 30 ans faisant partie des meilleurs two-way players de la NBA, l’ancien Pelican va former un trio qui s’annonce redoutable avec Giannis et Khris Middleton. En 2019-20, Jrue Vacances pesait encore 19,1 points, 4,8 rebonds, 6,7 passes décisives, 1,6 interception, 0,8 contre, avec des pourcentages au tir de 45,5% dont 35,3% de loin. Lourd. Le second, c’est Bogdan Bogdanovic, agent libre restrictif cette année et recruté dans le cadre d’un sign & trade avec les Kings. Là encore, c’est du solide, Bogda pouvant apporter ses qualités de scoreur/créateur (15,1 points, 3,4 passes en 2019-20), sans oublier du shoot (37,4% à 3-points en carrière) et une menace sans ballon. Avec ces deux-là, les Bucks ont répondu à de vrais besoins, eux qui ont montré de grosses limites dans la bulle. Pour les obtenir, Milwaukee a lâché en tout Eric Bledsoe, George Hill, Donte DiVincenzo, D.J. Wilson, Ersan Ilyasova, trois choix de premier tour de draft et deux pick swaps.

Si le roster des Bucks se limite aujourd’hui à Giannis Antetokounmpo, Khris Middleton, Jrue Holiday, Bogdan Bogdanovic, Brook Lopez, Thanasis Antetokounmpo et Justin James (Robin Lopez a décidé de décliner sa player option pour devenir agent libre), on peut dire que la base est très très solide. Évidemment, il faudra bricoler autour mais Jon Horst a vraiment fait le taff sur ce début d’intersaison. Pas besoin d’être un génie pour comprendre les enjeux qui accompagnent la saison à venir, et le manager général veut évidemment tout faire pour maximiser les chances de gagner le titre en 2021 et donc de persuader le Freak de prolonger dans le Wisconsin. Là, le message envoyé à Giannis – qui aura un premier choix à faire tout bientôt par rapport à sa supermax extension – ne peut pas être plus clair. « Tu voulais du soutien ? Voici du soutien ». Les Bucks sont clairement en mode win now, ce n’est pas le moment de se la jouer conservateur. Interdiction d’avoir des regrets dans un an si jamais le Freak décide de faire ses valises pour rejoindre une autre franchise. En recrutant Jrue Holiday et Bogdan Bogdanovic sans perdre de joueurs majeurs dans les différentes transactions (désolé mini-LeBron, désolé George Hill, désolé Donte DiVincenzo), Jon Horst pouvait difficilement faire mieux dans son opération renforcement d’effectif. Les Bucks sont désormais armés bien comme il faut et ce sera au coach Mike Budenholzer de trouver le bon équilibre pour maximiser le groupe. Niveau timing, ça risque d’être serré et ce n’est jamais facile de créer des vraies automatismes en quelques mois, encore plus en 2021, mais au moins le management a fait sa part du boulot.

Alors oui évidemment, quand on joue avant tout le court terme, il y a toujours une part de risque, surtout quand vous avez un Giannis qui peut potentiellement partir. En lâchant un jeune prometteur comme Donte DiVincenzo ainsi qu’une belle fournée de choix de draft, les Bucks ont forcément sacrifié une part de leur avenir, mais ils savent surtout que leur avenir, c’est Antetokounmpo. Pas besoin de réfléchir 105 ans, s’il y a moyen d’augmenter les chances de le garder sur le long terme, il faut le faire, surtout dans un petit marché comme Milwaukee. Maintenant oui, on ne va pas se le cacher, il existe un scénario catastrophe où le Freak décide de partir après un nouvel échec en Playoffs, avec derrière un Jrue Holiday qui décline sa player option sur la saison 2021-22 pour devenir agent libre et partir à son tour. Cela mettrait la franchise de Milwaukee quasiment en ruines malgré la présence de Middleton sur le long terme (avec Bogda), avec une reconstruction compliquée ensuite. Mais c’est la loi de la NBA. Alors si les Bucks ont évidemment conscience de cette possibilité, ils ont avant tout conscience de l’importance des prochains mois.

La franchise de Milwaukee est face à un tournant de son histoire. Si Giannis Antetokounmpo aime Milwaukee, il aime surtout gagner et les Bucks le savent. Ils ont donc décidé de frapper fort pour augmenter leurs chances de conserver leur Freak. Est-ce que ça suffira ? Ça, le futur nous le dira. 

1 Comment

1 Comment

  1. Bigcy

    17 novembre 2020 à 14 h 24 min at 14 h 24 min

    Il reste pas aussi Pat Connaughton dans le roster des Bucks?

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top