One-on-One

Salut Jusuf Nurkic, comment ça va ? Merci Hassan Whiteside pour l’intérim et bon vent !

Damian Lillard Jusuf Nurkic

Welcome back Juju !

Source image : YouTube

Étrange pause automno-hivernale oblige, TrashTalk se penche cette année sur… 74 profils individuels. Pourquoi 74 ? Oh, rien à voir avec la Haute-Savoie hein, malgré l’adoration de certains pour la Sainte-Raclette, mais plutôt car ces analyses nous emmèneront tranquillement vers 2021. Car oui, on vous le confirme, cette sordide année 2020 touchera bientôt à sa fin, il était temps. Aujourd’hui, on a décidé de zoomer sur Jusuf Nurkic qui a fait le plus grand bien aux Blazers pour son retour de blessure dans la bulle.

Il avait entouré la date du 15 mars dans son calendrier, pile à temps pour venir sauver son équipe d’un vilain traquenard et aider Damian Lillard à qualifier les Blazers en Playoffs. Puis, la COVID-19 est passée par là, repoussant encore le retour du Bosnien qui trépignait d’impatience pour rejouer après sa terrible fracture à la jambe le 25 mars 2019. Quelques mois finalement bénéfiques qui lui ont permis de ne pas presser son retour afin de peser directement sur le jeu dès son premier match de reprise au sein de la bulle, face aux Grizzlies.

On a kiffé le défilé de mode quotidien avec des costumes sortis tout droit de l’atelier des meilleurs couturiers de l’Oregon les soirs de match, mais on préfère quand même la version du Bosnian Bear en short et débardeur. Ses coéquipiers aussi d’ailleurs, puisqu’avec 17,6 points, 10,4 rebonds, 4 assists et 1,4 interception lors de huit matchs de seeding games il a tout simplement sorti sa meilleure saison sur le plan statistique. C’était court certes, mais cela a quand même permis aux Blazers de verrouiller ce qu’ils étaient venus chercher en Floride : un ticket pour les Playoffs alors que Portland était bien mal embarqué sans son pivot titulaire. Parce que oui, pour ceux qui doutaient du rôle de Hassan Whiteside qui est arrivé à l’été 2019, il s’agissait bien de garder la place bien chaude en attendant le retour du patron. Les 2,9 contres et le gros double-double de moyenne en 15/13 ont fait leur petit effet mais il ne faut pas oublier que Blanc-Côté était en contract year et que les conditions étaient donc idéales pour qu’il explose dans l’Oregon. Une situation gagnant-gagnant qui devrait toutefois rester sans suite pour laisser Jusuf Nurkic reprendre sa place attitrée dans le cinq majeur dès la rentrée. Alors merci pour les travaux comme on dit, mais le boss de la raquette à Portland c’est Juju, et pour longtemps a priori.

Avec deux ans de contrat restants, Nurk va pouvoir aborder la saison prochaine serein et revigoré. Contrairement à certains, le pivot a eu le temps de totalement rééduquer sa jambe avant de revenir sur les planches. Un constat qui s’est tout de suite senti avec un premier match en 18/9/5/6/2, un second à 30 pions et un troisième en mode beast avec 18 points et 19 rebonds au compteur. La baisse de régime attendue n’a jamais eu lieu, c’est même lui qui se chargeait de poser le coup de tampon en bas de la feuille de match lors du play-in tournament en envoyant 22 points, 21 prises et 6 passes pour l’un des matchs les plus importants de sa carrière, quelques heures après avoir appris le décès de sa grand-mère. Le genre de réponse parfaite qui met tout le monde d’accord. Et même si les Blazers ont souffert avec leurs deux leaders fragilisés face aux Lakers, le Bosnien a encore tenu la baraque avec un double-double de moyenne qui promet de belles choses pour la suite. A 26 ans, le besta de Damian Lillard n’a pas encore atteint son prime et on peut encore compter sur ces deux là pour porter Portland un bon bout de temps sur leurs épaules. L’axe 1-5 vit bien et on verra pendant la Free Agency si le supporting cast doit changer, à commencer par C.J. McCollum envoyé ailleurs selon certaines rumeurs.

  • Jauge de hype à son arrivée dans la Ligue : 40%
  • Jauge de hype actuelle : 50%
  • Jauge entrée au Hall of Fame : 1%
  • Celui qu’il aimerait devenir : Zlatan Ibrahimovic
  • Celui qu’il espère ne pas devenir : Danijel Milicevic

Jusuf est de retour dans le game et il est bourré d’ambition pour aider les Blazers à redevenir une équipe qui compte vraiment à l’Ouest. Absent lors de la plus longue épopée de Portland des dernières années pour cause de blessure, lui aussi à envie de vivre des Finales de Conférence. Alors merci à Enes Kanter en 2019 et Hassan Whiteside en 2020, mais l’avenir du poste 5 s’écrit avec le hoquet à Rip Citic. Hic.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top