Notes de match

Les notes de Heat – Lakers, Game 5 : Markieff Morris dans les dernières secondes, fin de la vanne

Markieff Morris

Le regard est bovin.

Source image : NBA League Pass

Tellement longtemps que notre organisme était privé de ce breuvage sacré qu’est la NBA. Pour fêter le retour de notre darling préférée ? On tentera de vous offrir, le plus souvent possible, le petit bulletin de notes qui va bien, histoire de vous faire revivre les matchs d’une manière un peu plus légère, aussi légère qu’un pet bruyant à la terrasse d’un boulodrome. Allez, envoyez la sauce, envoyez la purée, bref, envoyez les notes.

Les Lakers voulaient finir, ils avaient envie de se barrer de la bulle et avaient même sorti le jersey Mamba Edition pour rendre hommage à leur défunte légende Kobe Bryant. Mais le Heat y a probablement vu un affront et a voulu gâcher cette belle fête. Jimmy Butler et Dwight Howard se sont deux fois trompés de sport, Jae Crowder et Markieff Morris ont été tradés mais ont oublié de changer de maillot, Kendrick Nunn a retrouvé les Monstars qui lui ont rendu son talent et Danny Green est toujours le Blaise Matuidi du basket. Malgré la double frayeur d’Anthony Davis avec sa cheville gauche, les Lakers ont failli tenir bon mais ont dû s’incliner sous les coups de Buckets et d’un Duncan Robinson retrouvé, mais aussi et surtout à cause du loupé de Green et de la coupure de courant dans le crâne de Morris. Ce ne serait pas surprenant que LBJ passe un petit coup de fil à la NBA pour dire qu’il a aperçu Kieff sans masque. En tout cas, on a eu un vrai beau match, engagé, plaisant et avec du suspense, et donc on ne pouvait pas vous laisser sans notes ce matin cette nuit.

Et par là, c’est le récap.

Miami Heat

Bam Adebayo (4,5) : malgré une présence toujours aussi embêtante en défense, il est très diminué et ça se sent. Moins en vue en attaque et moins fluide dans ses mouvements, on dirait toi qui mange un grec une heure avant le match et qui n’a pas besoin de jouer pour transpirer.

Jae Crowder (3) : un match bien crade de la part de Jae. A contre-sens tout le match, à l’instar de la chérie de SCH, il a été insignifiant en attaque et dépassé en défense. Sûrement le mec qui était choisi en dernier à la récré pour jouer au foot à l’école.

Duncan Robinson (7) : vrai match de la part du sosie de la poupée Ken qui s’est enfin mis à mettre le ballon dans le panier. Tellement gros shooteur que même lorsqu’il rate, il arrive à faire croire que c’est dedans. Il s’est même permis une claquette dunk. 2020 est vraiment une année bizarre.

Jimmy Butler (9,5) : tout simplement possédé, Jimmy Butler a refusé de perdre et a donné tout ce qu’il pouvait pour ressortir victorieux de ce match. Les Lakers ont tout tenté, de la barfight à la manchette de plombier-serrurier dans la truffe, en passant par des taquets bien sentis. Au delà de sortir victorieux du match, Buckets est surtout sorti vivant.

Tyler Herro (5,5) : mis dans une sauce aigre-douce par un modèle Insta alors qu’il est censé être en couple avec Katya Elise Henry, Tyler Herro a forcément tout fait pour s’offrir un sursis et ne pas avoir à sortir de la bulle tout de suite en assurant les derniers lancers-francs.

Kendrick Nunn (7) : la très belle surprise côté Heat. Il a retrouvé sa confiance qui faisait sa force en saison régulière et a joué comme s’il était dans sa dernière semaine de CDD avant de se retrouver au chômage. Kendrick Nunn a marqué ses points et a fait bonne impression auprès de son boss. Fayot.

Andre Iguodala (3,5) : à la rédaction, on a décidé de boire un shot à chaque tir marqué par Andre Iguodala, et on a tous pu repartir en voiture. Sobres comme des chameaux les types.

Los Angeles Lakers

Dwight Howard (4) : un petit accrochage avec Jimmy Butler en début de match, un coude envoyé tel une enclume, toujours dans la tronche de Jimmy Butler, et des avant-bras de démonteur de manèges envoyés dans tous les sens. Un match classique pour Anthony Joshua.

Anthony Davis (7,5) : devenu Martoni l’espace de quelques instants, Anthony Davis a tout de même procuré une belle frayeur à la suite de cette chute sur la cheville de Duncan Robinson. Mais le Brow est revenu en mode unijambiste, insuffisant toutefois.

LeBron James (9) : il a pris soin d’engloutir Stephen Curry avant le match, mais malheureusement, LeBron James doit s’incliner, victime du black-out de ses coéquipiers dans les dernières secondes. LBJ s’attendait à jouer le titre dans une équipe de basket, aujourd’hui, il a surtout obtenu son BAFA et joué les directeurs de colonie de vacances.

Danny Green (3,5) : on a pensé à un moment qu’il avait enfin retrouvé son adresse et qu’il allait enfin ressembler à un joueur de basket, mais en fin de match, Danny Green a décidé de briquer sévère. Alors qu’il a été trouvé tout seul derrière l’arc par James dans les dernières secondes, il a envoyé un shoot de T-Rex beaucoup trop court. Heureusement que Markieff Morris lui a un peu « sauvé » la mise.

Kentavious Caldwell-Pope (7) : encore un gros match pour Kentavious Caldwell-Coke, tellement possédé sur ces finales qu’il s’est même imposé comme le troisième larron de la bande. Et dire qu’il y a pas si longtemps que ça, il devait alterner basket-ball et prison, puis porter un bracelet électronique à chaque fois qu’il sortait de cette dernière.

Alex Caruso (4) : malheureusement pour les Lakers, le Alex Caruso des Finales est bien différent (et pas dans le bon sens) du Alex Caruso de la saison régulière, bien trop insipide pour peser sur le match. Carupelle s’appelle ainsi, car le « seau », bah il avait la tête dedans.

Markieff Morris (0) : le meilleur joueur du Heat sur ce match. Un seul rebond, 3 pertes de balles et 4 fautes, puis c’est tout… Ça aurait pu s’apparenter à une simple session cardio s’il n’avait pas magistralement posé son cerveau par terre en fin de match pour entretenir un peu le suspense de ces Finals, en envoyant cette espèce de crotte dans les airs. Même lui ne sait pas si c’était une passe ou un tir.

Kyle Kuzma (3,5) : il aurait pu décider d’être simplement maladroit en attaque et mauvais en défense, mais Kyle Kuzma a également décidé de faire une frayeur aux Angelinos en envoyant le sous-marin qui a failli blesser AD. Définitivement meilleur sur TikTok que sur les parquets.

Rajon Rondo (5) : il restait déjà sur une performance bien crade aux tirs, et RR a remis ça, encore un 1/7 bien cheum mais des stats bien garnies pour faire diversion. Lui, il devait mettre sa nourriture dans un coin à la cantine de l’école pour faire croire qu’il avait fini ses épinards.

Miami n’est pas mort et compte vendre chèrement sa peau même si les Lakers ont encore deux balles dans le chargeur, Jimmy Butler va devoir porter tout le monde sur son dos et les Lakers vont devoir ligoter Markieff Morris avant le Game 6. Ça se passe dans la nuit de dimanche à lundi la famille.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top