Heat

Duncan Robinson a sorti le sniper au meilleur moment : 26 pions et 7 tirs du parking, les ficelles ont pris cher

Oh le vilain !

Source image : NBA League Pass

Le Heat est donc toujours en vie. En s’imposant à l’arraché au terme d’un Game 5 de grand malade, Miami a gagné le droit de disputer une nouvelle rencontre dimanche. Et si Jimmy Butler a bien évidemment été le grand héros de la soirée, Duncan Robinson a également été huuuuuge

Il avait connu un début de série très compliqué l’ami Duncan Robinson. Véritable sniper et très important dans le système offensif de Miami à travers la menace extérieure qu’il représente et sa capacité à bouger sans ballon, on l’avait perdu. 9 points sur… l’ensemble des deux premiers matchs, 2/10 du parking, bienvenue chez les grands, gamin. Sauf que depuis, le sophomore non drafté de Miami monte sérieusement en température. 13 points dans la victoire du Game 3, 17 dans le quatrième match de la série, et surtout cette superbe perf réalisée cette nuit quand le Heat avait absolument besoin de s’imposer. Derrière un énorme Jimmy Butler, Duncan Robinson a sans doute sorti le meilleur match de sa jeune carrière. Inscrire 26 points (record perso en Playoffs) avec sept tirs primés marqués (sur 13 tentatives) et dans un tel enjeu, ce n’est pas donné à tout le monde. Il vient notamment d’égaler le record de franchise du plus grand nombre de 3-points marqués dans un match de Playoffs selon ESPN Stats & Info, tout en dépassant Dan Majerle au classement des tireurs longue distance les plus prolifiques de l’histoire du Heat en post-season (h/t Ira Winderman). D’après Jared Weiss de The Athletic, Robinson est également rentré dans le cercle des joueurs ayant marqué le plus de tirs primés dans un match à élimination en Finales NBA, en égalant Stephen Curry, Klay Thompson, Kyrie Irving, le GOAT Gérard, Mike Miller et Ray Allen (depuis 1991). Autant dire qu’il est plutôt en charmante compagnie.

Ce Game 5, c’était une belle mixtape des qualités du bonhomme, surtout quand il est dans un grand soir. Adresse évidemment, mais aussi mouvement, confiance, agressivité, du Duncan Robinson au top. Au moindre relâchement de la défense des Lakers, et il y en a eu quelques-uns dans le match de cette nuit, il a sanctionné. On pense notamment à cette action avec un peu plus de trois minutes à jouer dans le quatrième quart-temps, où DR a su profiter d’un accrochage entre Kentavious Caldwell-Pope et Alex Caruso pour faire ficelle et donner deux points d’avance à ses copains. Quand c’est comme ça, on sait à quel point les opportunités peuvent s’ouvrir pour l’ensemble de l’équipe de Miami, Robinson étant en plus un joueur intelligent capable de faire la bonne passe face à la pression adverse. Et cerise sur le gâteau, on a même vu un… putback de Duncan (pas Tim) après un raté de l’un de ses coéquipiers. Personne n’était prêt à voir ça, mais c’était un peu sa soirée alors why not hein. Cette performance du sniper permet aujourd’hui à Miami de continuer à rêver malgré la discrétion de Tyler Herro (12 points à 4/11 au tir), le manque de réussite de Jae Crowder (2/9 de loin) et les difficultés offensives de Bam Adebayo (13 points à 5/12, 4 rebonds, 4 passes). Alors même si on a bien aimé la contribution de Kendrick Nunn en sortie de banc (14 points, 4 rebonds, 3 assists) dans ce Game 5, le Heat serait déjà mort sans cette petite merveille de match signée Robinson.

En utilisant seulement sept joueurs au total cette nuit, le boss du Heat Erik Spoelstra sait sur qui il peut compter dans les moments chauds. Duncan Robinson fait clairement partie du lot. Au meilleur moment, il a répondu présent, faisant ainsi oublier un peu son début de série hardcore. À lui de profiter de la main chaude pour enchaîner dès dimanche. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top