Celtics

Kemba Walker sait qu’il doit se bouger face au Heat : « Pour être honnête, je joue terriblement mal »

6/19 dans le Game 1, y’a de quoi faire cette tête.

Source image : NBA League Pass

Si le Game 1 de la série opposant les Celtics au Heat a été marqué par l’énorme block de Bam Adebayo sur Jayson Tatum dans les dernières secondes de la prolongation, il a aussi été caractérisé par la nouvelle performance décevante de Kemba Walker, qui n’arrive pas à retrouver son rythme en attaque. Le meneur des C’s s’est exprimé après le match, et il n’a pas été tendre avec lui-même.

On avait déjà mis la lumière sur Kemba Walker avant le Game 7 entre les Raptors et les Celtics suite à sa perf à 5 points dans la sixième manche. On a également mentionné Walker dans la preview de la Finale de Conférence Est face au Heat, en disant qu’il devait step-up après une fin de série pas facile contre les Dinos et leur défense box-and-one. Mais après la défaite du premier match contre Miami la nuit dernière, force est de reconnaître que l’ami Kemba galère toujours pour retrouver son meilleur niveau. Malgré quelques paniers clutch, dont ce step-back à l’ancienne sur le rookie Tyler Herro en prolongation, le numéro 8 de Boston a connu une nouvelle soirée compliquée : 19 points en… 19 tirs (6/19, dont un terrible 1/9 de loin), avec 3 rebonds, 6 passes et 3 pertes de balle. Vraiment pas top. On s’attend à mieux, surtout dans une série qui s’annonce très serrée et où chaque défaillance pourrait coûter cher. Interrogé sur sa perf après la rencontre, le principal intéressé n’a pas cherché à fuir ses responsabilités. Il est probablement beaucoup plus dur envers lui-même que n’importe qui au sein des Celtics.

« Pour être honnête, je joue terriblement mal » a déclaré Kemba via ESPN. « Je ne peux pas dire grand-chose, mais je dois être meilleur. Je dois être meilleur pour cette équipe des deux côtés du terrain. Je dois prendre de meilleures décisions. Je dois mettre mes tirs. »

Si on n’attend pas des miracles de Kemba Walker en défense (les efforts sont vraiment là, mais les limitations aussi), il doit retrouver son jeu offensif pour aider une attaque de Boston qui a pas mal capoté en fin de match lors du Game 1 contre Miami. Mais pour le coach des Verts Brad Stevens, il ne faut pas oublier de donner du crédit à la défense du Heat, qui possède quand même plusieurs armes pour ralentir Kemba et Cie.

« Ils ont des très bons athlètes. Certains extérieurs sont capables de rester en face de lui grâce à leur longueur et Bam Adebayo n’a pas arrêté de switcher sur les pick-and-rolls. C’est un super défenseur. Donc il va falloir trouver de meilleurs moyens pour attaquer, surtout en fin de match. Il y a des moments où l’on a vraiment fait bouger le ballon, et puis nous sommes restés statiques. »

Bam Adebayo, difficile de l’ignorer celui-là. Avec sa polyvalence défensive, il offre beaucoup de possibilités à Miami et comme l’indique Brad Stevens, il fait partie de ces intérieurs qui peuvent défendre efficacement sur pick-and-roll après un switch. Habituellement, dans ce genre de situation, quand un guard comme Kemba se retrouve face à un pivot, il y a mismatch. Mais grâce à sa mobilité, son envergure et ses qualités athlétiques, Bam peut très bien faire le taf. Quand vous possédez ce genre de profil en défense, à savoir un pivot de 2m06 capable de protéger le cercle (coucou Jayson Tatum) tout en défendant bien dans le périmètre, c’est que du bonheur. Maintenant, on ne dit pas qu’Adebayo a shutdown Kemba à lui tout seul hein. Outre Bam, on a vu également Jae Crowder remporter quelques batailles contre le meneur de Boston grâce à son physique, y’a eu du Tyler Herro sur lui, du Kendrick Nunn, ainsi que de la défense de zone utilisée par Miami. Tout ça pour dire que le Heat varie les options pour tenter de limiter l’impact offensif de Walker qui, faut l’avouer, a aussi fait preuve de maladresse sur quelques shoots ouverts ou sur des matchups favorables, comme face à Duncan Robinson par exemple.

Pas facile de se coltiner la défense de Miami, mais Kemba Walker doit clairement hausser son niveau de jeu dans les matchs à venir. Les Celtics ont besoin de leur meneur pour espérer atteindre leurs premières Finales NBA depuis dix ans, car en face c’est du solide. Allez, on se reprend ! 

Source texte : ESPN

1 Comment

1 Comment

  1. Sebb

    16 septembre 2020 à 22 h 08 min at 22 h 08 min

    Yes, si Kemba va bien, Boston va bien… Donc Miami, quitte à choisir une victime, a raison de chercher à limiter le Ranger, ses perfs sont souvent liées à celles de son équipe.
    Attention cependant, si Hayward revient bien, c’est remis en question, car le shooting et la polyvalence de Gordie vont obliger les défenseurs de Miami à laisser de plus grands espaces à Kemba, et la , walala, ça peut faire très mal

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top