Notes de match

Les notes de Lakers – Rockets, Game 5 : la moyenne générale de Houston frôle le ridicule, va falloir bosser avant la rentrée

ducobu 4 juin 2020

Élève Russell Ducobu au rapport.

Source image : Youtube

Tellement longtemps que notre organisme était privé de ce breuvage sacré qu’est la NBA. Pour fêter le retour de notre darling préférée ? On tentera de vous offrir, le plus souvent possible, le petit bulletin de notes qui va bien, histoire de vous faire revivre les matchs d’une manière un peu plus légère, aussi légère qu’un pet bruyant à la terrasse d’un boulodrome. Allez, envoyez la sauce, envoyez la purée, bref, envoyez les notes.

Dernier passage dans le coin pour les Rockets et la Team Notes n’allait certainement pas laisser passer cette magnifique occasion de sortir le scalpel. Car la saison de Houston est terminée… mais nous on est encore à l’échauffement. Allez, envoyez les baffes notes.

Houston Rockets

James Harden (7) : difficile de noter plus haut un mec qui se prend un énorme blow-out dans un match éliminatoire, mais si James Harden a un peu plus étoffé son CV de défaites il n’a pas grand chose à se reprocher sur ce match. Un début de match raté mais la suite fut nettement meilleure et des deux côtés du terrain, mais ce soir Ramesse était trop seul. Bonus track pour les vacances, Alex Caruso est désormais son père adoptif.

Russell Westbrook (2) : la meilleure action de son match est une embrouille avec le frère un peu trop bavard de Rajon Rondo. Tellement à la ramasse qu’on s’est carrément demandé s’il ne se prenait pas le chou avec un hologramme, Russell Westbrook est passé totalement à côté de sa série et devra très vite répondre de ses actes devant le tribunal de la NBA. Post-scriptum : on savait qu’il avait parfois de l’eau dans le cerveau, on sait désormais que c’est de l’eau non-potable.

Eric Gordon (2) : on a retrouvé le Kiki Gordon qu’on déteste, à savoir celui qui ne rentre pas un tir et qui erre sur le terrain comme un boucher dans un restaurant vegan. Invisible, inutile, bonnes vacances quand même.

P.J. Tucker (4) : de la baston, quelques rebonds, quelques tirs par-ci et par-là mais un apport trop insuffisant. Pas facile tous les jours la vie de pivot d’1m95 en NBA.

Robert Covington (3) : il a moins bien défendu que d’habitude, et il a moins scoré que d’habitude. Le Scottie Pippen du début de série s’est transformé en Thaddeus Young bourré, et en demi-finale de conf ça ne pardonne pas.

Ben McLemore (5) : il a initié le début de remontada au deuxième quart avant de disparaître de nouveau, comme depuis le début de sa carrière.

Austin Rivers (4) : a commencé par se frictionner avec Markieff Morris avant de comprendre qu’il avait de belles chances de se faire monter en l’air. Du coup il s’est calmé et repart donc avec le trophée de MIP du match.

Jeff Green (5) : il a apporté son écot habituel en sortie de banc mais n’a pas vraiment pesé car il y avait déjà +150 pour les Lakers quand il est rentré.

Michael Frazier (-) : un prénom de basketteur, un nom de boxeur, mais si vous voulez un avis sur le joueur adressez-vous directement à sa famille.

Bruno Caboclo (-) : n’a pas suffisamment joué pour que le monde comprenne que c’est bien lui le meilleur joueur des Rockets. Un jour vous comprendrez.

Chris Clemons (-) : l’homme qui joue le rôle de LeBron lors des entraînement des Rockets nous a appris une chose cette semaine : que les Rockets s’entraînent.

Danuel House Jr. (9) : largement possible qu’un article intitulé « Danuel House est devenu papa » soit publié dans 9 mois.

Los Angeles Lakers

LeBron James (8) : tout en gestion le pépère. Début de match canon, dans l’économie ensuite, et à l’arrivée un 29/11/7 sans avoir l’air d’y toucher. Il nous a également gratifié d’une scène à la Bourvil quand il a pris un ballon sur le crâne en seconde période. Parce que le crâne de LeBron, c’est un peu comme les fesses de J-Lo ?

Anthony Davis (5) : plus en retrait qu’à l’accoutumée et davantage concentré par la distribution en début de match, mais en même temps… pourquoi se faire chier à transpirer dans un match de pre-saison ?

Markieff Morris (7) : 4/4 du parking pour le jumeau de son jumeau, et deux trois amabilités échangées avec ses adversaires. Dans le jargon ? Ça s’appelle une performance attendue.

Kentavious Caldwell-Pope (6) : il a défendu dur et rentré ses tirs, tant mieux car c’est exactement ce qu’on lui demande.

Danny Green (7) : les Lakers sont tout de suite plus dangereux quand le vrai Danny Green est sur le terrain. Poignet affûté, démarche toujours aussi hasardeuse mais un vrai apport des deux côtés du terrain.

Rajon Rondo (5) : toujours aussi utile en sortie de banc bien que plus discret que sur les deux derniers matchs, et il a même réussi à faire sortir encore un peu plus Russell Westbrook de son match par l’intermédiaire de son frangin. Family affair.

Kyle Kuzma (6) : là-aussi un bon apport depuis le banc, et un rôle de sixième homme en chef qui lui va comme un gant. Attention, cette phrase ne veut plus rien dire si vous échangez les mots « gant » et « banc ».

Alex Caruso (45) : le contre du match sur James Harden, un autre sur Ben McLemore, et toujours ce flow intersidéral qui ferait passer n’importe quelle victime de la mode pour une victime tout court. Même Florent Pagny lui a dédié une chanson, c’est un délire.

Talen Horton-Tucker (6) : la belle surprise des Lakers depuis deux matchs. On parle donc d’une équipe qui teste son rookie en pleine demi-finale de conférence, ça prouve le niveau de confiance côté Lakers.

J.R. Smith (50) : quatre minutes sans perdre un ballon, en même temps Gérard n’a jamais réussi à le localiser.

JaVale McGee (-) : il a fait le pitre sur le banc tout au long du match avec Dwight Howard, et il a tenté un shoot à 3-points quand il est rentré. JaVale McGee a donc fait le pitre toute la soirée.

Dwight Howard (-) : il a fait le pitre sur le banc tout au long du match avec JaVale McGee avant de participer à la fête en toute fin de match. C’est tout ce que les Lakers peuvent désormais lui offrir, mais ça n’a pas l’air de le gêner.

Jared Dudley (-) : est rentré dans le garbage, bizarre car on aurait juré que c’est bien lui qui nous avait servi notre kebab sauce samouraï hier soir au camion.

Allez hop, les Rockets c’est fini, et on va donc pouvoir passer à du vrai basket en Finales de Conf. La bonne nouvelle ? C’est qu’on revient dès ce soir avec les notes de… Clippers-Nuggets, un match à suivre en direct et en intégralité sur nos antennes à partir de 19H. Bordel, que’est-ce que ça fait du bien de parler comme Laurent Luyat.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top