Documentaires

Zoom « The Last Dance » – la Dream Team 1992 : retour sur ce jour où Michael Jordan et Scottie Pippen ont asphyxié Toni Kukoc

De l’air s’il vous plaît, de l’air.

Source image : Netflix - The Last Dance

À travers la sortie de deux épisodes de « The Last Dance » tous les lundis jusqu’au 18 mai prochain, on va bouffer du taureau pendant un mois, et découvrir – ou redécouvrir – de nombreuses anecdotes ainsi que des histoires concernant les Bulls de Michael Jordan. Alors en plus du débrief dédié à chaque épisode, on a décidé de faire un zoom sur certains passages de ce docu-série qui nous paraissent particulièrement intéressants. Allez, on enchaîne. 

La Dream Team 1992 de Barcelone a permis à la NBA et à Michael Jordan de passer dans une nouvelle dimension. Lors du deuxième match de cette mythique campagne olympique, Team USA a rencontré la Croatie du jeune phénomène Toni Kukoc, drafté par les Bulls deux années plus tôt. Frustrés par l’attention portée à son égard par le manager général des Bulls Jerry Krause, MJ et Scottie Pippen avaient particulièrement les crocs ce jour-là. Et Toni a pris très cher…

# Jerry Krause sous le charme de Toni Kukoc

Second tour de la Draft 1990. Avec le 29è choix, les Chicago Bulls sélectionnent Toni Kukoc, le chouchou de Jerry Krause. Au top du basket européen entre la fin des années 1980 et le début des années 1990, où il décroche à la fois des titres collectifs et individuels, le prodige croate ne débarque en NBA que trois années après. En effet, comme Toni l’indique dans le docu, il voulait rester en Europe quelques années supplémentaires à cause notamment des conflits qui existaient dans la Yougoslavie de l’époque, mais aussi pour des raisons financières.

Pendant tout ce temps-là, du côté de Chicago, l’amour de Jerry Krause envers Kukoc frustre de plus en plus les stars des Bulls, Scottie Pippen et Michael Jordan. À la base, cette frustration était liée au fait que Krause avait refusé de proposer un meilleur contrat à Pippen afin de garder de l’argent pour signer Kukoc, considéré comme le « futur des Bulls » par Jerry. Parler de futur quand votre équipe domine le présent, on avoue que c’est un peu chelou comme concept, mais c’est surtout le fait de prioriser le jeune Européen par rapport à Pip qui a foutu le bordel.

« Krause était prêt à favoriser quelqu’un par rapport à ses propres enfants qui lui ont tout donné. »

– Michael Jordan

Si Pippen obtiendra finalement sa prolongation de contrat lors des Finales NBA 1991, il a gardé le nom de Toni Kukoc bien en tête, et Jordan également.

# Pauvre Toni

Du coup, quand Team USA rencontre la Croatie de Toni Kukoc lors du deuxième match de poule aux Jeux Olympiques de 1992, Jordan et Pippen veulent montrer à Jerry Krause que son prodige chéri n’est pas aussi exceptionnel qu’il le pense, en tout cas par rapport à eux. Les deux préviennent l’ensemble du groupe : « on s’occupe du cas Kukoc ». Et quand vous avez deux des meilleurs défenseurs extérieurs de l’histoire qui veulent mettre la misère à un adversaire, ça donne ça : 4 points en 34 minutes pour Toni, 2/11 au tir, 7 balles perdues, et +33 pour les States. Un véritable enfer pour le jeune Croate.

« On me dit qu’il est juste passé à côté de son match, qu’il était nerveux. Mais s’il est si nerveux, il ne tiendra pas en NBA » a notamment déclaré Scottie Pippen après la rencontre.

Dans le documentaire, Michael Jordan et Scottie Pippen expliquent bien que leur volonté de battre – voire même d’humilier – Kukoc n’avait pas de caractère personnel envers Toni. C’est véritablement Jerry Krause qui était visé. Et cette phrase de MJ, tirée d’un documentaire sur la Dream Team sorti il y a quelques années, résume parfaitement la chose (via NBC Sports).

« On ne jouait pas contre Kukoc. On jouait contre Jerry Krause avec un maillot de la Croatie. »

# Toni Kukoc a gagné le respect de Jordan et Pippen

Après un tel acharnement, beaucoup auraient flippé à l’idée de rencontrer une nouvelle fois la Dream Team de Michael Jordan et Scottie Pippen. Mais pas Toni Kukoc. Lors de la finale olympique entre les États-Unis et la Croatie, il montre un bien meilleur visage, terminant avec 16 points et 9 passes décisives à 5/9 au tir dont 3/3 du parking. Bon, au niveau du résultat final, ça n’a pas changé grand-chose vu que Team USA a infligé une deuxième taule aux Croates avec une victoire 117-85, mais le regard sur Kukoc avait changé.

« Il a dû se battre pour gagner leur respect, et il l’a fait. »

– Mike Wilbon

Arrivé chez les Bulls en 1993, juste au moment où Michael Jordan a quitté les parquets de la NBA pour rejoindre les terrains de baseball, Toni Kukoc a réussi à se faire une vraie place à Chicago, même s’il n’a eu droit à aucun cadeau à cause de son statut de chouchou de Krause. Nommé dans la deuxième équipe All-Rookie au terme de sa première saison, puis lieutenant de Scottie Pippen en tant que sophomore avant le retour de Jordan en mars 1995, Kukoc a ensuite grandement participé au deuxième three-peat des Taureaux, remportant notamment le titre de meilleur sixième homme en 1996. Avec son intelligence de jeu, sa polyvalence, ses qualités de passeur et de shooteur, celui qui était parfois comparé à Magic Johnson a prouvé qu’il avait tout pour tenir en NBA, hein Scottie.

Les six premiers épisodes de « The Last Dance » sont dans la boîte, et la montée en puissance se poursuit. En attendant la sortie des prochains, on va continuer à vous proposer du contenu sur TrashTalk, avec d’autres papiers zoom à venir. Courage les drogués, une semaine ça passe vite.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top