Celtics

Dans l’ombre de Jayson Tatum, l’autre Jay de Boston a également cartonné : retour sur la saison calibre All-Star de Jaylen Brown

Il était dans le dur l’an passé, mais Jaylen s’est lâché cette saison.

Source image : NBA League Pass

Jayson Tatum par-ci, Jayson Tatum par-là, on a beaucoup entendu ce blaze en 2020 depuis l’énorme montée en puissance du produit de Duke. Mais à ses côtés, il y a un autre jeunot qui a franchi un gros cap cette saison à Boston. Son prénom commence de la même manière, et il a également joué un rôle très important dans la belle campagne des Celtics. Mesdames et messieurs, il est venu le temps de mettre la lumière sur Jaylen Brown.

On pourrait parler longtemps de Jayson Tatum. On pourrait revenir une nouvelle fois sur son explosion du mois de février, lui qui a évolué à un niveau de superstar au cours des dernières semaines avant l’arrêt de la saison régulière. Ses exploits ont fait la une en NBA, et il était difficile de ne pas être sous le charme du néo-All-Star, tout simplement trop fort et trop élégant. Mais on a déjà beaucoup écrit sur le phénomène, ici ou . Alors on a voulu faire un focus sur Jaylen Brown, forcément dans l’ombre de son copain au vu des performances de ce dernier, mais auteur lui aussi d’une pure campagne au sein du collectif de Boston. Brown cette saison, c’est 20,4 points de moyenne, 6,4 rebonds et 1,1 interception en 34 minutes par soir, à 49% au tir dont 38,1% du parking. Ça en jette hein, et ça montre là aussi la très belle progression de Jaylen par rapport à la saison dernière, durant laquelle il tournait à 13 points et un peu plus de 4 rebonds en 26 minutes de moyenne. Pour rappel, avant l’énorme jump de Tatum, on pouvait se poser la question de savoir lequel des deux méritait le plus une place au All-Star Game. Le débat a ensuite tourné en faveur de Jayson, mais ce n’est pas parce que Brown a baissé le pied, bien au contraire. Car dans le même temps, il a également enchaîné les performances solides, lui qui a notamment raflé un titre de meilleur joueur de la semaine début février. Et si Brown a ensuite connu un coup d’arrêt début mars à cause d’une blessure aux ischios (il avait aussi raté quelques matchs début novembre à cause d’un abcès à la jambe), sa belle campagne individuelle est clairement l’une des grandes raisons de la réussite des Celtics cette année, troisièmes à l’Est avec un bilan de 41 victoires pour 23 défaites.

Comme Tatum, Jaylen Brown a profité de l’explosion du roster de la saison dernière et de responsabilités plus élevées pour s’exprimer pleinement, et ainsi rebondir après une année compliquée. L’an passé, dans le bordel qui caractérisait les Celtics, Brown a commencé à douter de ses capacités. Avec Jayson, il avait cartonné lors des Playoffs 2018 mais la suite fut plus difficile. Son rôle s’est réduit au sein d’un effectif ultra profond qui a notamment vu les retours de Gordon Hayward et Kyrie Irving, ses performances furent décevantes en début de saison et l’ambiance globale qui régnait dans l’équipe n’a évidemment rien arrangé. En d’autres termes, c’était difficile pour Jaylen de jouer libéré, d’être la meilleure version de lui-même. Cette année, au sein d’un vestiaire beaucoup plus sain, le scénario a donc été complètement différent. En même temps que sa place de titulaire, Brown a retrouvé toute sa confiance, le tout avec une nouvelle coupe de cheveux qui symbolise bien son nouveau départ. Offensivement, il s’est montré agressif et inspiré. On a encore en tête sa superbe performance lors du Christmas Game à Toronto, où il a brillé de mille feux en montrant tout son répertoire offensif. On n’a pas oublié non plus son dunk sur la tronche de LeBron James, et d’autres tomars bien sales. Clairement, Jaylen Brown faisait plaisir à voir, d’autant plus qu’on parle là d’un vrai two-way player, qui a une nouvelle fois assuré en défense individuelle cette saison. Progression, régularité, belle contribution des deux côtés du parquet, on peut dire qu’il a coché beaucoup de cases.

Il a coché des cases et par la même occasion, il a fermé pas mal de bouches. Pour rappel, juste avant le début de la saison, Jaylen Brown a signé une prolongation de contrat de quatre ans et 107 millions de dollars. Cette grosse extension a permis à Brown de se concentrer à fond sur son jeu, mais elle a surtout beaucoup fait parler après la troisième année mitigée de Jaylen. En même temps, c’est vrai que le timing était chelou, car on n’a pas l’habitude de voir un joueur décrocher un gros contrat alors qu’il sort d’une campagne plutôt difficile. De plus, le président des opérations basket de Boston Danny Ainge n’avait pas prolongé un joueur dans son contrat rookie depuis une bonne décennie, le dernier étant Rajon Rondo en 2009. En clair, c’était un pari sur l’avenir. Et comme souvent dans ces cas-là, certains ont eu des doutes car il y a forcément une part de risque. Mais pour l’instant, on peut dire que JB a donné raison à son boss. Aujourd’hui, au vu des performances du garçon, les fans des Celtics sont probablement bien contents que Brown soit sous contrat jusqu’en 2024. Son association avec Jayson Tatum a de quoi faire flipper, les deux jeunots formant l’un des duos les plus performants et prometteurs de la Grande Ligue, un duo capable d’emmener Boston vers les sommets dans les années à venir.

Si l’explosion de Jayson Tatum a été l’événement marquant de la saison à Boston, la régularité et la progression de Jaylen Brown se doivent d’être soulignées. JB n’est pas passé très loin d’une participation au match des étoiles cette année et s’il continue sur sa dynamique, il est clair qu’on le verra assez rapidement dans le costume de All-Star. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top