Blazers

Terry Stotts doit s’ajuster face à Steph Curry sur pick-and-roll : alors, on trappe ou on trappe pas ?

Terry Stotts

Faire reculer ses big men sur le pick-and-roll n’était pas forcément une excellente idée.

Source image : YouTube

Battus par les Warriors dans le Game 1 (116-94), les Blazers ont vu leur stratégie défensive sur pick and roll complètement contrecarrée par l’adresse longue distance de Stephen Curry. Grosse erreur d’appréciation de Terry Stotts, qui a confié qu’il allait devoir faire des ajustements.

Certes, Stephen Curry était maladroit sur ces Playoffs. Mais enfin… maladroit pour le Chef, c’est 45% au tir et 39% du parking. Certes, il était tombé à 27% de loin dans la série face aux Rockets, mais on parle là du meilleur shooteur de l’histoire et son réveil n’était qu’une question de temps. Il est arrivé dans le Game 1 face aux Blazers. Le Baby Face Assassin a planté 36 points, 6 rebonds et 7 assists, avec un joli 9/15 à longue distance. En cause, au moins en partie, la stratégie défensive des Blazers sur pick-and-roll. Là où les Rockets avaient pris la décision de trapper Curry en sortie d’écran, Terry Stotts a demandé à ses intérieurs de prévenir les pénétrations. Dans ces conditions, le meneur des Dubs a bénéficié d’un peu de lumière pour dégainer à 7m23, et il ne s’est pas privé pour s’y engouffrer. Dans son sillage, les Warriors ont signé un 17/33 du parking, avec dans le lot un magnifique 4/5 pour les remplaçants Quinn Cook, Jonas Jerebko et Alfonzo McKinnie. Interrogé sur sa stratégie défensive par ESPN, Stotts n’a pas caché que des ajustements vont être nécessaires :

« On va devoir y repenser.

Cependant, on était mené de six points à l’entame du quatrième quart-temps et Steph a marqué un panier dans la période. Ils ont marqué 39 points dans le quatrième quart-temps, sans qu’il ne marque un seul panier sur pick-and-roll. Donc, ça va plus loin que ça, mais oui, on doit revisiter ce qu’on veut faire sur le pick-and-roll. »

Tout n’est donc pas à jeter dans la défense de Portland, mais à l’arrivée, les coéquipiers de Damian Lillard ont perdu de 22 points. Les Warriors ont scoré 39 points dans le dernier acte, 116 au total et surtout, ils ont shooté à 50%, avec 30 passes décisives sur 42 paniers marqués. Même si Steph Curry n’a pas pesé sur la décision finale, il y a du boulot pour Terry Stotts. Son attaque a bafoué son basket, avec un 36% au tir, mais surtout avec 21 turnovers ! C’est beaucoup, beaucoup trop pour un match de Finales de Conférence Ouest, qui plus est face au double champions en titre. Pour éviter de se retrouver dos au mur, les Blazers vont devoir se sortir un peu les doigts, et step-up au niveau attendu. En cas de 2-0, le fantôme des deux dernières séries de Playoffs entre les deux équipes pourrait bien venir hanter les coursives du Moda Center. On fait évidemment confiance à Stotts pour tenter un coup tactique, et aux joueurs pour ne pas répéter les mêmes erreurs d’un match sur l’autre. Mais si en face, Curry continue de porter son équipe en l’absence de Kevin Durant, comme il l’a fait dans le Game 1, le mieux des Blazers pourrait ne pas suffire.

En tout cas, Terry Stotts a eu pas mal de boulot avant le Game 2, prévu cette nuit. Trouver des solutions efficaces en attaque comme en défense n’est pas chose aisée face aux Warriors. Mais pour le coach des Blazers, il vaut mieux que ces ajustements soient valides, pour éviter de reprendre une branlée.

Source texte : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top