Jazz

Ricky Rubio arrive à un moment charnière de sa carrière : alors, qui veut d’un Ibérique pour driver son équipe ?

Ricky Rubio

La seule chose qu’on peut vous certifier, c’est que Ricky ne signera pas à Villeneuve d’Ascq cet été.

Source image : youtube

À quelques semaines de l’ouverture de la free agency, le nom de Ricky Rubio revient de plus en plus fréquemment dans des discussions autour de certaines franchises. Agent libre cet été, l’Espagnol aborde là l’un des virages les plus importants de sa carrière, et il en est bien conscient.

Si son début de carrière dans le Minnesota avait été quelque peu mitigé, Ricky Rubio semblait enfin avoir trouvé son équilibre du côté de Utah ces deux dernières saisons. Au sein du collectif léché de Quin Snyder, l’ancien Wolves faisait le taf pour driver Donovan Mitchell, Rudy Gobert et compagnie, de quoi permettre au Jazz de réaliser deux saisons solides récompensées par deux apparitions en Playoffs. Pourtant, tout cela n’a pas empêché Utah d’utiliser le meneur espagnol, agent libre cet été, comme monnaie d’échange pour essayer de récupérer Mike Conley à la trade deadline en février dernier, de quoi émettre de gros doutes quant au futur de Rubio du côté de Salt Lake City. À 28 ans et en fin de contrat, Ricky arrive donc à un véritable tournant de sa carrière. Si les offres ne devraient pas manquer, l’Espagnol n’en reste pas moins lucide et n’a encore rien décidé pour son avenir.

« Il y a un millier de possibilités, à l’exception des équipes qui ont déjà un meneur titulaire sous contrat et qui va rester, comme c’est le cas à Houston ou à Golden State. Il y aussi Boston où on ne sait toujours pas si Kyrie Irving va rester, ou Charlotte avec Kemba Walker. Les choses ne dépendent pas seulement de vous mais aussi des autres joueurs. Par exemple, si Kyrie Irving venait à Utah, cette équipe ne serait plus une possibilité pour moi. Au final, ce sont eux [les stars, ndlr] qui choisissent en premier. »

Ricky Rubio a donc été plutôt clair auprès d’EuroHoops, il prendra son temps pour choisir la meilleure destination qui s’offre à lui. Dans l’optique où il signerait un contrat sur le long terme, l’Espagnol est bien conscient que ça serait sans doute sa dernière opportunité de jouer un rôle majeur dans une équipe qui vise le titre. Oui, la bagouze, c’est bien ce qui intéresse en premier le meneur de la Roja et c’est peut-être d’ailleurs pour ça qu’il mentionne autant le cas Kyrie Irving. En effet, Boston pourrait bien se retrouver dans le besoin au poste de meneur quand on voit à quel point les situations d’Uncle Drew mais aussi de Terry Rozier semblent compliquées à gérer. Si Danny Ainge ne parvenait à conserver aucun de ses deux meneurs, Ricky Rubio pourrait bien être une option envisageable pour les Celtics, même si ça ne serait pas la plus sexy possible. De son côté, l’ancien joueur de Barcelone ne serait probablement pas contre l’idée de rejoindre l’un des principaux contenders à l’Est tout en pouvant prétendre à un rôle majeur au sein de l’équipe. S’il n’a pas clairement évoqué de préférence, l’Espagnol semble tout de même avoir une petite idée en tête, alors wait and see.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que lorsque Ricky Rubio s’exprime longuement, on apprend plein de choses. Forcément affecté par les démarches entreprises par Utah, l’Espagnol semble s’éloigner de plus en plus de Salt Lake City, surtout que le Jazz pourrait retenter le coup pour Mike Conley. Après huit années passées dans la Grande Ligue, Rubio cherche plus que jamais à gagner une bague en jouant un rôle majeur. Désolé les Bulls et les Suns, mais ce n’est sans doute pas du côté de Chicago ni de Phoenix que l’expérimenté meneur de la Roja se tournera en premier cet été. 

Source texte : EuroHoops, Yahoo Sports

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top