Warriors

Stephen Curry a encore choké en Playoffs : 36 points à 9/15 du parking, décidément cet homme n’a pas de mental

Le petit monde de la NBA avait les yeux rivés sur lui et à plus d’un titre. Un duel face à son frangin tout d’abord, même si les deux bros n’ont pas vraiment le même rôle dans leurs franchises respectives. Un duel avec Damian Lillard également, entre deux meneurs pyromanes qui sont peut-être bien… les deux meilleurs de la Ligue. Pour finir ? Sans Kevin Durant, on attendait donc un Steph en mode patron, en mode 2015 – 2016. Bingo, le sale gosse n’a pas déçu, il a même fait bien mieux que ça.

Il fallait envoyer un message, tout de suite, maintenant. Montrer à ses détracteurs que deux séries très moyennes au tir ne l’avaient pas transformé en Jeff Teague du pauvre, montrer à tout le monde que le Steph en mode pyromane était bel et bien toujours vivant, contrairement à une réputation de chokeur en Playoffs qui commençait à monter chez ceux qui ne regardent que les stats, une réputation au moins aussi sérieuse que celle qui ferait de Jared Dudley un fan de la nourriture vegan. Bonne nouvelle pour la Dub Nation et très mauvaise pour le reste du monde : il semblerait bien que oui. La preuve en images juste au dessus, et en chiffres juste ci-dessous, après s’être bien mouillé la nuque histoire de voir venir :

36 points à 12/23 au tir dont 9/15 du parking et 3/3 aux lancers, 6 rebonds, 7 passes et 1 steal en 35 minutes

Performance curryesque donc, d’un homme qui aura en sus performé dans les moments importants du match, aka à chaque fois que les Blazers opéraient un mini-rapproché. Mais never ô grand never Stephen Curry n’aura laissé une once d’espoir à Portland, profitant des errances de la défense adverse sur les pick and roll et les sorties d’écran, avec un Enes Kanter particulièrement visé par cette dernière phrase. Steph mais aussi Klay en ont bien profité toute la soirée, tournicotant tels Zébulon autour de la défense des Blazers pour ressortir tranquillement sanctionner à neuf ou dix mètres. Douze triples à eux-deux quand Portland tout entier n’en rentrait que sept, la faute notamment à des Plouf Bro de l’Oregon qui n’auront pour leur part jamais réussi à rentrer dans leur match. 4/12 pour Damian Lillard, 7/19 pour le fourmilier, 3/10 du parking de la fatigue et même sept ballons perdus pour le seul Dame, beaucoup trop pour espérer contrer des Warriors aussi solides. Car quand Steph et Klay rentrent leurs tirs le même jour tout devient compliqué voire impossible, alors bonjour les dégâts quand en face ça ne daigne même pas répondre.

On tempèrera évidemment en rappelant qu’il s’agissait d’un Game 1, que c’est à l’Oracle, que les Blazers avaient joué l’avant-veille… mais malgré une série qui ne fait que débuter et qui peut encore nous réserver quelques beaux moments, on ne peut s’empêcher de penser que ces magnifiques Blazers 2019 risquent de galérer puissance 1000 face aux fifous californiens. On s’en doutait très fort, et on en a désormais la preuve.

1 Comment

1 Comment

  1. Lord

    18 mai 2019 à 20 h 35 min at 20 h 35 min

    Giovanni MVP

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top