Suns

Les Suns avaient oublié de renouveler leur abonnement au first pick : ça sent la résiliation du bouquet Loterie

DeAndre Ayton - Mikal Bridges - Suns

Le tanking n’est pas fait pour durer éternellement.

Source : Youtube / NBA on ESPN

On ne peut pas obtenir le first pick chaque année, sauf si on s’appelle les Cavaliers ou les Sixers. Néanmoins, le seum était quand même bien présent dans l’Arizona après le tirage des balles de ping-pong qui se déroulait hier soir à Chicago. A la sortie de cette grande Loterie, une phrase revenait beaucoup dans la bouche des fans des Suns : ‘Tout ça pour ça’.

Depuis quatre ans, la stratégie des Cactus est très claire. Être les moins performants possibles pour récupérer le meilleur prospect disponible à la Draft. Devin Booker, Josh Jackson ou encore Deandre Ayton et Elie Okobo sont tous issus de ces mauvais résultats mais l’équipe ne semble malgré tout pas se diriger dans la bonne direction. Monty Williams sera le cinquième coach des Suns depuis 2015 et quand on croit que le bilan ne pouvait pas empirer Phoenix trouve toujours le moyen de nous surprendre, terminant cette saison avec 19 petites victoires au compteur. On est loin des contenders aux Playoffs comme certains pouvaient le croire avant le début de la régulière, probablement aveuglés par la hype qui s’emparait de la Talking Stick Resort Arena. Lors de son court passage dans le désert aride de l’Arizona, Igor Kokoskov n’a même pas eu le temps de poser les bases ou de développer une vraie philosophie de jeu. On ne lui en a pas laissé l’opportunité, s’en séparant comme un malpropre après seulement un an de contrat. Merci d’être passé, on se recroise dans une autre vie. Du coup, le Serbe a forcément dû avoir un petit rictus en suivant la Lottery de Draft hier soir. Terminer avec le pire bilan de l’Ouest, l’avant dernier de toute la Ligue à égalité avec les Cavaliers, pour obtenir le droit de piocher en sixième à Brooklyn le 20 juin prochain ? Dans le jargon on appelle ça une année de perdue ou pas loin.

Car en passant une année sans leitmotiv clair de la part de la direction et sans meneur de métier et d’expérience pendant près des deux tiers de la saison, les Suns ont aussi pris du retard dans le développement des jeunes. Devin Booker entamera la première année de son nouveau contrat juteux à la rentrée, Deandre Ayton doit toujours être dans la raquette en train d’attendre qu’on lui file une balle pour montrer tout son potentiel et Josh Jackson profite de ses vacances bien trop longues pour se faire menotter par la police en plein festival au lieu de travailler sur son jeu et de rester concentré sur le basket. Avec une feuille de route plus précise, Phoenix aurait pu gratter quelques wins en plus sur la route et surtout l’expérience qui va avec. Tanker pour tanker n’a aucune utilité disait Vince Carter et les Suns sont en train de s’en rendre compte en prenant de plein fouet le changement de réglementation concernant la Loterie de Draft qui prenait effet cette année. La situation n’est pas totalement critique et la franchise pourra encore récupérer un pur talent à Brooklyn mais les meneurs de grande classe ne sont pas si nombreux dans cette cuvée 2019 et peut-être que ce résultat en-deçà des espérances va faire prendre conscience aux Suns qu’ils doivent se tourner vers l’avenir et arrêter de jouer la montre.

Officiellement intronisé en tant que nouveau GM, James Jones va voir du travail cet été. Cela va évidemment commencer par une étape au Barclays Center pour essayer de viser juste à la Draft, puis il faudra se diriger vers la Free Agency avec ambition pour tenter de rapporter les petites pièces manquantes au puzzle. De l’expérience, de la défense et un vrai bon meneur pour pouvoir enfin dire adieu aux abysses du classement et lever la tête vers les places du dessus. Tanker n’en vaut vraiment plus la peine. Plus après toutes ces années.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top