Flashback 2011 : Dirk Nowitzki crucifie les Heatles pour offrir un premier titre NBA aux Mavericks

Le 06 juin 2024 à 15:12 par Nicolas Meichel

dirk nowitzki mavericks 2011
Source image : YouTube

Opposés aux Boston Celtics en Finales NBA 2024, les Mavericks sont de retour sur la grande scène pour la première fois depuis 2011. 2011, une année à jamais sacrée au pays de Dirk Nowitzki, Dallas remportant à l’époque son premier et unique titre NBA face au Miami Heat de Dwyane Wade, LeBron James et Chris Bosh.

Juin 2011.

Cinq années après être tombé face au Miami Heat d’un Dwyane Wade légendaire, Dirk Nowitzki est de retour en Finales NBA et a enfin l’opportunité de prendre sa revanche. Entre-temps, l’Allemand a enchaîné les déceptions en Playoffs, avec en point d’orgue cette élimination dès le premier tour face aux Warriors en 2007, quand il était MVP de la NBA et le leader d’une équipe à 67 victoires. “Loser”, “joueur soft”, “mauvais leader”… voilà comment certains osaient le qualifier.

Dirk Nowitzki a mis à la poubelle plusieurs de ces étiquettes en permettant à Dallas de remporter l’Ouest, éliminant au passage les Lakers de Kobe Bryant et Pau Gasol (double-champion en titre). Mais il lui reste une grande marche à franchir pour définitivement fermer la bouche de ses détracteurs.

Son adversaire lors des Finales NBA 2011 : le Miami Heat du Big Three Wade – LeBron – Bosh. Un gros morceau. Mais si les Heatles sont favoris de la série, c’est bien Dirk Nowitzki qui va donner les leçons.

Leçon numéro 1 : ne jamais célébrer trop tôt face à Dirk Nowitzki

Le Game 1 de la Finale NBA est dominé par Miami en Floride, qui s’impose 92-84 sous les coups de boutoir de Dwyane Wade (22 points, 10 rebonds, 6 passes) et LeBron James (24 points, 9 rebonds, 5 passes) dans le quatrième quart-temps. Une première défaite qui met forcément un peu la pression sur les épaules de Dirk Nowitzki et des Mavs, qui ne veulent pas revenir bredouilles dans le Texas.

Problème, dans le Game 2, un scénario similaire semble se répéter. La supériorité athlétique du Heat met Dallas dans le rouge tandis que Dwyane Wade (36 points) rappelle de très mauvais souvenirs à Dirk. À sept minutes de la fin, D-Wade donne jusqu’à 15 points d’avance à Miami après un tir primé devant le banc des Mavs. LeBron et le Heat célèbrent déjà.

On this date in 2011… The Mavs completed one of the greatest comebacks in NBA Finals History after being down 15 points in the 4th quarter to beat the Heat in Game 2. 😱

(🎥: @TDISportsClips)pic.twitter.com/BPClWn0Fo6

— theScore (@theScore) June 2, 2024

Sauf que face à Dirk Nowitzki, il vaut mieux attendre le buzzer final avant de célébrer.

Dans les six dernières minutes du match, Dallas inflige un 22-5 aux Heatles et climatise l’AmericanAirlines Arena. Jason Terry est celui qui amorce le come-back mais Dirk est celui qui crucifie Miami. Malgré un bobo au doigt qui date du Game 1, l’Allemand marque les neuf derniers points de son équipe : un shoot mi-distance, un lay-up main gauche en transition, un shoot à 3-points, et surtout un deuxième lay-up main gauche après avoir pris le dessus sur Chris Bosh. Cet ultime panier fait basculer le match en faveur de Dallas. Victoire 95-93 des Mavs, 1-1 dans la série.

Leçon numéro 2 : ne jamais se moquer de Dirk Nowitzki

Les Mavericks ne parviennent pas à surfer sur la vague et s’inclinent à la maison dans le Game 3. Malgré une grosse perf individuelle (34 points, 11 rebonds, 3 contres), Dirk rate le shoot de l’égalisation face à Udonis Haslem, un fadeaway à la hauteur de la ligne des lancers-francs qu’il maîtrise pourtant sur le bout des doigts. Les critiques ne tardent pas à remonter, Nowitzki faisant preuve de maladresse dans la série à chaque fois qu’il est opposé à Haslem.

Mais en plus des critiques, en plus du déficit de 2-1 de son équipe, en plus d’un ligament déchiré dans le majeur de sa main gauche, Dirk doit aussi affronter une grosse fièvre dans le Game 4. Malade, sans énergie, Nowitzki tente tout de même de répondre présent. Et il le fait.

Dans un quatrième match serré de bout en bout, Dirk Nowitzki rassemble ses forces pour inscrire dix points dans les neuf dernières minutes, dont six sur lancers-francs et via un lay-up crucial à 15 secondes de la fin pour donner trois points d’avance à Dallas. Les Mavericks – menés 74-65 au début du quatrième quart – réalise un nouveau comeback victorieux. De quoi gagner encore un peu plus le respect de ses coéquipiers, mais pas de l’adversaire. Bien au contraire.

Never Forget:
LeBron James and Dwyane Wade mocked Dirk Nowitzki for being sick, then proceeded to lose 3 straight games and lose the NBA Finals.https://t.co/tMeMCMraLc

— Hoop Central (@TheHoopCentral) June 23, 2019

Avant le Game 5, LeBron James et Dwyane Wade se moquent de Dirk dans le couloir de la salle de Dallas, en faisant exprès de tousser. “C’était un peu puéril. Je n’ai jamais simulé une blessure ou une maladie” répond Nowitzki, avant d’ajouter, “Mais cela ne me donne pas motivation supplémentaire.”

Pas de motivation supplémentaire, car Dirk est tout simplement en mission.

L’Allemand répond de la meilleure des manières sur le parquet, en terminant top scoreur du Game 5 (29 points) et en enchaînant les shoots arc-en-ciel sur la tête du Heat. Pendant que LeBron craque sous la pression et que D-Wade est limité par une blessure à la hanche, Dirk se sublime. C’est donc ça le karma ?

Les Mavericks – hyper chauds à 3-points (13/19) – finissent par l’emporter 112-103 grâce aux cojones d’un grand Jason Terry, décisif aux côtés de Dirk.

JJ Barea says Dirk Nowitzki HATED the Miami Heat in 2011, more specifically LeBron and Wade who mocked him for being sick with the Flu by coughing before Game 5.

12 years ago today, with an over 100 degree fever, Dirk dropped 29 PTS in a win, then the next game, Game 6, closed… pic.twitter.com/84juDfwnDH

— Courtside Buzz (@CourtsideBuzzX) June 7, 2023

Leçon numéro 3 : Dirk Nowitzki est un champion, un vrai

De retour à Miami pour le Game 6 des Finales NBA 2011, Dirk Nowitzki n’est plus qu’à une victoire de remporter son premier titre NBA. Le Wunderkind sait à 33 ans qu’il ne peut pas passer à côté de l’opportunité. Mais quand vous êtes si proche du but, la peur de gagner peut parfois se mettre sur votre route. Encore plus sur les terres du traumatisme de 2006.

Auteur de seulement 3 points à… 1/12 au tir en première mi-temps, Nowitzki est en grosse galère. Et s’il craquait dans le moment le plus important de sa carrière NBA ? La question se pose. Heureusement pour lui, Jason Terry et ses coéquipiers sont là pour porter Dallas pendant qu’il galère avec son shoot. Dirk leur dit merci avant de prendre les choses en main. Sur la deuxième période, l’Allemand plante 18 points à 8/15 au tir, dont dix dans le dernier quart-temps. Les Mavs prennent le match à leur compte puis ne le lâcheront plus. Victoire 105-95, Dallas est officiellement champion NBA !

After the Mavs won the title in 2011, Dirk Nowitzki immediately exited the floor & went to the locker room

Listen to Scott Tomlin tell the story of what happened inside the locker room on our latest @LockedOnMavs

Listen to the rest of the story here: https://t.co/3LWtwcRf1U pic.twitter.com/x97v9ObtA5

— Isaac Harris (@IsaacLHarris) May 7, 2020

Au moment du buzzer final, Dirk Nowitzki rejoint immédiatement les vestiaires pendant que toute l’équipe célèbre sur le parquet de Miami. Il a besoin d’un moment pour lui, tout seul, pour se rendre compte de ce qu’il vient véritablement d’accomplir.

  • Il vient de remporter son premier titre NBA en carrière
  • Il vient d’offrir le premier titre à sa franchise des Mavericks (21 saisons à Dallas pour Dirk)
  • Il devient le deuxième Européen à être élu MVP des Finales (après Tony Parker)
  • Il devient le premier Européen à être à la fois champion NBA, MVP de régulière, et MVP des Finales

De retour sur le parquet pour brandir le Larry O’Brien Trophy et celui de MVP des Finales, Dirk Nowitzki est alors au sommet de sa carrière NBA. Et aujourd’hui encore, ce titre de 2011 reste comme l’un des plus beaux et l’un des plus éclatants de l’histoire de la NBA.

Un champion, un vrai !