Basket aux Jeux Olympiques – Athènes 2004 : tremblement de terre sur la planète basket, Team USA est tombée

Le 06 juin 2024 à 14:38 par Céleste Macquet

Manu Ginobili Argentine 6 juin 2024 lors des jeux olympiques d'athènes en 2004
Source image : FIBA

Depuis que les pros de la NBA sont autorisés à participer aux Jeux Olympiques, Team USA n’a toujours pas perdu le moindre match au cours d’une Olympiade à l’orée des Jeux de 2004. Quand bien même cela représente 24 victoires d’affilée, quelque chose a changé depuis Barcelone et tout le monde peut le sentir. Les Américains n’ont plus vraiment la même aura, ne dégagent plus la même chose depuis la dernière participation de Michael Jordan. En 2004, l’équipe qu’ils envoient à Athènes va connaître un destin qu’aucune autre équipe des Etats-Unis n’a connu aux Jeux Olympiques.

À lire également : Basket aux Jeux Olympiques – Sydney 2000 : la France décroche une médaille d’argent au goût d’or

Team USA sur le déclin ?

Après avoir envoyé une rotation de pivots complètement déloyale à Atlanta en 1996 avec le trio O’Neal-Olajuwon-Robinson, ne laissant pas la moindre chance à leurs adversaires, les US n’avaient pourtant pas convaincu à 100%, que ce soit au niveau de leur implication ou de leur attitude. L’URSS hors du paysage, Team USA avait écarté tout risque de voir son héritage bafoué en disposant de ce qu’il restait de l’exceptionnelle génération de joueurs Yougoslaves, les deux dernières menaces sérieuses qui pesaient sur l’équipe nationale américaine. Pourtant, à Sydney, en 2000, la Lituanie passe à deux points de sortir les Américains en demi-finales, tandis que la France d’Antoine Rigaudeau tient le regard avec Tim Hardaway et consorts pendant toute la Finale. Pire, les Américains se ramassent lors des Championnats du Monde à Indianapolis en 2002, chutant face aux revenants de la Yougoslavie dès les quarts.

N’apprenant pas de leurs erreurs, les Américains envoient des rosters de douze joueurs toujours plus incomplets et inexpérimentés pour défendre leurs couleurs, et c’est encore le cas en 2004. Pas de Kevin Garnett, pas de Kobe Bryant ou de Shaq, de Ben Wallace, ou de Jason Kidd. Team USA envoie une équipe sérieuse mais loin d’être la meilleure disponible : Carmelo Anthony, Carlos Boozer, Tim Duncan, Allen Iverson, LeBron James, Richard Jefferson, Stephon Marbury, Shawn Marion, Lamar Odom, Emeka Okafor, Amar’e Stoudemire et Dwyane Wade. Une moyenne d’âge de tout juste 24 ans, la plupart de l’effectif ayant deux, une, voire zéro années d’expérience dans la NBA. Les MVP Duncan et Iverson sont les têtes de gondole mais l’effectif n’a aucun vécu commun et cela va se ressentir durant le tournoi.

Manu Ginobili took out this whole squad in the 2004 Olympics pic.twitter.com/xCErJcsbXR

— Spurs Culture (@SpursCulture) April 4, 2024

La génération miracle de l’Argentine

Tandis qu’en Amérique du Sud, une nation qu’on n’attendait pas vraiment à ce niveau vient de voir naître une génération de basketteurs tout simplement prodigieuse. En effet, l’équipe d’Argentine envoie Carlos Delfino, Gabriel Fernandez, Manu Ginobili, Leonardo Gutierrez, Walter Herrmann, Alejandro Montecchia, Andres Nocioni, Fabricio Oberto, Juan Sanchez, Luis Scola, Hugo Sconochini et Ruben Wolkowyski à Athènes. Un groupe qui verra sept joueurs atteindre la NBA dont cinq d’entre eux y faire une vraie carrière.

L’Argentine rentre dans ces Jeux Olympiques d’Athènes timidement. Une victoire d’un point face à la Serbie-Monténégro de Vladimir Radmanovic (21 points) et Dejan Bodiroga (16 points, 5 rebonds) grâce au buzzer-beater en déséquilibre d’un Manu à 27 points, avant de perdre dès le second match face à l’Espagne de Pau Gasol (26 points) et Jose Calderon (17 points, 5 passes) 87 à 76, malgré 28 points de Luis Scola.

Une victoire de 25 points pour se rassurer contre la Chine de Yao Ming (15 points, 7 rebonds) et Yi Jianlian (4 points, 6 rebonds), un autre succès étrangement serré (94-98) derrière les 25 pions de Luis Scola et les 14 points, 9 rebonds et 5 passes de Fabricio Oberto face à la Nouvelle-Zélande, et les Argentins perdent ensuite d’un point face aux Italiens. Ils devront se contenter d’une troisième place dans leur groupe mais sont tout de même qualifiés pour le tour suivant.

Fin du mythe Américain

Pour les Etats-Unis, c’est encore une autre histoire. Dès le premier match face à Porto-Rico de Carlos Arroyo (24 points), et malgré 15 points et 16 rebonds de Tim Duncan, les Etats-Unis perdent pour la première fois aux Jeux Olympiques depuis plus de seize ans. Stupeur en Amérique. La défaite fait l’effet d’un véritable tollé au pays, les joueurs de Larry Brown sont vivement critiqués, c’est un véritable scandale d’état. Il faut se rendre compte. Team USA a perdu de 19 points face à une équipe dont la nation n’est même pas reconnue à l’ONU. Le match suivant ne rassure guère, les Américains ne gagnent que de 6 points face au pays hôte mené par Antonis Fotsis (22 points).

USA 6 juin 2024

Un match à +10 face aux Australiens, puis les Américains rendent à nouveau les armes contre des Lituaniens qui ont cette fois la peau des Américains. Richard Jefferson (20 points) et les siens ne peuvent empêcher le célèbre Sarunas Jasikevicius (28 points et 4 passes) de les dévorer vivants. Les Américains battent logiquement l’Angola de plus de 35 points au match suivant, encaissant tout de même 20 pions de Gerson Monteiro, cela leur permet de finir… quatrièmes de leur groupe, la dernière place qualificative pour les quarts de Finale. Le mythe américain est tombé de haut, et sa chute l’a emmenée dans la même partie de tableau que l’Argentine dans ces Jeux Olympiques.

En quarts de finale, les Américains retrouvent les Espagnols qui ont donné tant de difficultés aux Argentins. La bande de Juan Carlos Navarro et Rudy Fernandez peut une fois de plus compter sur un Pau Gasol inarrêtable (29 points en 40 minutes) qui finira meilleur scoreur du tournoi, mais en face, Stephon Marbury (31 points, 4 passes) accompagné d’Allen Iverson (16 points, 4 passes) est plus fort encore. Les Américains ne se font pas piéger par la bande des Espagnols, gagnent 94 à 102 et se retrouvent en demis.

La consécration de l’Argentine

Dans leur quart, les Argentins s’en sortent face aux Grecs (64 à 69) et retrouvent donc Team USA en demi-finales. Une fois de plus, les jeunes Américains de la Draft 2003 jouent peu. 19 minutes pour Dwyane Wade tandis que LeBron James et Carmelo Anthony cumulent cinq minutes à eux deux. La relative expérience supplémentaire des Stephon Marbury et autres Richard Jefferson est privilégiée, ce qui va coûter cher aux ricains. Lamar Odom (14 points, 8 rebonds et 3 passes) et Allen Iverson (10 points, 3 passes) sont complètement impuissants face à la masterclass de Manu Ginobili (29 points, 3 passes en 33 minutes). Bien aidé par Fabricio Oberto (6 points, 6 rebonds, 4 passes) et Juan Sanchez (7 passes), l’arrière argentin sélectionné avec le pick 57 de la Draft 1999 dégomme Team USA sans aucune pitié.

August 27, 2004: Argentina 🇦🇷 beats USA 🇺🇸 89-81 in the semifinals of the Olympic Men’s Basketball Tournament In Athens. Argentina would go on to win the gold medal 🥇 and USA would win the bronze🥉 pic.twitter.com/l0nDKs6Yuw

— This Day In Sports Clips (@TDISportsClips) August 27, 2023

Ces Argentins sont trop disciplinés, trop collectifs. Ils se connaissent trop bien et leur défense est solide. L’écart monte presque à 20 points par moments, et on se retrouve avec 81 à 89 au score final. Ça fait trois défaites pour Team USA dans ces Jeux Olympiques, c’est plus qu’au cours de leurs quatorze Olympiades précédentes en cumulé. Les Argentins l’ont fait. Ils ont battu Team USA aux Jeux Olympiques.

Manu Ginobili Argentina 6 juin 2024

Les Américains iront cogner sur les Lituaniens pour s’adjuger la médaille de Bronze. Cette fois, 24 points d’Arvydas Macijauskas, 17 points et 4 passes de Sarunas Jasikevicius, 13 points et 3 passes de Ramunas Siskauskas ne suffiront pas pour faire face à Shawn Marion (22 points), Allen Iverson (15 points et 3 passes), Stephon Marbury (14 points et 5 passes) et Dwyane Wade (9 points et 6 passes). Une médaille de Bronze qui sonne comme un échec retentissant pour les Américains. Larry Brown n’a pas su fédérer son vestiaire et ça s’est ressenti dans les déclarations des joueurs. Tout juste titré, le coach des Pistons, pourtant assisté par Gregg Popovich en personne, a échoué là où la plupart ont réussi : gagner l’Or avec Team USA.

“C’était juste insupportable. Personne ne voulait jouer pour lui, l’ambiance générale était terrible. Mais c’était l’environnement qu’il souhaitait. La misère.” Stephon Marbury

En Finale, les Argentins, derrière Luis Scola (25 points, 11 rebonds) et bien sûr Manu Ginobili (16 points, 6 passes) battent cette fois-ci l’Italie et s’adjugent l’Or. L’Italie se contente de la seconde place, sa deuxième médaille d’argent dans la discipline après 1980. Manu finit le tournoi avec des moyennes de 19,3 points, 4 rebonds et 3,3 passes.

Argentina 6 juin 2024

Après son titre NBA de 2003, Manu Ginobili devient le deuxième joueur avec Bill Bradley à remporter l’EuroLeague, le titre NBA et l’Or Olympique. Trois fois encore il ira remporter le Larry O’Brien Trophy en s’inscrivant dans un rôle de sixième homme qui lui ira comme un gant. Mais au sein de la communauté internationale, on se souviendra surtout de Manu comme de l’homme qui a fait tomber Team USA et son armée de stars NBA, presque à lui tout seul. Quatre ans plus tard, à Pékin, la Redeem Team allait venger cet affront, mais ça.. c’est une autre histoire. 

In 2004, the US Olympic Men’s Basketball team lost the gold and sought redemption in Beijing 2008. @KingJames, @DwyaneWade, and Kobe Bryant led The Redeem Team. This is that story. #TUDUM pic.twitter.com/95MCsOQ6h3

— Netflix (@netflix) September 24, 2022

Le basketball au Jeux Olympiques d’Athènes en 2004 – en bref

– Du 14 au 28 août 2004

– Salle des sports du complexe olympique d’Helliniko, gymnase olympique du complexe sportif olympique d’Athènes

– 12 équipes hommes, 12 équipes femmes

– Podium hommes :

  • Or – Argentine
  • Argent – italie
  • Bronze – États-Unis

– Podium femmes :

  • Or – États-Unis
  • Argent – Australie
  • Bronze – Russie

Source images : FIBA


Dans cet article