Lakers

Darvin Ham s’érige en bouclier des Lakers : « C’est de ma faute », c’est vrai qu’il n’a pas beaucoup marqué dans le dernier quart-temps

Darvin Ham 29 novembre 2022

“LeBron, c’est de sa faute… ” : imaginez deux secondes la tornade.

Source : YouTube

Les Lakers se sont fait crucifier au buzzer par le rookie des Pacers Andrew Nembhard. Pourtant dix minutes avant que le minot des fermiers ne balance sa bombe sur la truffe de LeBron James, les Angelinos possédaient une avance de 17 pions. Pour Darvin Ham, coach de l’équipe californienne, le seul qui doit essuyer des critiques… c’est lui.

La planète Lakers se réveille sans doute avec une terrible gueule de bois ce matin et ce n’est clairement pas à cause des excès de la veille, mais plutôt la faute à un coup de fourche balancé par une troupe de jeunes fermiers en colère. On ne vous refait pas l’histoire, mais on rappelle juste que les Lakers ont bazardé une avance de 17 points pour se manger un buzzer beater signé Andrew Nembhard.

Forcément, quand une équipe mène 101-84 à 10 minutes de la fin et qu’elle finit par perdre 115-116, de nombreux “coupables” sont jetés en pâture. Si les détracteurs ne peuvent cette fois pas s’en prendre à Russell Westbrook qui a tenu la baraque, les regards ont commencé à se tourner vers LeBron James et Anthony Davis qui n’ont planté que trois tirs à eux deux dans le dernier quart-temps. C’est alors que… Eh, eh Darvin est arrivé, sans se presser, le grand Darvin. Tout comme Zorro, Darvin Ham est venu porter secours à ses joueurs en conférence de presse. Pas le temps de tergiverser, le fautif, c’est lui.

« C’est de ma faute. C’est de ma faute et je vais en prendre la responsabilité. Je dois faire un meilleur travail pour maintenir notre organisation. »

Forcément, Darvin Ham a sa part de responsabilités dans la défaite. Le successeur de Frank Vogel n’a pas réussi à casser la dynamique des Pacers par son coaching et ses systèmes, mais ce n’est pas lui qui gambade sur le terrain. Quoi qu’il en soit, le coach des Lakers a fait le choix de prendre les critiques sur son dos pour épargner ses joueurs. Un sacrifice qui risque de faire plaisir à son groupe qui va devoir réagir dès mercredi soir face aux Blazers… Vu comme Jerami Grant s’éclate ces derniers temps, ça sera tout sauf une partie de plaisir.

Source texte : Spectrum SportsNet.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top