Suns

Cam Johnson rayonne chez les Suns : nouveau rôle, nouvelles responsabilités, et une cote qui ne finit plus de grimper

Cameron Johnson 16 avril 2022

Cam Johnson sur les trois derniers matchs ? 21 points, 4 rebonds, 2 passes, 2 steals de moyenne à 50% à 3-points.

Source image : capture d'écran Twitter @Suns

Titulaire cette saison chez les Suns alors que Jae Crowder est toujours en instance de départ, Cam Johnson régale en ce moment. Le joueur de 26 ans drafté en 2019 reste sur une magnifique performance face aux Wolves mardi, symbole d’une belle montée en puissance pour celui qui va bientôt négocier un nouveau contrat.

Malgré les turbulences qui ont entouré l’intersaison des Suns avec notamment le dossier Deandre Ayton, le départ attendu de Jae Crowder ainsi que l’affaire Robert Sarver, la franchise de Phoenix a repris ses bonnes habitudes : sept matchs joués en ce début de saison régulière, six victoires, première place à l’Ouest. Et l’une des raisons qui permettent aujourd’hui aux Cactus de bien faire le boulot sur le parquet, c’est le niveau de jeu de Cam Johnson.

Face aux Wolves la nuit dernière, le 11e choix de la Draft 2019 a sorti une véritable mixtape : 29 points, 2 rebonds, 3 passes, 3 interceptions, 1 contre, le tout à 10/17 au tir dont un magnifique 7/11 à 3-points, pour un +/- de +17 à la fin du match. C’est sa meilleure performance de la saison et qui est dans la lignée de ses deux prestations précédentes, lui qui avait déjà bien fait le taf contre la Nouvelle-Orléans et Houston. Auteur de deux tirs primés hyper importants dans le quatrième quart-temps ainsi que d’un gros block sur le pauvre Jaylen Nowell, Cam a non seulement réussi à faire basculer le momentum en faveur des Suns, mais il a aussi donné un aperçu de la dimension qu’il pouvait véritablement prendre dans son nouveau rôle.

« Je pense qu’il est de plus en plus à l’aise. Offensivement il était vraiment agressif. Tout le monde lui a dit de prendre des tirs. Il est plus qu’un shooteur. Il peut être un playmaker. C’est un très bon passeur. Mais surtout, il était très bon défensivement. »

– Monty Williams après le match face aux Wolves (via ESPN)

Jae Crowder en dehors de l’équation, c’est désormais Cam Johnson qui est titulaire sur le poste 4, lui qui remplissait avec brio un rôle de sixième homme la saison dernière (troisième au classement du Sixth Man of the Year, juste pour rappel). Et qui dit titularisation dit surplus de responsabilités, autant offensivement avec plus de tickets shoots que dans sa propre moitié de terrain, comme on a pu le voir hier quand il a dû se coltiner Karl-Anthony Towns ou encore Anthony Edwards sur certaines possessions. Depuis le début de la saison, Cam Johnson possède son plus gros temps de jeu en carrière (28,1 minutes) et il en profite pour lâcher ses meilleurs chiffres au scoring (14,9), à la passe (1,9), aux interceptions (1,3) et à l’adresse à 3-points (44%). Autant dire que la transition se fait plutôt bien pour Cam, pour le plus grand bonheur d’une équipe de Phoenix qui a besoin de voir Johnson franchir un nouveau cap pour espérer rester parmi les meilleures équipes du Wild Wild West. Encore plus quand Deandre Ayton est à l’infirmerie comme c’est le cas actuellement, encore plus quand Devin Booker est en galère avec son shoot comme c’était le cas face aux Wolves hier.

La belle évolution de Cam Johnson depuis la saison dernière, et cette nouvelle dimension qu’il semble pouvoir prendre cette année va néanmoins obliger les Suns à sortir le portefeuille pour le conserver. Pour rappel, Johnson fait partie des joueurs draftés en 2019 qui n’ont pas obtenu de prolongation de contrat avant la date limite du 17 octobre dernier (Cam voulait plus que les 60 millions de dollars sur quatre ans proposés par Phoenix), ce qui signifie qu’il sera agent libre en 2023. Alors que les fans des Suns se rassurent tout de suite, la franchise de l’Arizona pourra toujours s’aligner sur n’importe quelle offre faite par la concurrence l’été prochain étant donné qu’il sera FA avec restriction, mais le montant du futur contrat risque bien de grimper au fur et à mesure des performances du garçon. Car à 26 ans, Cam Johnson possède le genre de profil qui peut intéresser n’importe quelle équipe NBA : il est redoutable à 3-points, il est polyvalent défensivement, il est intelligent, et montre de plus en plus une capacité à faire d’autres choses que shooter de loin en attaque. Ça en fait des qualités !

Cam Johnson fait plaisir à voir et même s’il possède un profil différent de celui de Jae Crowder, plus physique et plus nasty, son niveau de jeu actuel permet de faire oublier ce dernier en attendant son départ. À lui désormais de confirmer ses bonnes dispositions en évitant le plus possible les trous d’air, comme ça il pourra arriver l’été prochain à la table des négociations en mettant les pieds sur la table. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top