Los Angeles Clippers

Les 10 bonnes raisons de suivre les Los Angeles Clippers sur la saison NBA 2022-23 : il y a Steve Ballmer au premier rang et ça suffit amplement

Steve Ballmer clippers 31 décembre 2020

Si jamais les Clippers gagnent un titre faudra vraiment le retenir !

Source image : YouTube

Qui dit reprise de la saison NBA dit besoin de motivation. Et qui dit besoin de motivation dit…? Trouver des bonnes raisons ! Pour chaque équipe de la saison 2022-23, on a voulu se montrer utiles, serviables, et un peu drôles si le sujet le permet. Voici donc les 10 bonnes raisons de suivre les Los Angeles Clippers sur les prochains mois, du duo Paul George – Kawhi Leonard au GOAT Reggie Jackson en passant par les réactions de Steve Ballmer. 

#1 – Paul George et Kawhi Leonard vont jouer ensemble

Kawhi Leonard reste sur une saison blanche et Paul George n’a joué que 31 matchs la saison dernière. On sort donc en quelque sorte d’une saison de transition à Los Angeles, mais les deux superstars qui ont rejoint ensemble la Cité des Anges en 2019 sont désormais prêtes à repartir pour emmener les Clippers le plus haut possible. Kawhi et PG au top, c’est peut-être le duo le plus sale de toute la NBA en matière d’ailiers tant les deux peuvent dominer des deux côtés du parquet. En mission, ils devraient nous régaler tout au long de l’année !

#2 – Nicolas Batum en dirlo du vestiaire et des ailes

Depuis son arrivée aux Clippers il y a deux ans, Nicolas Batum n’est plus le même homme. Une carrière relancée, un rôle de facilitateur / 3&D qui lui convient parfaitement, tout ça dans une équipe hyper compétitive comme celle des Clippers, bref Nico est comme un poisson dans l’eau. Vétéran respecté et particulièrement apprécié pour son côté “collectif avant tout”, le Frenchie de 33 ans va encore une fois se montrer hyper précieux sur comme en dehors du terrain, de quoi réveiller le Batum Battalion dans les tribunes de la Crypto.com Arena. Pas pour rien que Nico a été prolongé cet été pour 22 millions de dollars sur deux ans.

“Batum, c’est l’ancien. Venant de France, je peux vraiment m’identifier à lui. Il aura un peu un rôle de grand frère.”

– Moussa Diabaté, le jeune Français qui vient de débarquer aux Clippers

#3 – Steve Ballmer qui pète des câbles au premier rang

#4 – Les duels face aux Lakers

Depuis les arrivées d’Anthony Davis, Kawhi Leonard et Paul George dans la Cité des Anges en 2019, on n’a pas encore vraiment eu droit à la Bataille de Los Angeles tant attendue en Playoffs. Pire, les oppositions Clippers – Lakers sont devenus en moins en moins hype pour diverses raisons, dont les blessures ou des résultats pas à la hauteur des espérances. Mais on se dit que cette année la petite rivalité made in L.A. pourrait retrouver des couleurs. Kawhi et PG-13 sont de retour côté Clips, et les Lakers de LeBron James et AD voudront absolument effacer la campagne honteuse de la saison dernière. Rendez-vous les 20 octobre, 9 novembre, 24 janvier et 5 avril à la Crypto.com Arena.

#5 – Reggie Jackson dans le money-time

En parlant de duels Clippers – Lakers, comment ne pas remettre sur la table le game-winner de Reggie Jackson face au rival local en février dernier, quand il a lâché des sauts de cabri avant de mettre le lay-up décisif. Bah ouais il est comme ça Reggie, il kiffe les fins de matchs serrées où il peut s’amuser et occasionnellement se transformer en héros. Alors certes avec Kawhi et PG-13 à côté de lui, les opportunités devraient se faire plus rares mais connaissant le bonhomme, Reggie peut très bien leur dire “c’est bon les gars je gère”.

#6 – Luke Kennard qui bombarde en sortie de banc

45% de réussite à 3-points depuis qu’il évolue aux Clippers, autant dire que Luke canarde. Ouais elle était facile mais dans le même temps tellement vraie. Aux côtés de Kawhi Leonard et Paul George qui vont une nouvelle fois attirer l’attention des défenses adverses, Kennard devrait pouvoir se régaler en sortie de banc avec tous les shoots ouverts qu’il aura. Peut-il aller chercher la barre des 200 tirs à 3-points marqués en une saison ? Pour info, le record all-time de la franchise en une seule campagne est de 201 (J.J. Redick en 2016-17).

#7 – Le Frenchie Moussa Diabaté 

Nicolas Batum ne sera pas le seul à représenter le drapeau bleu-blanc-rouge chez les Clippers cette année. Il y a aussi Moussa Diabaté, sélectionné au deuxième tour par Los Angeles à la Draft NBA 2022. Alors évidemment, faut pas s’attendre à le voir beaucoup sur le parquet, à moins de regarder la G League à la place de la NBA. Cependant ce sera intéressant de suivre son développement et de voir si à terme il peut se frayer un chemin dans la rotation californienne.

#8 – Le développement de B.J. Boston

Quand on pense aux Clippers 2022-23, on ne pense pas forcément aux jeunots vu à quel point l’effectif est construit pour gagner là, maintenant, tout de suite. Néanmoins on gardera un œil particulier sur B.J. Boston, sélectionné seulement en fin de deuxième tour à la Draft 2021 mais qui a pu profiter des absences des uns et des autres pour s’illustrer un peu (6,7 points de moyenne et 2,2 rebonds en 15 minutes par soir, 51 apparitions). Le gamin – ancien prospect cinq étoiles à sa sortie du lycée – n’est pas inintéressant et en plus il a montré deux-trois trucs séduisants à la dernière Summer League.

#9 – Brian Sieman et Jim Jackson aux commentaires

Les Clippers viennent de prolonger leur deal avec Bally Sports, et on retrouvera la même team de commentateurs que l’an passé : Brian Sieman pour le play-by-play, l’ancien joueur Jim Jackson en consultant, tout ça avec l’éternel Mike Fratello qui fera également quelques apparitions. Si les fameux “BIIIINGO” et autres “Oh Me, Oh My !” de Ralph Lawler vont pour toujours nous manquer, on apprécie la bande son qui accompagne tous les soirs les matchs des Clips.

#10 – Marcus Morris qui savate un adversaire au hasard

2 et 2 font 4, le jaune et le vert font du bleu, et Marcus Morris va se fritter avec un adversaire cette saison. Il y a de moins en moins de certitudes dans le monde d’aujourd’hui mais ça vous pouvez en être sûr. Marcus comme son frère Markieff sont des grands spécialistes de l’embrouille, et c’est peut-être pour cela qu’ils arrivent toujours à se retrouver dans des équipes compétitives recherchant de la dureté en vue des grosses batailles de Playoffs.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top