Nets

Preview des Brooklyn Nets – saison NBA 2022-23 : spoiler alert, ça peut partir dans absolument tous les sens

Kyrie Irving Kevin Durant Nets Free Agency NBA

On se demande ce que ces deux-là nous réservent…

Source image : YouTube NBA

Classique parmi les classiques, la preview globale de franchise est prête pour le client du jour. Un gros client d’ailleurs, puisqu’on va partir sur l’analyse des Brooklyn Nets. Quoi, on est à peine le 3 octobre et c’est déjà au tour de l’équipe de Kevin Durant et Kyrie Irving ?!? Bah ouais, ils l’ont bien mérité au vu de leur saison dernière et de l’été qui a suivi.

Ce qu’il s’est passé la saison dernière

On pourrait écrire un bouquin sur tout ce qu’il s’est passé à Brooklyn l’an passé. Mais on va tenter de tout résumer en dix lignes maximum car on a déjà écrit suffisamment d’articles sur le bordel new-yorkais ces dernières semaines et derniers mois. Entre Kyrie Irving qui commence la saison sur la touche pour une histoire de vaccin et James Harden qui est à des années-lumière de son top niveau, Kevin Durant – pourtant en mode MVP – se rend compte assez vite du traquenard dans lequel il est tombé juste après avoir signé sa grosse prolongation à Brooklyn. Et plus la saison avance, plus les choses empirent du côté de Brooklyn. En février, on a droit à l’énorme blockbuster trade entre les Nets et les Sixers, envoyant un James Harden frustré à Philly contre un Ben Simmons qui ne jouera pas la moindre minute suite à son arrivée. KD se blesse également en milieu de saison, provoquant une chute vertigineuse de BK qui passe du haut de tableau aux places de play-in en seulement un mois. Les nombreuses absences (blessure de Joe Harris et Cie, COVID…) associées aux diverses galères obligent les Nets à ravaler leur fierté et à rappeler Kyrie pour un job mi-temps, ce qui nous permet d’assister à quelques explosions offensives mais pas vraiment à beaucoup plus de victoires. Bilan final ? Seulement 44 victoires et la septième place de l’Est, tout ça avant de se prendre un gros sweep dans la bouche de la part des Celtics.

Le marché de l’été

  • Ils partent : LaMarcus Aldridge, Blake Griffin, Bruce Brown, Goran Dragic, Andre Drummond, James Johnson
  • Ils prolongent : Kyrie Irving, Patty Mills, Kessler Edwards, Nic Claxton
  • Ils arrivent : Royce O’Neale, T.J. Warren, Markieff Morris, Edmond Sumner

Entre la demande de transfert de Kevin Durant et les rumeurs autour d’un départ de Kyrie Irving, on n’est pas passé loin de l’explosion du championship project des Nets cet été. Finalement, faute d’options, Uncle Drew a pris sa player option pour rester à Brooklyn lors de la saison 2022-23, et la franchise new-yorkaise a refusé de céder face à l’ultimatum envoyé par KD, qui avait demandé au proprio Joe Tsai de choisir entre lui et le duo Sean Marks – Steve Nash pour essayer de débloquer le marché. Résultat les deux superstars sont toujours là et en marge des nombreuses rumeurs, les dirigeants des Nets ont recruté comme s’ils voulaient continuer à jouer le titre : les vétérans Royce O’Neale, T.J. Warren et Markieff Morris sont notamment arrivés, tandis que Patty Mills a été prolongé en compagnie des jeunots Kessler Edwards et Nic Claxton. C’est ainsi qu’on se retrouve avec une belle équipe sur le papier, même si on a aussi quelques grands noms dans la catégorie des départs.

Le roster 2022-23 des Nets

  • Meneurs : Kyrie Irving, Ben Simmons, Patty Mills, Edmond Sumner, Alondes Williams (two-way)
  • Arrières : Seth Curry, Joe Harris, Cam Thomas, David Duke Jr. (two-way)
  • Ailiers : Kevin Durant, Royce O’Neale, T.J. Warren, Kessler Edwards
  • Ailiers-forts : Markieff Morris
  • Pivots : Nic Claxton, Day’Ron Sharpe

En orange les starters pressentis, selon les fameuses sources proches du dossier

Que le projet Nets finisse par exploser ou pas, à l’instant T le roster a clairement le potentiel – et on dit bien potentiel – pour aller loin, très très loin. Vous avez peut-être les deux scoreurs les plus sales du circuit NBA avec Kevin Durant et Kyrie Irving, vous avez Ben Simmons qui peut jouer le rôle de plaque tournante en apportant son côté playmaker, sa polyvalence et ses qualités défensives calibre DPOY, vous avez de véritables snipers sur les postes extérieurs, et également un mix intéressant entre expérience et jeunesse. Maintenant, ce sera à Steve Nash de faire fonctionner tout ça et on comprend si vous avez des doutes. Ce qu’on va particulièrement surveiller, c’est en premier lieu l’utilisation de Simmons, en matière de minutes d’abord vu que ça fait plus d’un an qu’il n’a pas joué et ensuite en matière de rôle. Y’a moyen qu’il soit pas mal utilisé sur le poste 5, même si Nic Claxton devrait logiquement commencer titu en tant que pivot. Deuxième chose sur laquelle on va garder un œil attentif, c’est le poste 2. Il reste une place aux côtés de Kyrie, KD, Simmons et Claxton dans le cinq, et on se demande si Nash va plus miser Seth Curry, Joe Harris voire même Royce O’Neale. Harris s’est imposé ces dernières saisons comme un véritable titulaire à Brooklyn, mais sachant qu’il revient de plusieurs pépins à la cheville (aucun match joué depuis novembre) on se dit que Curry pourrait avoir la faveur de son coach (même si Curry sort également d’une opération à la cheville). Néanmoins, si Nash veut insuffler un peu plus de défense, Royce O’Neale aura peut-être une carte à jouer avec son costume de 3&D.

Une petite vidéo en passant ?

Les salaires 2022-23 des Brooklyn Nets

TTFL : les joueurs des Nets à suivre

Kevin Durant, Kyrie Irving et Ben Simmons.

On ne sait pas comment va se dérouler la saison des Nets, mais en tout cas ils ont de sacrés clients en TTFL. Kevin Durant fait évidemment partie des picks premium, lui qui peut marquer 30 points les yeux fermés avec une efficacité diabolique, tout ça en y ajoutant 7 rebonds et 6 passes. Kyrie Irving – quand il joue – peut exploser à tout moment, lui qui reste sur deux campagnes à 27 pions de moyenne en quasiment 50-40-90. Plutôt propre. Concernant Ben Simmons, forcément c’est l’incertitude. Aucun match joué depuis les Playoffs 2021, ça commence à faire long et qui sait ce qu’il va nous proposer aux Nets. Mais il fut un temps où le Boomer lâchait des triple-doubles les yeux fermés, et il pourrait bien les enchaîner vu les pièces qu’il a autour de lui.

Infirmerie : le point sur les blessures

Quand on s’intéresse à l’infirmerie de Brooklyn la saison dernière, 7 noms ressortent. Ben Simmons est arrivé chez les Nets en février, alors qu’il n’avait pas foulé les terrains depuis huit mois. Il a commencé à souffrir de douleurs au dos après quelques jours de reconditionnement. Après des examens, une irritation du disque L4 est retrouvée, ce qui coïncide avec les problèmes d’hernie discale dont souffre Simmons depuis le début de sa carrière. Il a comme à chaque fois reçu une injection d’anti-inflammatoires mais il a aggravé sa blessure à son retour à l’entraînement. Le traitement conservateur ayant échoué, il subit une microdiscectomie (ablation des parties du disque qui posent problème) en mai, ce qui lui a permis d’être à 100% pour le training camp.

T.J. Warren est out depuis fin 2020 suite à une fracture de stress de l’os naviculaire au pied gauche. Cet os, recouvert d’un cartilage épais, est assez peu vascularisé, ce qui explique le temps d’absence. Opéré début janvier 2021, il n’est pas encore à 100% et manquera le début de saison, il sera réévalué en novembre. Joe Harris n’a joué que quatorze matchs avant de définitivement rejoindre l’infirmerie suite à une entorse de grade 3 de la cheville droite mi-novembre. Opéré une première fois en novembre pour retirer un fragment osseux, il a dû subir en mars une chirurgie de reconstruction de l’un des ligaments. Il est présent et en forme pour le training camp. Seth Curry, quant à lui, s’est battu presque toute la saison avec une entorse à la cheville gauche qui lui fait manquer 17 matchs au total. Il a subi une chirurgie arthroscopique début mai et a déclaré être à 90%. Pas encore déclaré apte au 5 contre 5, il pourrait manquer quelques rencontres, à suivre… Markieff Morris a manqué 58 matchs suite au traumatisme cervical infligé par Nikola Jokic. Il est revenu en mars mais est assez vite sorti de la rotation. Kevin Durant a connu deux alertes la saison dernière : trois matchs en décembre pour une entorse de la cheville droite et surtout 21 rencontres pour une entorse du ligament collatéral médial du genou gauche. Nic Claxton, pour finir, a manqué 17 matchs pour une maladie tenue secrète (non Covid-19) et 13 rencontres entre janvier et février pour une tension aux ischio-jambiers gauches. Pour conclure, entre les joueurs pas à encore 100% et ceux qu’il faudra surveiller de près, du boulot est à prévoir du côté de l’infirmerie des Nets.

Quels objectifs cette saison ?

L’objectif ultime des Nets depuis l’arrivée de Kyrie Irving et Kevin Durant en 2019, c’est de ramener un titre à Brooklyn. Mais avant de parler de titre, baissons un peu la barre après l’année chaotique qu’on a pu vivre du côté du Barclays Center.

Premier objectif du camp d’entraînement : laissez les différents épisodes de l’intersaison au placard et se concentrer à fond sur le basket. KD et Kyrie, on respecte Steve Nash et on le laisse faire son job.

Objectif numéro deux : intégrer Ben Simmons de la meilleure façon possible ainsi que le reste des recrues. C’est une étape indispensable pour maximiser le potentiel de l’équipe.

Objectif numéro trois : construire un collectif qui tient la route et faire de ce groupe talentueux un groupe qui apprend à jouer ensemble et où tout le monde tire dans le même sens.

Ce n’est qu’une fois ces bases posées que les Nets pourront véritablement commencer à avancer, pour ensuite espérer jouer les premiers rôles au sein d’une Conférence Est hyper compétitive. Y’a évidemment du talent à tous les étages à Brooklyn, y’a tout ce qu’il faut sur place pour se transformer en rouleau-compresseur, et aucune restriction vaccinale n’est à l’ordre du jour. De quoi viser haut donc. Mais à force on a appris à tempérer nos attentes avec ces Nets.

Le pronostic du rédacteur

49 victoires – 33 défaites, 5e place à l’Est.

Ce qui est bien avec les Nets, c’est que pratiquement tous les scénarios sont possibles et que chaque prono a donc une part de crédibilité. Certains miseront carrément sur une explosion du groupe new-yorkais, d’autres voient déjà Brooklyn champion, nous on préfère rester un peu plus mesurés avec 49 victoires et un spot au milieu du Top 8 de l’Est.

Peu importe ce qu’il s’est passé cet été, Kevin Durant va faire du Kevin Durant et rien que ça, ça va ramener son lot de succès à Brooklyn. Kyrie Irving devrait lui logiquement jouer plus d’un match sur deux, et le fit Ben Simmons a quand même de quoi nourrir de sacrées ambitions.

Mais si l’effectif est à la fois hyper talentueux et intéressant niveau profondeur, on s’attend quand même à une période de rodage. L’intégration de Simmons et son état de santé restent des points d’interrogation, T.J. Warren ne rejouera pas avant novembre, et Joe Harris revient également de blessure. Attention également à la durabilité de Kevin Durant, 34 ans et qui reste sur 64 matchs ratés en deux saisons. On a aussi des doutes sur la capacité de Steve Nash à mettre une vraie structure en place, et bien évidemment sur sa légitimité après l’été chaotique qui a caractérisé les Nets.

Quelques liens utiles

Voilà pour la preview des Nets pour cette saison NBA 2022-23. On a envie de tendre plus vers le côté optimiste que pessimiste, mais absolument tout semble possible à Brooklyn cette année. Tant mieux d’un côté, au moins on ne va pas s’ennuyer. Cependant ce serait quand même pas mal que le basket reprenne ses droits sur l’extra-sportif car tout le monde a eu sa dose la saison dernière. 

2 Commentaires

2 Comments

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top