Pelicans

NBA Flashback 2021-22 : le jour où les Pelicans ont validé leur retour en Playoffs après une saison mouvementée

Pelicans Clippers play-in 2022

Des débuts galères mais un joli run pour finir, et une saison globalement réussie pour les jeunes Pels

Source image : NBA League Pass

Période creuse oblige, TrashTalk a pris l’habitude chaque été de vous faire revivre avec émotion les plus grands moments de la saison écoulée. Même en 2021 d’ailleurs, malgré un été qui avait alors mis l’ensemble de nos forces vives en PLS, mais ça c’est une autre histoire. On reprend donc notre bonne vieille formule, on recule de quelques pas, de quelques mois, et on se souvient que cette saison 2021-22 fut folle, du premier au dernier jour. Aujourd’hui ? Retour sur la jolie fin de saison des Pelicans, qui ont surpris pas mal de monde et annoncent déjà la couleur pour les prochaines années.

Depuis le départ d’Anthony Davis en 2019, New Orleans n’a pas vécu que des bons moments. Même avec un Brandon Ingram qui a déployé ses ailes et gratté un statut de All-Star, les gars de Louisiane manquaient toujours d’un petit quelque chose pour être compétitifs sur une saison complète. La saison 2021-22 devait être celle de l’envol pour les oisillons, mais tout ne s’est pas passé comme prévu : quand on a appris avant même le début de la saison que le crack Zion Williamson serait (encore) absent pour une durée indéterminée, il y avait de quoi se poser quelques questions. Ajoutez à cela un coach rookie, une blessure du leader Brandon Ingram dès les premières semaines et douze défaites en treize matchs, et vous vous dirigez de ce fait vers une belle saison galère. Mais alors qu’ils auraient pu bazarder leur saison et sortir le tank comme beaucoup l’auraient fait, les Pels n’ont pourtant rien lâché. Menée par un Ingram très fort une fois rétabli, la franchise du Bayou va petit à petit monter en puissance et se rapprocher du top 10 de leur Conf. New Orleans n’est plus très loin de la zone play-in”, mais le management mené par le GM David Griffin va tenter un coup de poker pour faire basculer définitivement la saison des Pels : juste avant la trade deadline, C.J. McCollum et Larry Nance Jr. débarquent en ville contre Nickeil Alexander-Walker et Josh Hart (notamment). Un boost au niveau offensif et dans le leadership qui va rééquilibrer l’équipe, lui permettre de gratter la neuvième place et garder en vie l’espoir des Playoffs.

Mais pour cela, il faut sortir du tournoi préliminaire de la NBA en gagnant deux matchs contre d’autres équipes elles aussi déterminées à jouer les Playoffs. Pas un problème pour cette équipe qui a développé une alchimie collective intéressante, d’autant que le premier match contre les Spurs se joue à la maison. Avec un gros duo Ingram-McCollum bien soutenu par Jonas Valanciunas, New Orleans sort un gros match, tout en maîtrise, pour éliminer San Antonio (113-103) et poursuivre sa route. Au menu de la finale du play-in ? Les Clippers, qui ont su se dépasser pour compenser les absences lourdes de Kawhi Leonard et Paul George. Pas un match facile à prendre, surtout à l’extérieur. La chance va tout de même aider un peu nos amis à plume, puisque le protocole COVID forcera Paul George a déclarer forfait au dernier moment alors que ce dernier avait fait son retour peu de temps auparavant. Devant au score pendant tout le match, les Pels s’embarquent finalement dans un money time au couteau, qu’ils remportent de justesse (105-101). C’est officiel, les joueurs de la Louisiane sont de retour en Playoffs pour la première fois depuis 2018.

Le parcours de cette équipe est déjà bien sympatoche quand on voit ce qu’elle a dû affronter, et on lui aurait pardonné un sweep encaissé au premier tour contre des Suns normalement bien supérieurs. Mais les jeunes Pels n’étaient apparemment pas rassasiés. Après une première défaite chez les Cactus, New Orleans va vraiment lancer sa série au Game 2 : face à un Devin Booker trop seul puis blessé, c’est tout un collectif qui brille. Derrière le gros presque triple-double de Brandon Ingram (37 points, 11 rebonds, 9 passes), Herb Jones, C.J. McCollum ou encore Jackson Hayes ont assuré (125-114). On n’oublie évidemment pas le duel des petites fouines entre Jose Alvarado et Chris Paul, ni le taff de Jojo Valanciunas sur Deandre Ayton. La victoire dans la poche arrière, les Pels repartent donc en Louisiane à 1-1 pour deux matchs qui s’annoncent très chauds. Le premier sera perdu de justesse (111-114) face au duo Chris Paul – Deandre Ayton avec comme tournant du match un joli craquage de Jackson Hayes contre Jae Crowder. On aurait pu se dire que la série a tourné et que l’équipe de la Louisiane, quasiment dos au mur, allait s’effondrer. Eh ben non, encore raté. Menés par un Willie Green qui a brillé par son management et son leadership, les jeunes Pelicans se sont ramenés au match 4 le couteau entre les dents. Résultat ? Une grosse victoire pour égaliser une nouvelle fois dans la série (118-103). Décidément, on est loin du sweep attendu. Malgré cette belle résistance, les Suns iront chercher leur qualif en remportant les deux matchs suivants (112-97 et 109-115). Une élimination, mais aucun regret pour une équipe des Pelicans qui s’est révélée dans cette saison pleine de rebondissements. Avec un roster plein de potentiel et bien équilibré entre jeunes talents et vétérans de la Ligue, New Orleans sera une équipe à suivre la saison prochaine.

C’est l’une des belles stories de la saison : longtemps au fond du gouffre, les Pelicans ont relevé la tête pour remonter au classement, arracher une place en Playoffs et faire trembler le meilleur bilan de la Ligue. En attendant une saison 2 encore meilleure en 2022-23 ? 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top