News NBA

Pourquoi le numéro 6 de Bill Russell est retiré partout en NBA : voici les 4 grandes raisons

Bill Russell 1 août 2022

L’honneur ultime.

Source : YouTube

C’est officiel et surtout légendaire : le numéro 6 de Bill Russell sera retiré partout en NBA. De New-York à Los Angeles, de Detroit à Miami, ce numéro flottera dans les cieux en hommage a l’immense carrière d’un joueur qui a révolutionné la NBA sur la forme et sur le fond. Au delà du terrain, l’homme s’est très tôt positionné politiquement pour améliorer le quotidien des afro-américains dans un pays encore frappé par la ségrégation à l’époque. Il apparaît aujourd’hui comme logique que cet honneur inédit lui soit réservé. 

On l’a beaucoup répété la semaine dernière, mais que serait aujourd’hui la NBA sans Bill Russell ? Symbole de l’excellence sportive avec onze titres en 13 ans de carrière, Bilou est toujours invaincu aujourd’hui. Et si ça ne suffisait pas, vous pouvez ajouter huit titres consécutifs sur les onze au total. Cinq MVP aussi. Et douze sélections au All-Star Game tiens. En fait, tout ce que Bill pouvait avoir, il l’a eu. Pas de MVP des Finales NBA ? Normal, ça n’existait pas sinon il en aurait sans doute déjà une dizaine sur la cheminée. Bref, un palmarès collectif et individuel global dont on doute très fortement qu’il puisse être dépassé un jour. En complément d’une armoire a trophée version légende parmi les légendes, The Good Lord aura contribué à faire de la défense un axe primordial du jeu.

Une donnée acquise complètement aujourd’hui, qui ne l’était pas a l’époque. Vous êtes une pipe en attaque à l’époque mais vous vous débrouillez à l’heure de protéger votre panier ? Ah ouais chaud hein, ça va pas être possible. C’est Bill Russell qui a fait de la défense une vraie stratégie, puisqu’avant lui, disons que marquer était le seul et unique objectif, à tel point que l’autre côté du terrain était à proprement parler délaissé. D’un point de vue sportif, il a genre, tellement apporté en fait. Posé les bases de la légende d’une franchise, révolutionné le jeu, devenu le plus grand champion de l’histoire de celui-ci. Merci les portes ouvertes pour l’avenir. Des graines qui germent encore aujourd’hui. Et là est aussi un point important de la vie de Russell : ce sourire, cette bienveillance à l’égard des jeunes générations. On en connaît, des gars qui ont rapidement versé dans l’aigreur après une jolie carrière. Bill n’a jamais été de ceux là. Toujours proche de la ligue, il sera notamment à l’initiative de la réconciliation entre Kobe et Shaq’ en 2006. C’est ça aussi, la légende du numéro 6.

Monsieur Russell, c’était aussi un investissement hors des terrains. Un investissement qui dépasse très certainement tout ce qu’il a pu accomplir dans le basket. Dans une Amérique encore en proie au lois ségrégationnistes, Bilou va se dresser contre le système en refusant notamment de jouer un match en 1961 à Lexington, ses coéquipiers et lui n’ayant pas été servis dans un restaurant local en raison de leur couleur de peau. Il fera aussi des insultes racistes qu’il entendra dans quasiment toutes les salles de NBA – y compris celle de Boston – un combat, refusant de célébrer avec la franchise la montée de son maillot au plafond, et surtout d’y inviter le moindre fan. Il faudra attendre le début des années 2000 pour Russell fasse son retour à Beantown. Il en sera de même pour le Hall of Fame, puisque le joueur refusera de recevoir la bague accordée lors de l’entrée au motif qu’il ne doit pas être le premier homme noir à y entrer.

Les exemples sont multiples, et la finalité… c’est que Bill Russell était un homme de COLLECTIF. Jamais il n’aura utilisé son niveau de basket, son image pour se mettre en avant avec l’idée de profiter individuellement. Quand il l’a fait, c’était pour aider les siens, qu’il s’agisse des afro-américains ou des joueurs de la NBA par la suite. Bill Russell portait cette veste de patriarche de la ligue, soutenant énormément de ses fondations. Il est parti, et quel plus beau symbole que de récompenser un tel précurseur, un tel champion en retirant à tout jamais son numéro dans la NBA toute entière. D’autres mériteront-ils cet honneur ? Là n’est pas le débat immédiat, et il faut comprendre que le geste récompense quelqu’un qui a certes triomphé, mais quelqu’un qui a ouvert la voie. La NBA sans Bill Russell ? On n’a pas encore les clés du Multiverse à la rédac’ mais on doute fortement quand même qu’elle ait été la même aujourd’hui.

Bill Russell appartient à un rang qui dépasse celui des légendes. Bill Russell est une icône. On y attache des valeurs, un tempérament et surtout une histoire riche, très riche. Précurseur sur et en dehors des terrains, la NBA a choisi d’honorer sa légende en retirant à tout jamais son numéro, pour tous et partout. 

Source : Twitter @ShamsCharania, ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top